Forum aquariophile pour toutes vos questions : eau douce et eau de mer. Poissons, aquarium et matériel.

Connexion

Récupérer mon mot de passe



Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 5 sur 6]

101default Re: La maintenance des Corydoras le Sam 10 Oct 2015 - 23:40

azareth


Membre : Accro
Membre : Accro
Pour la saison prochaine, quelques trucs à tester :

Mettre des supports plus lisses, des ardoises par exemple.
Mettre du cérato flottant.

Tu as vu des larves d'insectes ? Genre libellue/éphémère.
Tu peux la remplir plus ?

102default Re: La maintenance des Corydoras le Dim 11 Oct 2015 - 0:37

Horlack


Modérateur
Modérateur
@azareth a écrit:Pour la saison prochaine, quelques trucs à tester :

Mettre des supports plus lisses, des ardoises par exemple.
Mettre du cérato flottant.

Tu as vu des larves d'insectes ? Genre libellue/éphémère.
Tu peux la remplir plus ?

la saison prochaine est déjà en route, puisqu'il y a déjà 10 Corydoras Paleatus dans le bassin à PR du père. Ils y restent tout l'hiver Smile
Oui, c'est sur qu'il y avait plein d'insectes qui allait dans l'eau. La fontaine est à côté d'un coin très dense en végétation en tout genre. J'y ai retrouvé une sauterelle momifié
Il y a maximum 15 cm d'eau. Impossible d'en mettre plus.

Je m'en doutais un peu qu'ils n'allaient pas pondre ou que cela n'allait pas réussi.
Pas assez de plantes et support.

Là, le but, c'était de voir leur résistance et de les renforcer au niveau résistance.


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

103default Re: La maintenance des Corydoras le Mar 17 Nov 2015 - 14:22

zat1991


Membre : Habitué
Membre : Habitué
du coup l'hiver tu les laisses dehors? tu n'as pas de pertes?

http://bastienbonard.org

104default Re: La maintenance des Corydoras le Mar 17 Nov 2015 - 16:59

Horlack


Modérateur
Modérateur
@zat1991 a écrit:du coup l'hiver tu les laisses dehors? tu n'as pas de pertes?

Ceux de la fontaine ont été rentré depuis. Ce sont mes reproducteurs, donc j'y tiens.
(revoir les 4 vidéos et photos de http://www.forumaquario.org/t114477p90-la-maintenance-des-corydoras#1502143 )

10 Corydoras Paleatus sont néanmoins resté dans le bassin extérieur du père pour l'hiver.
Pour le moment, je les vois toujours.


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

105default Re: La maintenance des Corydoras le Mar 17 Nov 2015 - 18:02

zat1991


Membre : Habitué
Membre : Habitué
Du coup ton travail sur la résistance des poissons porte ses fruits! Tu penses que les descendances de tes poissons sont toujours faites pour les aquas "classiques"?

http://bastienbonard.org

106default Re: La maintenance des Corydoras le Mar 24 Nov 2015 - 23:31

La Fée Gniass


Membre : Occasionnel
Membre : Occasionnel
Pfiouuuu je viens de lire ce post, un travail de fou Horlack !!! Je suis impressionnée par toutes ces recherches et ce temps que tu prends à répondre à chacun de façon simple !
Juste merci Wink

107default Re: La maintenance des Corydoras le Mar 15 Mar 2016 - 13:32

Horlack


Modérateur
Modérateur
Coucou

Remonté de topic pour parler du Ratio mâle/femelle .

Document scientifique original : http://www.scielo.br/scielo.php?pid=S0073-47212015000400474&script=sci_arttext&tlng=pt

Traduction FR google Translaste : https://translate.google.fr/translate?sl=auto&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=http%3A%2F%2Fwww.scielo.br%2Fscielo.php%3Fpid%3DS0073-47212015000400474%26script%3Dsci_arttext%26tlng%3Dpt&edit-text=

Document écrit en décembre 2015, mais mis à la disposition du publique, que aujourd'hui même Smile
(Merci les alertes google)


Il y a du lourd, au niveau des informations des Aeneus. On apprend ainsi, que le ratio des sexe est de 1:1 et qu'en milieu naturel, ils vivent entre 1.48 ans, et 3.51 ans. Les femelles font 50mm et les mâles 45mm. Les femelles sont sexuellement mâture à 33 mm.
La sexualité de vos moustachus n'aura bientôt plus de secret pour vous, et vous permettra d'ajuster/estimer au plus juste vos reproductions personnelles !

Bonne lecture Wink


TRADUCTION :



Structure de la population et de la reproduction aspects de Bronze Corydoras (Siluriformes, Callichthyidae) dans les cours d' eau de la rivière Ivinhema bassin, supérieur de la rivière Paraná



=====================
RÉSUMÉ
=====================

Malgré le nombre croissant d'études sur les petites espèces de poissons de la biologie, la connaissance des aspects fondamentaux de la plupart des espèces de la biologie est encore à ses balbutiements. Ainsi, le but de cette étude était de décrire certaines populations et reproductifs aspects de Corydoras aeneus (Gill, 1858) dans les ruisseaux du bassin de la rivière Ivinhema, Alto Paraná. L'échantillonnage a été réalisé entre 2008 et 2011 dans 57 cours d'eau distribués dans le bassin. 684 sujets ont été analysés, 213 femmes et 190 hommes, et 281 échantillons analysés seulement en tant que données de longueur standard. La longueur maximale par défaut de la population analysée était de 50.19 mm pour les femelles et 45,24 mm pour les hommes; Ainsi, les femmes étaient plus grandes que les mâles. Le sex - ratio était de 52,7% pour les femmes et 47,1% pour les hommes, sans variation significative entre les sexes (c 2 = 1,313; p = 0,252). En ce qui concerne le poids / longueur des deux sexes ont connu une croissance isométrique. Les fréquences plus élevées de femelles matures ont été observés au cours des mois d'Octobre à Décembre, bien que les femelles matures ont été observés dans d'autres mois de l'année. Il a été estimé que 50% des femmes sexuellement matures sont 33,54 mm avec une longueur standard. La fécondité moyenne a été estimée à 359.47 ovocytes, et la population a reproductrice totale. Le motif de recrutement n'a pas montré un modèle unimodal, bien que la plus forte intensité a été observée dans les mois d'Octobre à Décembre. La longueur asymptotique a été estimée à 54,59 mm et le taux de croissance de 1,1 ans . L'indice de performance de croissance a été estimé à 3,51; longévité 2,72 ans et la mortalité 1,48 années .

La faune de poissons néotropicale est l'un des plus diversifiés au monde. Cependant, la connaissance de la biologie fondamentale de leur espèce est toujours l' un des plus grands défis de l' ichtyologie ( Lowe-McConnell, 1999 ), et les petites espèces sont moins connues, du point de vue taxonomique à la quantification des aspects de la l' écologie des populations ( Sanna-Kaisa & Jukka 2004 ).

La reproduction est essentielle au maintien des populations et leur étude contribue ainsi à la mise en place de mesures de conservation et de gestion de l'espèce. Ainsi, la connaissance des aspects de la structure de la population, tels que le rapport sexuel, la mortalité, la longueur asymptotique, la première maturité, modèle de recrutement, la fertilité, la période de reproduction, la longévité, entre autres, sont des paramètres essentiels de l'histoire de la vie pour évaluer les aspects de la reproduction et ils sont révélateurs de la croissance de la population et de permettre la compréhension de la dynamique des populations d'espèces de poissons et les réponses qui en résultent pour les changements anthropiques ( Lowe-McConnell, 1999 ).

Le Siluriformes, ainsi que le Characiformes, sont les ordres les plus représentatifs des poissons néotropiques. Ils comprennent, en général, les formes d'habitudes benthiques et nocturnes, mais beaucoup sont actifs pendant la journée, en particulier dans les eaux troubles ( Britski et al., 2007 ).

Corydoras Lacepède, 1803 (Callichthyidae, Silurifo) se compose de 170 espèces ( Référence principale Eschmeyer 2013 ) largement distribués en Amérique du Sud, se produisant dans une variété d'habitats ( Britto et al., 2007 ). Selon Reis (2003 ), en moyenne, deux nouvelles espèces de Corydoras ont été rapportés chaque année au cours des dernières décennies. Dans la rivière Upper Paraná, six espèces ont été enregistrées jusqu'à présent ( Langeani et al . , 2007 ); cependant, les rivières du Mato Grosso do Sul partie du bassin, seulement C. aeneus a été enregistré à ce jour ( Suárez et al., 2011 ).

Un certain nombre d'études sur les aspects de la reproduction des espèces Corydoras ( Loir et al . , 1989 ; Araignée et al . , 1993 ; Bervian & Fontoura 1994 ; Kohda et al . , 1995 ; 2002; Paxton, 1997 ; Pruzsinszky & Ladich 1998 ; Kaatz & Lobel, 1999 ; Alkins-Koo 2000 ; Huysentruyt & Adriaens (2005 ); Mazzoldi et al . , 2007 ; Rondineli & Braga, 2009 ; Mahapatra & Dutta, 2014 ). Toutefois, des informations sur C. aeneus dans la zone d'étude sont encore rares.

Il y a des études qui suggèrent que C. aeneus peut être utilisé comme indicateur de la dégradation de l' environnement comme un résultat de leur adaptation à la respiration d'air, ce qui conduit à une augmentation de leur relative abondance dans les cours d' eau pauvre en oxygène dissous ( Casatti et al., 2006 ). En ce sens, la présente étude a cherché à fournir des informations sur la population et reproductifs aspects de C. aeneus dans le bassin de la rivière Ivinhema, Alto Paraná en répondant aux questions suivantes: (1) comment structurer la population de C. aeneus, par classe de taille? (2) où le sex-ratio de cette population? (3) il y a une différence dans la relation longueur-poids entre les sexes? (4) la période de reproduction de l'espèce? (5) Il y a une différence dans le facteur de condition entre les sexes? (6) qui taille à la première maturité des femelles? (7) et la fécondité moyenne relative de l'espèce? (Cool il existe une corrélation entre la fécondité de la longueur et le poids des femelles? (9) les paramètres de base de la croissance, la mortalité et le type de schéma de recrutement analysés?

====================
MATÉRIEL ET MÉTHODES
====================

La collecte des données et des procédures de laboratoire. Les poissons ont été recueillies à partir de 57 points de prélèvement répartis le long de cours d'eau de bassin Ivinhema, de Janvier 2008 à Février 2011. Chacun de ces points avait environ 100 mètres de long. Échantillonnage autorisé par IBAMA (SISBIO n. 13458-1), ont eu lieu pendant la journée, en utilisant un écran rectangulaire mesurant 1,2x0,8 m (2 mm de largeur de maille) et des chaluts (1 5x5 m), également avec une ouverture de maille de 2 mm. Sur le terrain, les poissons ont été fixés dans 10% de formaline et de laboratoire, conservé dans 70% d'éthanol. L'identification des espèces est basée sur Grace & Pavanelli (2007 ). Des copies des témoins sont déposés dans la collection NUPELIA Poisson (MEU-NUP 9362).

un total de 684 échantillons ont été analysés et, pour chaque échantillon, la longueur standard a été enregistré (CP, en mm, 0,1 mm de précision) et le poids total (PT, en grammes, précis à 0.001 g). Parmi les échantillons totaux, 403 individus ont été disséqués pour l'observation macroscopique des gonades, l'identification de genre, d'obtenir le poids des gonades (PG) et plus tard pour l'analyse de la fécondité.

Les stades de maturation des gonades ont été définies en fonction de l'échelle modifiée de Vazzoler (1996 ). Pour les femmes les étapes suivantes ont été identifiées: (1) immature (ovaires translucides et petites), (2) la maturation (ovaires oocytes opaques et petites ou moyennes), (3) la maturité (ovaires occupent complètement la cavité coelomique, ayant ovocytes avec une grande et jaunâtre), (4) épuisé (ovaires avec flaccidité et hémorragiques) et (5) reste (ovaires qui étaient dans le processus de récupération après la ponte). Les étapes de maturation des gonades rats ont été fixés comme suit: (1) immatures (translucides et de petits testicules), (2) la maturation (testicules translucides, cependant encombrant et aspect granuleux) et (3) mature (testiculaire volumineux et blanchies).

Quinze femelles matures (stade 3) ont été choisis au hasard pour obtenir la fécondité absolue. Ces gonades ont été placés dans une solution Gilson pour le découplage total des ovocytes. Parmi ceux-ci, tous ont été comptés et mesurés vitellogéniques 150 ovocytes ovocytes à différents stades de développement, choisis au hasard pour déterminer le type de frai.

L'analyse des données. Des copies font partie de plusieurs échantillons dans le Ivinhema du bassin de la rivière a eu lieu à des périodes différentes. Ainsi, l'inter-influence a été rejetée en optant dans le groupe par quarts, et les mois de Janvier à Mars ont été considérés comme premier trimestre, Avril à Juin comme le deuxième, de Juillet à Septembre comme troisième et d'Octobre à Décembre que le quatrième trimestre ; de sorte que les questions analysées dans chaque trimestre ont été rassemblées au cours des années échantillonnées.

Le sex - ratio a été calculé en utilisant le test du chi-carré avec correction de Yates ( Zar, 1996 ), afin de vérifier les variations possibles entre les sexes et la variation temporelle au cours des trimestres.

La relation entre le poids et le niveau de la longueur du poisson a été calculé séparément pour les hommes et les femmes, par l' intermédiaire d'une régression non linéaire en utilisant l'équation allométrique y = axb, où le poids de y, x longueur et une constante et b estimés par la méthode des moindres carrés ( Santos, 1978 ). La comparaison des valeurs estimées de la pente de croissance (b) entre les mâles et les femelles a été réalisée en comparant les valeurs de leurs intervalles de confiance.

A partir des valeurs du poids total de chaque exemplaire (PT) et le poids des gonades (PG), a été estimé indice gonadosomatique (GSI) au cours des trimestres analysés, en utilisant l'équation IGS = PG / PT * 100 ( Vazzoler, 1996 ). Ainsi, pour déterminer la période de reproduction, la fréquence des stades de maturation des gonades et la variation des valeurs moyennes de l'IGS a été utilisé en définissant la période de plus grande activité de reproduction, et dans le premier cas, nous avons utilisé le test du chi carré et à l'IGS, nous avons utilisé le test de Kruskal-Wallis non paramétrique, cherchant à vérifier si l'IGS médiane varie au cours des trimestres.

Nous calculons le facteur de condition allométrique comme un indicateur de bien-être de chaque individu, ce qui reflète les conditions alimentaires récentes, compte tenu de la relation entre le poids et la longueur individuelle et est exprimée par: K = PT / CP b, où E = poids total; CP = longueur standard et b = pente de régression entre PT / CP ( Braga, 1986 ). Afin de vérifier si le facteur de condition du poisson varie au cours des trimestres et compte tenu qu'il n'a pas été trouvé la normalité dans les données ( Zar, 2010 ), il y avait un test non paramétrique de Kruskal-Wallis pour les deux sexes, l' application -si le test a posteriori Nemenyi-Damico-Wolfe-Dunn.

La taille à la première maturité a été obtenu comme suit: après l'étape de l'analyse de la maturation des gonades, les femelles immatures ont été considérés comme non-reproduction (zéro) et l'autre comme la reproduction (un). Ainsi, une analyse de régression logistique a été utilisée pour quantifier la variation de la probabilité d'une femelle à reproduire en raison de sa longueur standard ( Vazzoler 1996 ).

La fécondité absolue obtenue à partir de chaque femme était en corrélation avec leur longueur standard (SL) en utilisant la corrélation de Spearman pour vérifier s'il y a une longueur standard de la relation et de la fécondité.

La longueur asymptotique est estimée à partir de la plus grande individuel capturé, en utilisant l'équation de Pauly (1983 ): . La valeur estimée du taux (k) de la croissance a été obtenue en utilisant la méthode ELEFAN I (Longueurs-Electronic Frequency Analysis) ( Pauly et David 1981 ) par la croissance fonction Von Bertalanffy: G (t) = L ∞ (1 - exp [-k (t-to)]) où: l ∞ = longueur asymptotique, k = taux de croissance (an -1), t0 = âge nominal lorsque la longueur est zéro, t = âge (mois / an) (Bertalanffy 1938; Gulland 1977 ; Santos, 1978 ). La méthode ELEFAN I est inséré dans le programme FISAT (Outils FAO-ICLARM d' évaluation des stocks) ( Gayanilo et al . , 1996 ; Gayanilo & Pauly, 1997), qui cherche les meilleures combinaisons des estimations de paramètres, sur la base des meilleurs paramètres ou des valeurs plus élevées Rn ( «qualité de l'indice en forme»).

La mortalité totale (Z) est définie comme étant égale à la mortalité naturelle (M) a été obtenu selon la formule empirique Pauly (1980 ), qui utilise les informations sur les paramètres de croissance (L∞ k) et la température moyenne (° C) environnement dans lequel l'espèce est collectée équation suivante: M = ln -0,0152- 0,279ln l ∞ + k + 0,6543ln 0,463ln T ° C La durée de vie a été calculée en utilisant la valeur estimée selon l'équation proposée par Taylor (1958 ): t max = t 0 + 2,996 / k, où t 0 = 0, et en observant le nombre de cohortes (1 cohorte = 1 an) générée par modèle de Von Bertalanffy fait précédemment. Le FISAT encore fourni l'indice de performance de croissance (φ) qui a été obtenu par l'équation proposée par Pauly et Munro (1984): φ = log k + 2log L ∞. L'indice de performance de croissance fournit des informations pour comparaçãodos possibles paramètres estimadoscom paramètres d'autres espèces ou groupes phylogénétiquement liés, doivent présenter trois valeurs suivantes et similaires entre les espèces étroitement apparentées, comme une indication que les paramètres de la population ont été estimés correctement.

Le modèle de recrutement a été obtenu grâce à la distribution mensuelle de paramètres de longueur et de croissance standard (L∞ k) estimés précédemment en utilisant la routine inclus dans FISAT (fréquence Gayanilo & Pauly , 1997 ).


==============
RÉSULTATS
==============
684 individus ont été analysés C. aeneus et 403 utilisés pour déterminer la période de reproduction (213 femmes et 190 hommes). Il a été constaté que les femmes ont atteint plus grande longueur standard (50,19 mm; moyenne = SD = 38,8 ± 6,Cool et un poids plus élevé (6,35 g; moyenne = 3,0 ± sd = 1,3) à mâles (45,24 mm, longueur moyenne = 35,1 ± SD = 4,4 et le poids 3,89 g; moyenne = 2,07 ± écart-type = 0,7).

En utilisant le test du chi carré ( . Fig 2 ), il n'y avait pas de différence significative dans le sex - ratio sexuelle globale (Χ2 = 1,313; p = 0,252). Ces rapports sexuels ne diffèrent pas significativement au cours des trimestres (Χ2 = 6.227; p = 0,101), cependant, dans le troisième (Juillet-Septembre) ont montré une différence significative (Χ2 = 4,50; p = 0,03). Ainsi, même s'il y avait un écart entre les sexes dans les mois de Juillet à Août, le sex-ratio ne diffère pas du rapport attendu de 1: 1.



Fig. 2 Nombre de personnes par sexe Corydoras aeneus (Gill, 1858) analysées par quarts, le bassin de la rivière Ivinhema, Upper Rio Paraná, Mato Grosso do Sul, au Brésil.

Le rapport poids / longueur (RPC) ( Fig. 3 ) a donné lieu à PT = 0.001 expressions * 2,958 CP (r 2 = 0,94), avec un intervalle de confiance entre 2833 et 3083 pour les hommes, et PT = 0,001 * 3.025 CP (r 2 = 0,95) pour les femmes, avec un intervalle de confiance entre 2895 et 3156. Par conséquent, à la fois mâle et femelle croissance isométrique, i.e., augmentent le poids en proportion de la longueur le long de leur ontogénie.



Fig. 3 Ratio Poids total / longueur standard à 213 femelles et la aeneus de 190 hommes (Gill, 1858) échantillonnés dans le bassin de la rivière Ivinhema, Upper Rio Paraná, Mato Grosso do Sul, au Brésil.

Les valeurs de GSI (IGS) pour les hommes étaient plus faibles que pour les femmes ( Fig. 4 ). Les valeurs médianes les plus élevées de l'IGS ont eu lieu au cours du quatrième trimestre pour les deux sexes. En utilisant le test de Kruskal Wallis, une différence significative a été trouvée dans les valeurs moyennes de GSI de femmes au cours des trimestres analysés (KW = 25,147, p = 0,001), il existe des différences significatives dans le troisième et quatrième trimestre. Cependant, le même effet n'a pas été observé chez les hommes et ne se trouve pas de changement dans la médiane des valeurs RGA (KW = 7.511; p = 0,057). Ainsi, seules les femelles ont montré une variation de l'activité reproductive dans les quartiers analysés.



Figure 4 variation trimestrielle des valeurs de l' indice gonadosomatique -. RGA 213 femelles et la aeneus de 190 hommes (Gill, 1858) échantillonné dans le bassin de la rivière Ivinhema, Alto Paraná, Mato Grosso do Sul, au Brésil.

En ce qui concerne les stades de maturation ( Fig. 5 ), il y avait une plus forte proportion de femmes (58,6%) et les hommes (54,8%) matures au cours du quatrième trimestre. Ce résultat est cohérent avec les résultats de l'IGS, ce qui suggère que la plupart intensité de reproduction de cette population se produit dans les mois d'Octobre à Décembre, bien que les individus matures ont eu lieu tout au long de l'année.


Fig. 5 Fréquence trimestrielle de maturation étapes à 213 femelles et la aeneus de 190 hommes (Gill, 1858) échantillonnés dans le bassin de la rivière Ivinhema, Upper Rio Paraná, Mato Grosso do Sul, au Brésil.

Les valeurs moyennes de facteur de condition ( . Figure 6 ) ne présentaient aucun changement significatif au cours des trimestres analysés, ou pour les hommes (KW = 4.066; p = 0,254) , ni pour les femmes (KW = 6,952; p = 0,073). Ainsi, les valeurs les plus élevées du facteur de condition pour les femmes et les hommes se sont produits dans le troisième et quatrième trimestres, respectivement.



Fig. 6 Moyenne (± écart - type) facteur de condition (* 1000) par quarts pour 213 femelles et la aeneus de 190 hommes (Gill, 1858) échantillonnés dans le bassin de la rivière Ivinhema, Upper Rio Paraná, Mato Grosso do Sul, Brésil .

Il a été estimé que 50% des femelles atteignent la maturité sexuelle à 33,54 mm (0,05 HF = 32,4 à 34,5) et 100% est atteint avec 44,11mm (CI = 0,05 à 41,51 49.21). Pour les hommes, a estimé le L 50 à 33,15 mm (0,05 CI = 32,0 à 34,02) et le L 100 avec 49,61 mm (0,05 CI = 45,89 à 56, 68).

La fécondité des femmes de 15 C. aeneus analysées variait de 73 à 778, avec une moyenne estimée à 359.47 oocytes (± écart - type = 178,66), avec une corrélation significative entre la fécondité et la longueur standard (Spearman r = 0,55; p = 0,04) ( Fig. 8 ).



Fig. 7 Proportion de la maturation sexuelle à 213 femelles et 190 mâles en raison de la longueur standard des Corydoras aeneus (Gill, 1858) échantillonné dans le bassin de la rivière Ivinhema, Upper Rio Paraná, Mato Grosso do Sul, au Brésil.


Fig. 8 Relation entre la fécondité en raison de la longueur standard de 15 femmes Corydoras aeneus (Gill, 1858) échantillonné dans le bassin de la rivière Ivinhema, Upper Rio Paraná, Mato Grosso do Sul, au Brésil.

Répartition de la fréquence absolue des diamètres des ovocytes vitellogéniques a montré deux pics, ce qui indique que l'espèce a un processus de développement synchronique en deux groupes, ce qui suggère une imbrication du type de total ( Fig. 9 ). oocytes de réserve élevé de taux, qui sont susceptibles de présenter le développement synchronique pour arriver à maturité et être éliminés dans la prochaine ponte a été observée. La plage de variation des ovocytes vitellogéniques variait de 0,15 à 2,03 mm.

Les plus hauts sommets de recrutement pour les hommes et les femmes ont eu lieu au cours du troisième trimestre ( Fig. 10 ), qui coïncide avec les valeurs moyennes les plus élevées du facteur de condition pour les hommes. Ainsi, le schéma de recrutement était conforme à la population testée, en raison de la présence d'individus matures dans tous les milieux.

On a estimé asymptotique longueur 54,59 mm, tandis que la mortalité naturelle (Z) y- -1 était de 1,48 et le taux de croissance (k) 1.1 an -1 estimation de longévité à 2,72 années ( Fig. 11 ). L'indice de performance de croissance (φ) est estimée à 3.51.



Fig. 9 Répartition du nombre de fréquences d'ovocytes par classes de diamètre pour 15 Corydoras aeneus femelles (Gill, 1858) échantillonnés dans le bassin de la rivière Ivinhema, Alto Paraná, Mato Grosso do Sul, au Brésil.


Fig. 10 Fréquence du recrutement au cours des mois à Corydoras aeneus (Gill, 1858) échantillonnés dans le bassin de la rivière Ivinhema, Upper Rio Paraná, Mato Grosso do Sul, au Brésil.


Fig. 11 croissance méthode de la courbe de Von Bertalanffy à Corydoras aeneus (Gill, 1858) échantillonné dans le bassin de la rivière Ivinhema, Alto Paraná, Mato Grosso do Sul, au Brésil.

==================
DISCUSSION
==================
Le sex - ratio 1: 1 vérifié C. aeneus est habituellement également observé dans plusieurs espèces de poissons ( Vazzoler 1996 ). Des résultats similaires ont été trouvés pour calictídeos Corydoras flaveolus Ihering, 1911 ( Rondineli & Braga 2009 ) et Corydoras paleatus Jenyns, 1842 ( Bervian & Fontoura 1994 ). Cependant, des études avec d' autres populations de C. aeneus ( Aranha et al . , 1993 ; Alkins-Koo 2000 ) et les populations de Corydoras carlae Nijssen & Isbrücker 1983 ( Aranha et al . , 1993 et aspidoras fuscoguttatus Nijssen & Isbrücker 1976 () Araújo & Garutti 2002 ) sex-ratio diffèrent entre 1: 1.

Plusieurs facteurs peuvent interférer avec la détermination du rapport de masculinité dans le poisson (par exemple. La croissance, la mortalité et le comportement), agissant différemment sur ​​le genre et le changement du rapport de masculinité ( Nascimento et al., 2012 ) entre les espèces ou au sein de la même population d'un année à l'autre ( Nikolsky 1963 ; Rondineli & Braga 2009 ). Dans la plupart des études, nous avons observé un sex - ratio 1: 1 pour la population dans son ensemble, les changements peuvent être observés en indiquant, par exemple, la prédominance des hommes ou des femmes de différentes classes de longueur ou à des moments différents ( Vazzoler 1996 ). Ainsi, la prédominance d'un sexe est une information importante pour caractériser la structure d'une espèce ou d'une population, en plus de fournir des subventions pour étudier d' autres aspects tels que l'évaluation du potentiel de reproduction et les estimations de la taille du stock ( Vazzoler 1996 ).

La femelle C. aeneus étaient plus grandes que les mâles, un résultat qui est cohérent avec ceux trouvés pour d' autres espèces Callichthyidae ( Bervian & Fontoura 1994 ; Pruzsinszky & Ladich 1998 ; Alkins-Koo 2000 ; Araújo & Garutti 2002 ; . Kohda et al, 2002 ; Mazzoldi et al . , 2007 ; Rondineli & Braga 2009 ). Le dimorphisme sexuel est souvent enregistrée entre Characiforms et Silurifo ( Lowe-McConnell 1999 ), puisque le coût de la reproduction pour les femmes est plus élevé que pour les hommes en raison de l' augmentation des dépenses d'énergie en exigeant contenir de grandes ovaires pour assurer la fécondité plus élevée. Ainsi, les femmes ont plus de poids principalement dans la période précédant la période de frai ( Vazzoler et al., 1989 ).

Le poids / longueur (RPC) est un paramètre important utilisé dans les études des populations de poissons et son application est basée sur l'estimation du poids d'un individu en fonction de leur longueur et peut varier d'une espèce à l'autre, entre les sexes et entre les populations ( Le CREN-1951 ; Rondineli & Braga 2009 ). De plus, les changements corporels sont associés à des changements physiologiques qui se produisent en raison du cycle de reproduction (Rondineli & Braga, 2009). Les femelles et les mâles de C. aeneus a montré une croissance et équivalente isométrique, en poids et en longueur. Autres calictídeos que A. fuscoguttatus ( Araujo & Garutti 2002 ) et C. flaveolus ( Rondineli & Braga 2009 ) ont montré, respectivement, une croissance positive et négative Allometric Allometric. Chez les poissons, le poids et la longueur sont des paramètres qui peuvent être influencés en fonction de la disponibilité de la nourriture, la période de reproduction des espèces et des facteurs abiotiques de chaque environnement ((par exemple , la température et la salinité.) Tesch 1971 ; Weatherley & Gill, 1987 ; Moutopoulos & Stergiou 2002 ).

Les valeurs les plus élevées de GSI ont été trouvés dans les mois d'Octobre à Décembre pour les deux sexes, ce qui indique la période de reproduction de la population étudiée. La fréquence des stades de maturation des gonades a également indiqué l'activité de reproduction la plus nette de cette période, cependant, a également montré les mâles et les femelles matures tout au long de l' année. Alkins-Koo (2000 ) a trouvé une période de reproduction similaire pour C. aeneus, comme Rondineli & Braga (2009 ) à C. flaveolus. Aranha et al. (1993 ) ont observé des femelles matures C. carlae tout au long de l'année, alors que C. aeneus présenté femelles matures dans la période de Mars à Juin. Bervian & Fontoura (1994 ) ont étudié la dynamique des populations de C. paleatus, a constaté que la reproduction de l'espèce a eu lieu tout au long de l'année.

Les résultats de cette étude suggèrent que, dans le bassin de Ivinhema, les conditions environnementales sont favorables à la reproduction de C. aeneus tout au long de l'année. Selon Winemiller (1989 ) et Braga et al. (2008 ), les petites espèces, les environnements tolérantes avec des troubles fréquents, peuvent avoir des épisodes de reproduction répétitives et peut être associé à l' adaptation et à haute capacité recolonisation de ces habitats. Alors que d' autres groupes d'espèces (par exemple C. carlae, C. flaveolus, A. fuscogutattus) ont aussi longue période de reproduction, cela peut être une stratégie commune pour les espèces Corydoradinae sous - famille.

L'âge et la taille de la première maturation des gonades est une tactique de reproduction très instables liées aux interactions de croissance et de génotype-environnement ( Wootton 1992 ; Vazzoler et al . , 1997 ). Les femelles et les mâles de C. aeneus atteint la première maturation des gonades avec une longueur différente, ce qui suggère qu'il ya une différence entre les taux de croissance et de développement entre les sexes, particulièrement évidentes plus longuement atteint par les femelles. Une plus grande longueur dans la première maturation indique investir davantage dans la fécondité puisque les grandes femelles ont un plus grand nombre d'ovocytes ( Wootton 1992 ). Araignée et al. (1993 ) ont enregistré 30 mm que la longueur standard de l' individu moins mature de C. carlae et C. aeneus tandis Bervian & Fontoura (1994 ) ont observé une fréquence plus élevée des femelles reproductrices de C. paleatus entre 45 et 50 mm et Araújo & Garutti (2002 ) a trouvé une taille moyenne à la première maturité pour A. fuscoguttatus 37,1 mm à 30,5 mm pour les femelles et les mâles. Bien que la méthodologie utilisée pour chaque travail est différent, les données de cette étude sont similaires à ceux de la littérature. L'utilisation fréquente de C. aeneus dans l' aquarium renforce le besoin de ces informations pour obtenir en vue de soutenir l'éventuelle exploitation commerciale de ce stock en déterminant une taille minimale de capture.

Le facteur de condition de la population analysée suggère que les réserves alimentaires accumulées au fil des ans par les espèces ont été utilisés entre Avril et Juin (lorsque le facteur de condition est plus faible) pour le développement de l'ovocyte dans les mois de Juillet à Septembre (quand le facteur de condition est supérieure), la préparation pour la reproduction pendant les mois d'Octobre à Décembre (valeur supérieure IGS). Le facteur de condition peut varier intra- et interspécifique, en fonction des caractéristiques de l'environnement ( Le CREN-1951 ; Rondineli & Braga 2009 ), l'année de la période et le développement ontogénétique de chaque individu ( Froese 2006 , Camara et al. 2011 ) et peuvent être affectés par la maturation des gonades, le sexe et le régime alimentaire ( Tesch, 1971 ; Oscoz et al . , 2005 ).

L'échantillon de l'étude a montré le genre PRC équivalent, cependant, a atteint la longueur maximale était plus élevée pour les femmes. Ce résultat, couplé avec la longueur de la première maturité et dans l'ensemble équivalent sexe ratio entre les sexes, suggère un ajustement dans ces caractéristiques du cycle de vie, au moins pour la population étudiée. La taille atteinte par les femelles ont été largement expliqué comme un mécanisme pour permettre l'augmentation de la fécondité individuelle ( Vazzoler et al . , 1989 ; Wootton 1992 ). Ajustements dans les caractéristiques du cycle de vie ont été discutées depuis des décennies dans l'écologie évolutive, en tant que mécanismes pour empêcher la compétition sexuelle entre les hommes et les femmes. Ainsi, un rapport de masculinité égale, associée à la première taille de maturité et de taux de croissance équivalents ajustés, permettrait aux deux sexes avaient les mêmes chances de descendants qui quittent ( Fisher, 1930 ).

La fécondité est une caractéristique individuelle et est adaptée aux conditions du cycle de vie de l'espèce, la croissance, la densité de population, la disponibilité de nourriture et de taux de mortalité (variant Nikolsky, 1969 ). Pour Corydoradinae, des informations sur la fécondité ont été affectés à aspidoras menezesi Nijssen & Isbrücker 1976 (50 à 60 ovocytes), Corydoras paleatus (250-400 oocytes), Corydoras hastatus Eigenmann & Eigenmann, 1888 (30 à 60 ovocytes), Corydoras pygmaeus ( 20 à 40 ovocytes) ( Burgess, 1989 ), C aeneus (moyenne 171 ovocytes) ( Mahapatra & Dutta 2014 ); toutes ces espèces sont utilisées dans les aquariums, et les informations ont été obtenues dans des conditions artificielles, qui peuvent avoir une incidence sur les résultats.

Sur l' autre côté, dans des conditions naturelles C. aeneus présenté la fertilité maximale avec la longueur standard de 47,3 mm (778 oocytes). Corydoras paleatus a montré la fécondité maximale avec longueur standard de 55,0 mm (450-500 ovocytes) ( Bervian & Fontoura 1994 ), C. aeneus a révélé qu'il avec une longueur standard de 60 mm (1.046 oocytes) ( Alkins-Koo, 2000 ); A. fuscoguttatus avec une longueur totale maximale de 37,5 à 46,8 mm (51-166 oocytes) ( Araujo & Garutti 2002 ). Ainsi, les résultats montrent que la fertilité chez les poissons varie en fonction des conditions environnementales, temporelles et en fonction de la longueur et du poids ( Braga et al . , 2007 ).

La ponte totale C. aeneus dans cette étude diffère des résultats observés par Alkins-Koo (2000 ), Araújo & Garutti (2002 ) et Rondinelli et Braga (2009), qui a trouvé le frai parcellisée en C. aeneus, A. fuscogutattus et C. flaveolus , respectivement. Le type de frai peut avoir de nombreuses tactiques qui composent les stratégies de reproduction ( Vazzoler 1996 ) et peut être moulé par l'environnement, la détermination de la survie de la population ( Winemiller 1989 ), où le frai totale est liée à la période de reproduction à court, à la différence frai morcelés ( Nikolsky, 1963 ). Cependant, pour C aeneus , a été retrouvé plusieurs épisodes tout au long des années de reproduction, et dans chaque épisode, un seul lot d'ovocytes est éliminé, fournissant en outre la dissipation. Ainsi, les résultats confirment la structure continue de recrutement observée dans la population étudiée.

L'ovocyte mature C. aeneus avait un diamètre maximal de 1,45 mm, tandis que le plus grand diamètre des ovocytes en A. fuscoguttatus était de 1,75 ( Araujo & Garutti 2002 ) et C. flaveolus 2,39 mm ( Rondinelli et Braga 2009 ). La taille des ovocytes est une des principales stratégies de reproduction pour les poissons ( Vazzoler 1996 ) associés à la disponibilité de la nourriture que les larves peuvent explorer et aussi la probabilité de survie des juvéniles ( Bagenal 1971 ), ou ovocytes favorisent l' éclosion des larves plus grand et plus capable d'explorer l'environnement (Braga et al ., 2007). Cette stratégie peut compenser la réduction de la fertilité ( Wootton, 1992 ). Les espèces qui produisent de plus en plus sensibles aux ovocytes de prédation habituellement nécessaire d'avoir une fécondité plus élevée ( Wootton 1992 ).

Les paramètres de croissance et de la mortalité peut conduire des caractéristiques différentes et des stratégies d'espèces de poissons (histoire de vie Nikolsky 1969 ), influencé par l' évolution des conditions environnementales, telles que la disponibilité de la nourriture, la température et la densité de population ( Lowe-McConnell 1999 ). En outre, il peut y avoir des variations dans les paramètres de la population de la même espèce dans des environnements différents ( Wootton, 1992 ; Benitez & Suárez 2009 ). Dans le bassin de la rivière Ivinhema, C. aeneus a montré taux de croissance élevé et la mortalité naturelle. Le taux de croissance élevé est habituellement lié à des individus de prédation souffrent à partir du moment de l' éclosion (Lowe-McConnell, 1999); ainsi, les individus se développer rapidement, atteignant une maturité plus précoce ( Blanck & Lamouroux 2007 ) et ont une longueur inférieure asymptotique que les espèces où le taux de croissance est plus faible, généralement représentés par des individus de grande taille ( Lizama & Ambrose, 2003 ).

Ainsi, les personnes qui poussent vite et arrivent à maturité plus tôt, ont une plus grande longévité et une fécondité élevée, ce qui suggère que cette stratégie est le résultat de l' adaptation aux habitats avec des températures élevées et favorisant les taux métaboliques élevés ( Beverton & Holt, 1959 ). Bien que la plupart des poissons se produit dans des environnements avec un taux d'oxygène élevé, certaines espèces sont adaptés pour survivre dans des habitats avec concentration en oxygène faible (hypoxie) , car ils ont des caractéristiques morphologiques et physiologiques qui permettent la respiration directe de l' oxygène atmosphérique ( Jobling 1994 ). Avec ce que dans les habitats hypoxiques espèces ont une fécondité élevée ( Blanck et al ., 2007 ) et plus petits ovocytes qui ne nécessitent pas des taux plus élevés d'oxygène pour répondre à leurs besoins métaboliques ( Krogh, 1959 ).

En résumé, C. aeneus présentait divers épisodes de reproduction tout au long de l'année, puisque seul un lot d'ovocytes est éliminé par une fécondité élevée et l' épisode de la reproduction. La population de l' étude a montré des taux de croissance élevés et la mortalité. Comme C aeneus se produit dans des habitats soumis à des variations intenses de la qualité de l' eau, la stratégie opportuniste de l'espèce peut être considérée comme un moyen d'ajuster à l'imprévisibilité de l'environnement.


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

108default merci ! le Lun 28 Mar 2016 - 21:41

nod


Membre : Nouveau
Membre : Nouveau
merci pour ce post et ce travail admirable !
je croyais connaitre un peu les corys...

109default Re: La maintenance des Corydoras le Jeu 19 Mai 2016 - 10:10

Horlack


Modérateur
Modérateur
Petite news scientifique qui vient de paraitre sur le bassin inférieur du Rio Iguaçu

http://www5.unioeste.br/eventos/saep/artigos/link/Adriana_Tonin.pdf

Traduction Google Translate : https://translate.google.fr/translate?sl=auto&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=http%3A%2F%2Fwww5.unioeste.br%2Feventos%2Fsaep%2Fartigos%2Flink%2FAdriana_Tonin.pdf&edit-text=&act=url

C'est une campagne de recensement des poisson d'un institut scientifique

Petite découverte
Le Corydoras Carlae est endémique à cette rivière !
Il n'y a pas d'autres type de corydoras




Chose intéressante de cette zone, c'est la même zone de vie que le Corydoras Paleatus
Je l'avais exprimé dans mon Poubellarium 2014 sur les Paleatus : http://www.forumaquario.org/t114477p25-la-maintenance-des-corydoras#1411558

Le Corydoras Carlae peut-être intéressant pour les aquariophilies qui souhaitent une sorte de mini-Paleatus :
- Plus petit (4-4.5 cm)
- Moins courant
- Même motif que le Paleatus
- Nez un plus arrondi, au lieu du pointu comme le Paleatus

http://www.planetcatfish.com/common/species.php?species_id=1065
http://www.aquaportail.com/fiche-poisson-3638-corydoras-carlae.html
http://www.seriouslyfish.com/species/corydoras-carlae/

Par contre, un peu difficile à maintenir, et très atypique à maintenir.
Hans-Georg Evers l'a découvert en 2010, et il est sur le forum planetcatfish. (je le croise de temps à autre).

C'est un corydoras d'eau peu profonde, d'eau très claire, d'eau très végétalisée, et de très très très fort courant.
C'est quasiment un corydoras de cascade de montagnes !
Néanmoins, il est très facile de maintenance sur les paramètres d'eau. C'est les même que les Paleatus. De 15 à 22°C et de GH 1 à 15.

Les paramètres d'eau ne sont pas compliqué en soit.
C'est plutôt l'aquarium. Il faut plutôt sur un bac à tortue, qui est très long, mais de faible hauteur. Il faudrait surement envisager 2 pompes d'aquariums, pour faire péter le débit jusqu'à x20 de temps à autres. Il faudrait également une bonne connaissance en plantes pour en avoir une bonne densité, tout faisant un choix assez pointu pour qu'elles résistent à ce courant.


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

110default Re: La maintenance des Corydoras le Mer 6 Juil 2016 - 23:55

sulli25


Membre : Habitué
Membre : Habitué
salut holrak mon tonton a un corridoras sans des lambrillions on l a acheter comme sa y a t il des risques ##09 ##23

111default Re: La maintenance des Corydoras le Jeu 7 Juil 2016 - 0:08

Horlack


Modérateur
Modérateur
@sulli25 a écrit:salut holrak mon tonton a un corridoras sans des lambrillions on l a acheter comme sa y a t il des risques ##09 ##23

Suffi de savoir lire, de savoir lire ce qui est en gras, dans
http://www.forumaquario.org/t114439-maintenance-conseils-pour-corydoras
@Horlack a écrit:- Les corydoras ont des petits barbillons très fragiles qui leur servent à la fois pour la reproduction, pour chercher la nourriture et pour la "communication sensitives" entre eux. Des barbillons endommagés, cela veut dire pas de reproduction : ils s'en servent pour l'accouplement lorsqu'ils fertilisent une femelle. Tout sol coupant est à proscrire. Également à se couper les barbillons, il y a des risques non-négligeable qu'ils attrapent une infection voir une nécrose.

S'il n'y a pas un début de repousse des barbillons sous 1 à 2 main, alors le corydoras devra être tué/euthanasié.
Un corydoras sans barbillon, c'est comme un humain sans main.
Lui, il en a besoin pour pleins de choses. Dont manger, chercher sa nourriture, communiquer entre eux et se reproduire.


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

112default Re: La maintenance des Corydoras le Jeu 7 Juil 2016 - 0:17

sulli25


Membre : Habitué
Membre : Habitué
moi il se porte très bien (je l ai lue sa mais je pense que tu aurait peut etre donner une solution autre que la mort) ##09 ##09 ##09 ##09 car la ils est avec les autre est essaye de se reproduire ##09 ##09 Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad

113default Re: La maintenance des Corydoras le Jeu 7 Juil 2016 - 0:26

Horlack


Modérateur
Modérateur
il peut essayer ce qu'il veut, mais sans barbillon, il ne peut pas se reproduire. C'est impossible.
Ils en ont besoin pour la fertilisation des œufs.
C'est ce qu'on appelle la "position en T" de la reproduction des Corys




C'est comme si toi, je te coupais les couilles.
S'il n'y a pas un début de repousse des barbillons dans les 1 à 2 mois, il devra être euthanasié.
Car en plus d'avoir "une forme de couilles" coupée, cela leur sert aussi à reconnaitre la nourriture, au même titre que des main coupées d'humain. Donc il ne peut plus manger correctement, alors il dépérira petit à petit.

Donc un corydoras avec une moitié de forme de couille et manchot de surcroît, c'est juste un véritable enfer pour lui.


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

114default Re: La maintenance des Corydoras le Jeu 7 Juil 2016 - 0:38

sulli25


Membre : Habitué
Membre : Habitué
ok merci je te redit dans 1 mois ou 2

115default Re: La maintenance des Corydoras le Ven 8 Juil 2016 - 17:45

Berg Hanger


Conseiller
Conseiller
Salut Horlack, vraiment génial ce post, je le suis depuis quelques temps déjà Smile

J'ai fais une observation intéressante, sur mon groupe de Corydoras trilineatus.

Tout d'abord présentation du groupe et historique de l'évolution.

Il y a deux ans +- j'ai récupéré (acheté un aquarium de présentation dans un magasin) mon aquarium de 830 litres, a l'intérieur de ce bac il y avait divers poissons, dont un pauvre et malheureux Corydoras trilineatus (qui faisait ça vie).

Ses barbillons étaient franchement dans un piteux état, un côté complétement rogné et l'autre pas très long.

J'ai mis les autres poissons dans mon club et j'ai gardé, que deux espèces (le Cory et les Garra flavatra Smile )

J'avais donc ma population de départ pour constituer mon groupe et j'avais aussi mon espèce (plus ou moins "imposé).

Après installation du bac et après quelques temps, les barbillons du côté un peu abîmés ont commencés à repousser, tandis que de l'autre côté où ils étaient rognés complétement, aucunes repousse (a l'heure d'aujourd hui ce corydoras n'a pas vu ses barbillons rognés repousser).

Ceci dit encore seul et dans un nouvel environnement, la grosse panique il a fait des aller venu sur les vitres de l'aqua) durant 5 jours avant de se calmer et reprendre une activité normale (mais en étant méfiant)

J'ai acheté mes premiers Corydoras trilineatus (adultes chez IKTUS, d'élevage) au bout de 5 semaines (5 individus) le solitaire, qui s'est avéré être une femelle, a mis du temps à se mettre avec ses congénères (elle devait être seule depuis de long mois). Mais elle a fini par se mettre en leur compagnie de temps à autre, surtout quand les nouveaux ont éprouvés la même difficulté d'adaptation (aller retour durant 4-6 jours le long des vitres de l'aquarium).

Donc à ce stade que 6 individus

Tout les corydoras, ce sont calmés, mais malgré leur comportement vif, à la recherche de nourriture (la journée) et jamais planqués, je ne les aient rarement vu vraiment ensemble. Des fois 2-3 individus se suivaient sans plus (ils se reposés parfois ensemble), je pensais que ces poissons se suivraient +ou- (comme c'est le cas dans la nature). Mais en fait chacun fais sa vie, des fois en groupe (petit ou plus gros) des fois carrément solo.

A ce stade des repro régulières.

Bon, je voulais de toute façon grossir le groupe (petit à petit), commande de 5 autres individus de la même espèce (chez Iktus, d'élevage). Les nouveaux corydoras ont fait connaissance avec les anciens, sans vraiment montrer un réel intérêt pour leur "copains". Par contre ils ont eu moins de peine à s'intégrer dans le bac, car les 5 nouveaux individus ont fait des aller retour que durant 2-3 jours avant de ce calmer (les anciens les ont accompagnés dans ce va et viens durant une journée + ou- avant de refaire leur vie tranquille ).

Présence de 11 corydoras trilineatus a ce moment là, là encore mis a part des fois où je les voyais a 9 individus se suivant, c'était plus par petit goupe de 3-5 individus qui se déplacés, certains étant des fois seul (la femelle du début étant facilement identifiable a cause d'un côté sans barbillons, j'ai pu observer qu'elle était soit seule, soit en groupe avec d'autres femelles).

Les repro toujours en cours avec les mâles exités nageant en pleine eau (et faisant parfois du sur place en hauteur pour localiser les femelles souvent plus au sol, très intéressant). Repro directement mangé par les "nez rouge".

Les femelles semblent moins disposé à nager en pleine eau, par contre elles montent à tout les niveaux, suivant les différents obstacles solides (allant même jusqu'à la surface, pour fouiller les racines et les touffes de plantes).

Chez Iktus je repère des C. trilineatus (cette fois sauvage). Je me dis tiens pourquoi pas en prendre pour compléter mon groupe et voir leur comportement.

J'en commande 3 (peur qu'ils soient parasités) chez Iktus. Je les reçois et ceux ci n'étaient pas du tout adultes Smile ils devaient à peine faire 3 cms, je les mets en quarantaine avant de les mettre dans le bac avec le groupe des 11 adultes.

Là j'ai remarqué une chose très intéressante, les 3 petits sauvages, ont eu le même comportement, ils ont recherchés tous les congénères dans le bac et ont fait une chose que je n'avais pas observé avec les adultes d'élevages.

Ils se sont mis à nager légèrement en hauteur au dessus des adultes, se placant vers la partie caudale.

Entre la nageoire caudale et la fin de la dorsale à 2-3 cms en lévitation durant une bonne dizaine de secondes, avant de se poser au sol et de suivre l'adulte en question, en faisant le même scénario a chaque fois qu'ils rencontré un nouvel adulte qu'il n'avait pas déjà rencontré.

Chaque jeune à fais la même chose, EXACTEMENT, avec chaque adulte durant une poignée d'heure, le temps de tous les rencontrer (mâle et femelle).

Les 3 petits ont fais cela chacun de leur côté avec tous les membres déjà en place dans le bac. Dès qu'ils les ont tous rencontrés, à partir de ce moment là et jusqu'à aujourd'hui, ils ne l'ont plus refais.

Maintenant tout comme les adultes ils sont soient en solo, soient avec un petit groupe d'adulte ou soit entre jeunes (2 jamais les 3 ensemble).

Les petits n'ont par contre, jamais eu "le mal de l'intégration", jamais de va et viens sur les façades de l'aquarium après l'introduction (pourtant même acclim au goutte à goutte pour tous les cory).

J'ai eu l'impression que les petits cherchaient a "saluer" et connaître l'ensemble du groupe. Mais pourquoi ce sont t'ils tous placer (les jeunes) a 2-3 cms au dessus de la zone caudale (entre la dorsale et la nageoire caudale) ? y a t'il une glande odorante ou un signal visuel quelconque dans cette partie là ? Ou autre chose ?

Pourquoi les adultes, n'ont pas eu le même comportement ? (ils, se sont senti plus ou moins en étant au sol, sans montrer un réel intérêt ni pour les autres adultes et ont fait de même avec les petits).

116default Re: La maintenance des Corydoras le Ven 8 Juil 2016 - 20:26

Horlack


Modérateur
Modérateur
Après installation du bac et après quelques temps, les barbillons du côté un peu abîmés ont commencés à repousser, tandis que de l'autre côté où ils étaient rognés complétement, aucunes repousse (a l'heure d'aujourd hui ce corydoras n'a pas vu ses barbillons rognés repousser).

=> Oui cela arrive, quand il a été trop rogné jusqu'à la racine.

qui s'est avéré être une femelle, a mis du temps à se mettre avec ses congénères (elle devait être seule depuis de long mois). Mais elle a fini par se mettre en leur compagnie de temps à autre, surtout quand les nouveaux ont éprouvés la même difficulté d'adaptation

=> Oui normal. Les corydoras font des sons entre eux. Même sur la même espèce, il y a de micro-diffèrence entre une vocalize d'un corydoras aeneus de Guyane , et un corydoras Aeneus du Paraguay. De façon imagée, ils ont sorte de "patois" propre à leur région.
C'est la même chose, que l'on commence à découvrir avec les cétacés en mer. 2 Groupes distincts et éloignés, ont des variations significatives de communication.
Faut le temps que ton corydoras comprenne les autres. Ou s'il ne comprend pas tout à fait, l'aspect grégaire a du l'emporter sur la peur, pour se joindre au groupe. Surement un peu un mélange de tout cela.
http://www.forumaquario.org/t127747-sciences-vos-poissons-chat-parlent

je pensais que ces poissons se suivraient +ou- (comme c'est le cas dans la nature). Mais en fait chacun fais sa vie, des fois en groupe (petit ou plus gros) des fois carrément solo.

=> Pas étonné non plus. Toujours une histoire de vocalises différentes entre eux. Ils doivent avoir un peu de mal à se comprendre, car ils sont probablement de différentes souche.
Donc ils sont à la fois tiraillé par une peur d'un corydoras qu'ils ne connaissent pas et qui est différent : le son
et à la fois tirailler par leur instinct primaire grégaire d'être ensemble et qui sont pareil : visuellement

Là j'ai remarqué une chose très intéressante, les 3 petits sauvages, ont eu le même comportement, ils ont recherchés tous les congénères dans le bac et ont fait une chose que je n'avais pas observé avec les adultes d'élevages
=> Encore une fois : normal
Le mimétisme par apprentissage est un des fondamentaux des corydoras.
partie Aparté => http://www.forumaquario.org/t114477-la-maintenance-des-corydoras#1380310
http://www.forumaquario.org/t114477-la-maintenance-des-corydoras#1380531

En élevage, ils n'ont pas leur parent avec eux. Ils perdent leur exemple sur les adultes, qu'ils copient.
En sauvage, les jeunes ont très vite copié leur parents puisqu'ils sont ensembles très tôt.
L’élevage en bac nurserie a peut être du bon, pour maximiser le nombre d'alevins emmener à terme. Mais il a également du sacré mauvais, car ils ont perdu une énorme notion du savoir acquis de leurs parents.
Les petits corys ont besoin d'apprendre très tôt un modèle à copier (souvent une femelle adulte), pour survivre dans la nature. Cette socialisation se transmet de génération en génération....ou se perd sans adultes.
Chose que tu peux vérifier aisément chez toi, en 4 à 5 générations de corydoras

Oui, oui, tu peux regarder, les corydoras me mangent presque dans la main ou m'ignorent. La raison est toute simple : copie de génération en génération de parents, qui n'ont pas peur.
A la 1ere génération, les parents ont peur, et n'approchent pas de la main ou très peu.
Une fois mis en confiance (ce qui est long), les parents vont petits à petits s'approcher de ta main.
Les petits feront de même.....et reproduiront le même comportement que leur aîné, sans avoir appris la notion de "peur" de ma main.
A chaque génération suivante, cet enseignement par mimétisme est de plus de plus renforcé.
Puis à la 5eme génération, les petits viennent directement manger dans ma main : ils ont intégré 5 générations de savoir mimétique = ma main n'est pas un danger pour manger.

Plus ils sont jeunes, plus ils font du mimétisme rapidement sur les adultes, plus ils s'intègrent rapidement à un groupe.

Puis à ma 5ème génération laissée avec les adultes pendant leur croissance
cela donne :


Ils ignorent tout bonnement ma main immédiatement !


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

117default Re: La maintenance des Corydoras le Mer 13 Juil 2016 - 23:02

Berg Hanger


Conseiller
Conseiller
Salut, Horlack.

Merci pour ta réponse, mais en fait j'ai du mal m'exprimer et noyer mes questions sous du superflue.

C'est pourquoi je me permet de remettre les questions ici, même sur ce message.

Là j'ai remarqué une chose très intéressante, les 3 petits sauvages, ont eu le même comportement lorsque je les aient introduit (pas le comportement des adultes, je me suis mal exprimé.), ils ont recherchés tous les congénères dans le bac et ont fait une chose que je n'avais pas observé avec les adultes d'élevages (les adultes n'ont jamais fait ce que je décris en dessous).

Les 3 jeunes se sont mis à nager légèrement en hauteur au dessus des adultes, se plaçant vers la partie caudale.

Entre la nageoire caudale et la fin de la dorsale à 2-3 cms en lévitation durant une bonne dizaine de secondes, avant de se poser au sol et de suivre l'adulte en question, en faisant le même scénario a chaque fois qu'ils rencontré un nouvel adulte qu'il n'avait pas déjà rencontré.

Chaque jeune à fais la même chose, EXACTEMENT, avec chaque adulte durant une poignée d'heure, le temps de tous les rencontrer (mâle et femelle).

Les 3 petits ont fais cela chacun de leur côté avec tous les membres déjà en place dans le bac. Dès qu'ils les ont tous rencontrés, à partir de ce moment là et jusqu'à aujourd'hui, ils ne l'ont plus refais.

J'ai eu l'impression que les petits cherchaient a "saluer" et connaître l'ensemble du groupe. Mais pourquoi ce sont t'ils tous placer (les jeunes) a 2-3 cms au dessus de la zone caudale (entre la dorsale et la nageoire caudale) ? y a t'il une glande odorante ou un signal visuel quelconque dans cette partie là ? Ou autre chose, qui puisse permettre d'identifier un individus ? <--- ce qui m'intrigue, c'est le comportement que les trois petits ont eu et pourquoi ils l'ont fait ? un salut, ils ont chercher à identifier les individus ? par l'odeur, par un signe visuel ? (car une fois que les petits avaient "identifiés" un individus, ils passaient à un autre et refaisaient de même avec le nouvel adulte, mais si ils croisaient un individus déjà rencontré, ils ne se mettaient plus en lévitation au dessus de l'adulte, il le suivait normalement au sol ou l'ignoré, mais faisait de nouveau la "lévitation" avec un adulte non rencontré etc...)...

Pourquoi les adultes, n'ont pas eu le même comportement quand j'avais introduit un groupe d'adulte, parmi un autre groupe d'adulte précédemment ?

118default Re: La maintenance des Corydoras le Mer 13 Juil 2016 - 23:08

13or


Membre : Occasionnel
Membre : Occasionnel
la c'est carrement militaire!! LoL

119default Re: La maintenance des Corydoras le Mer 13 Juil 2016 - 23:45

Horlack


Modérateur
Modérateur
@13or
Sauf que ta video est abjecte. Les poissons ont trempé des heures dans de l'eau qui contient des métaux, ou bien, opéré pour leur mettre des aimants dans le ventre
En dessous de la table se trouve des aimants.
Les poissons meurent tous, quelques heures après le soit-disant tour de magie.
C'est juste de la boucherie par intoxication, sur un poisson domestique. Le poisson rouge est un des rares poisson, qui a le même statut juridique que le chien et chat, et relève du Code Pénal

Article 521-1 du Code Pénal
« Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. »

http://www.forumaquario.org/t127723-tutoriel-aquariophilie-et-loi-francaise

==============
@Berg Hanger
Il se met en hauteur pour mieux voir ce que fait l'adulte, qu'il reproduit plus tard par mimétisme.
Ou pour identifier que c'est bien les mêmes de leur espèce avant de se joindre à eux.
Glande odorante, non. Mais hormone sexuelle, oui. Va savoir, les hormones ont peut etre aussi un rôle de communication ou identification entre corydoras. Ce qui ne serait pas étonnant. Les corydoras sauvage, vont utiliser tous leur sens pour identifier une menace ou un congénère : leur sens sont bien plus exacerbé. Faculté, que les corydoras d'élevage ont en partie perdu.


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

120default Re: La maintenance des Corydoras le Mar 2 Aoû 2016 - 14:47

Horlack


Modérateur
Modérateur
Nouvelle toute fraiche : nouveau corydoras découvert, Juillet 2016

Corydoras zawadzkii

Source PDF : https://www.researchgate.net/profile/Willian_Ohara/publication/305683019_A_new_long-snouted_species_of_Corydoras_Lacepede_1803_Siluriformes_Callichthyidae_from_the_rio_Madeira_basin/links/579a05ba08aefaeb30a99bf7.pdf

J'ai demandé à anemone-clown d'aquaportail de le mettre sur son site internet :
https://www.aquaportail.com/fiche-poisson-3724-corydoras-zawadzkii.html

Dans la même zone, a été découvert récemment le Corydoras pavanelliae et Corydoras brittoi
https://www.aquaportail.com/fiche-poisson-3708-corydoras-pavanelliae.html
https://www.aquaportail.com/fiche-poisson-3709-corydoras-brittoi.html

Sauf, que je ne suis pas totalement d'accord avec ces 3 corydoras.
Oui, c'est rare que je ne suis pas d'accord avec des scientifiques.
Il faut bien comprendre que depuis ces 10 dernières années, il a été découvert pas mal de nouveau corydoras.
Or d'autres scientifiques ont pointé du doigts, qu'il est anormal de découvrir des nouveaux corydoras dans des zones peuplés d'humain depuis un sacré bon moment. Ils seraient passés inaperçu pendant tout ce temps ?
De même, des scientifiques ont pointé du doigts que les corydoras sont fortement hybridables, et qu'il manque -trop souvent- des analyses génétique dans les nouveau corydoras. A rajouter l'effet de la déforestation qui fait migrer certains poissons de leur lieu d'origine. Tout ceci, peut faire que 2 espèces de corydoras qui ne se sont pas rencontrés pendant des millénaires, se sont rencontrés récemment. Et paf, en quelques années naissent des générations d'hybrides, que l'on pense être une nouvelle espèce.

Ce qui est critiquable dans les études scientifiques du :
- Corydoras pavanelliae
- Corydoras brittoi
- Corydoras zawadzkii
=>
- Pas d'analyse ADN pour certain à 100% que c'est une nouvelle espèce
- Non prise en compte de la forte hybridation possible des corydoras
- Non prise en compte de la déforestation qui peuvent faire migrer les corydoras
- Pas étude historique de la présence de ces corydoras dans le temps (demander aux gens/autochtone du coin depuis quand ils connaissent ces corydoras : savoir si elle est potentielle récente, ou bien, qu'on s'en souvient toujours depuis mémoire d'homme)
- Étude scientifique incomplète, voir bâclée.

La zone dont a été découvert ces 3 corydoras, est justement une zone qui a subi une très forte déforestation depuis 50 ans.


Ces 3 études ne sont pas fausses en soit. Mais incomplète pour lever tout doute. Il y a encore trop d'interrogations.
A rajouter que ces 3 corydoras ont des similitudes troublantes qui égrainent le doute.

Je tiens à remémorer le cas d'école assez récent sur les 3 loups d’Amérique du nord :
http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/biodiversite/20160801.OBS5617/il-n-y-a-pas-trois-especes-de-loup-en-amerique-du-nord-mais-une-seule.html
Ce que l'on croyait être 3 espèces de loup, n'est en vérité qu'un seul loup, et 2 hybrides coyote-loup. (appelé aussi cowolf)





_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

121default Re: La maintenance des Corydoras le Mar 23 Aoû 2016 - 17:58

Jo2305


Membre : Régulier
Membre : Régulier
Coucou Horlack (oui encore moi^^),

Jai la majorite de mes corys qui reste sur la vitre arrière droite de l'aqua de l'allumage (12h) jusqu'au moment de la nourriture (17h) et uniquement après ce moment ils commencent à vadrouiller un peu partout et à rester ensemble.

Tu aurais une explication ?


122default Re: La maintenance des Corydoras le Mer 24 Aoû 2016 - 0:55

Horlack


Modérateur
Modérateur
Pas d'affolement, pour le moment, laisse les trouver leur marque


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

123default Re: La maintenance des Corydoras le Mer 24 Aoû 2016 - 1:00

Jo2305


Membre : Régulier
Membre : Régulier
Ok, je suis trop impatient avec mes corys , merci Horlack Wink

124default Re: La maintenance des Corydoras le Jeu 25 Aoû 2016 - 21:53

Jo2305


Membre : Régulier
Membre : Régulier
Coucou (encore moi ahah),

Jai fait quelques calculs ce soir pour savoir si je pouvais accueillir de nouveaux Corydoras :

- En prenant en compte la taille max du Trilineatus, j'arrive à ~17 (avec %surface =65%

J'aimerais donc savoir si ca serait possible que je monte mon nombre de Cory trili OU que je rajoute un groupe de 6 pandas et si avec ces nouveaux corys je pourrais quand même rajouter un couple dapisto ou peut être une autre solution à me proposer ?^^

(Tout en sachant que jai 12 nez rouge dans le bac )

Oui je sais ca fait beaucoup de questions mais je suis en train de devenir un passionné des corys ##17

125default Re: La maintenance des Corydoras le Jeu 25 Aoû 2016 - 22:12

Horlack


Modérateur
Modérateur


Dit toi bien, que dans 1-1.5 ans, tu seras entre débutant/confirmé, soit environ 20.

Je conseillerais toujours de monter un même banc.
Mais rien ne t'empêche dans 1-1.5 ans, quand tu approcheras de 20 corys, de te séparer de 10, pour faire 10 Panda-10 Trilineatus.
Et bien, sur la prochaine étape, c'est 15-15. Mais ca, c'est plutôt dans 2+ ans.
Tu vois ta marge de progression.


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 5 sur 6]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum