Forum aquariophile pour toutes vos questions : eau douce et eau de mer. Poissons, aquarium et matériel.

Connexion

Récupérer mon mot de passe



Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 9 sur 9]

201default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Ven 13 Nov 2015 - 8:04

lapsus


Membre : Accro
Membre : Accro
Salut,
je suis justement en train de faire le point sur mes bacs sous filtré, ou c'est les plantes externe qui filtre le plus l'eau:

Bac sans filtre: très planté: j'ai eu des soucis avec mes Rositae: 2 première ponte avec que des rampants, problème réglé avec l'ajout d'une pompe pour brasser la surface et j'ai aussi arrêter de laisser les flottantes envahir la surface.

Je vais garder le principe de la sous filtration par exhausteur: brassage + oxygénation+ petite filtration via les mousses et bille d'argile de mes exhausteur.
toujours des plantes externe pour filtré l'eau, nos apisto. sont pas fan des no2et 3.
et je vais me faire la guerre pour faire des changements d'eau plus fréquent ##21

202default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Ven 13 Nov 2015 - 9:18

gomorck


Membre : Habitué
Membre : Habitué
Je suis resté sans filtration pour le moment, juste les plantes externes.
Depuis que je n'ai plus mes bulldozer de paleatus, ça va beaucoup mieux niveau limpidité de l'eau bizarrement !
Par contre avec juste une crypto balansae et ceratophylum + flottantes en surface, j'ai l'impression que ça manque d'oxygène. Les poissons ont une respiration qui ne me plait pas trop. Je vais recevoir d'ici quelques jours normalement 18 pieds de vallisneria spiralis.
Plus de problème de film en surface en ce moment. Les flottantes ont bien aidé pour ça.

203default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Ven 13 Nov 2015 - 10:23

Berg Hanger


Conseiller
Conseiller
@lapsus a écrit:
Bac sans filtre: très planté: j'ai eu des soucis avec mes Rositae: 2 première ponte avec que des rampants, problème réglé avec l'ajout d'une pompe pour brasser la surface et j'ai aussi arrêter de laisser les flottantes envahir la surface.

Pour les plantes flottantes en surface, j'avais fais le même constat, les laisser l'envahir, c'est une erreur, dont j'ai fais les frais avec mes jeunes A. sp"Abacaxis" et que je me serai bien passé de vivre. Des rampant d'une part tout comme toi, mais aussi une mauvaise croissance générale des jeunes et un système immunitaire moins performant à leur âge adulte, car souvent atteins de mycose, malgré le fait de les avoir placer dans de bonnes conditions par la suite (à ce jour ils sont tous morts ne dépassant pas l'âge de 1 an 1/2 pour les plus vieux mâles, ce qui est peu... Mais je m'en doutais car souvent patraques, raison pour laquelle je ne l'ai aient pas diffusés).

J'avais perdu quelques gestes suite a mon long break et voir les poissons dans cet état, m'a fait vite me remettre sur le droit chemin en améliorant mon installation par rapport à avant.

Ceci dit, ce n'est pas le seul élément pertubateur que j'ai eu, la tourbe JBL tormec activ a créée des problèmes dans mes bacs (lorsque que j'ai repris l'aquario, j'ai tenté la tourbe avec cette marque... quelle erreur). Avec comme symptômes après 24-48 h d'introduction une accélération de la respiration des poissons (symptôme réduit par l'apport d'eau neuve régulièrement et par la création d'un brasage plus "energique" de la surface de l'eau).

J'ai toujours eu des repro sans tourbe, du coup j'ai repris ma bonne vieille méthode, qui mets revenue en tête en me creusant les méninges ##06  (le seul bac ayant de la tourbe, c'est mon bac de 830 litres, mais exit la JBL tormec)

Par contre une chose m'intrigue... pourquoi créer un bac sans la moindre circulation d'eau ? Les Apistogramma, apprécie d' avoir un léger courant, ils ne se trouvent nullement en eau "dormante" en milieu naturel.

Un fort courant comme une circulation d'eau nulle est défavorable pour les Apistogramma.

Je vais garder le principe de la sous filtration par exhausteur: brassage + oxygénation+ petite filtration via les mousses et bille d'argile de mes exhausteur.

J'avais pas fais gaffe à cette phrase ##06  ok c'est largement mieux dans ce cas ##06

204default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Ven 13 Nov 2015 - 10:33

gomorck


Membre : Habitué
Membre : Habitué
Ok donc il faudrait quand même que je remette quelque chose ...

Si je mets un petit filtre interne maintenant, ça va provoquer une montée de nitrites ?

205default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Ven 13 Nov 2015 - 11:49

lapsus


Membre : Accro
Membre : Accro
Non si ton bac est cyclé pas de soucis

206default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Ven 13 Nov 2015 - 11:59

gomorck


Membre : Habitué
Membre : Habitué
Je vais me décider à commander le Eheim Aquaball. Comme tu l'utilises dans tes bacs, je sais qu'il est ok.
Le 60 me parait suffisant en fait , il va jusqu'à 480 L/h.

207default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Sam 14 Nov 2015 - 10:30

Grizonroux


Membre : Régulier
Membre : Régulier
Tu n'es pas obligé de filtrer Gomorck, un simple brassage suffit. Ca impact l'oxygénation de l'eau et les bactéries aérobies.

On trouve les mêmes apistos dans des zones ou il y a du courant et dans de zones ou l'eau est totalement stagnante, on peut en déduire qu'ils s'adaptent aux deux et que ce paramètre ne change pas grand chose...

Si tu regardes les vidéos de prélèvement d'apistos sauvages, tu constateras qu'ils sont souvent effectués dans les zones les plus faciles d'accès ce qui est logique, c'est à dire des bras morts de rivière ou le courant est nul, la profondeur faible et la berge accessible, et ça grouille de poissons.

208default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Sam 14 Nov 2015 - 11:18

Grizonroux


Membre : Régulier
Membre : Régulier
Quelques vidéos de collectes (il y en a des tas) pour illustrer mon propos, c'est plus parlant comme ça. Tu constateras que là les apistos sont prélevés dans des marigots, des bras morts voir même des marres ou le courant doit être inexistant. C'est un environnement de vie banal des apistos.







209default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Sam 14 Nov 2015 - 18:43

gomorck


Membre : Habitué
Membre : Habitué
Il doit me rester une pompe de 200 ou 300 L/h de la décante que j'avais avant dans ce bac. Je vais voir pour lui adapter un tuyau percé qui fera office de canne de rejet.
Merci pour les vidéos.

210default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Mar 17 Nov 2015 - 20:08

Berg Hanger


Conseiller
Conseiller
@Grizonroux a écrit:Quelques vidéos de collectes (il y en a des tas) pour illustrer mon propos, c'est plus parlant comme ça. Tu constateras que là les apistos sont prélevés dans des marigots, des bras morts voir même des marres ou le courant doit être inexistant. C'est un environnement de vie banal des apistos.








Justement,

Ce n'est pas un environnement de vie banal (la banalité signifie coutumier et les Apistogrammas vivent dans des milieux changeant et s'adaptent pour aller vers les lieux les plus calme) pour les Apistogrammas et les autres poissons, les zones dont tu parles, ils les connaissent une partie de leur vie épisodiquement, mais ce n'est nullement leur lieu de vie à l'année et heureusement pour eux, car à la période sèche il y a une forte mortalité des espèces.

Il ne faut pas non plus, oublier aussi une chose, les poissons majoritairement parlant, sont pêchés pendant la saison dite séche, là où le niveau de l'eau est le plus bas, mais où les conditions de vie sont les plus médiocre pour les poissons. Les poissons se retrouvent tous dans les zones les plus vivables. Donc très souvent concentré dans un même endroit, cette concentration, permet aux pêcheurs d'avoir le maximum de poissons en un minimum de temps et d'effort.

Donc il est normal de voir des video de pêche durant cette période et tu ne verras que ça, car lorsque le niveau de l'eau est le plus haut, la pêche serai infructueuse est personne ne va gaspiller son temps et son argent a tenter de prospecter là où les espèces peuvent s'éparpiller à loisir (donc introuvable à moins d'avoir une chance de c.....). Donc il y a une inexistence de videos (Pour ça il faut y aller et y vivre)

Par contre cette période est bonne pour chasser les gros poissons des gros Rio, qui s'aventurent dans les zones moins profondes comme les Arowana par exemple, difficilement pêchable en dehors de cette période.

Généralement ont trouvent les Apistogrammas dans les Igarapés etc lorsque les conditions sont entre la période de crue, juste avant la saison séche... par la suite quand les conditions deviennent plus difficiles ils doivent (pour certains) se résoudre à aller directement dans les gros Rio, où ils prennent le risque d'être dévorés par les plus gros prédateurs.

Quand la saison humide arrive, le niveau de l'eau monte tellement (eau remplie de particules) qu'une partie de la forêt est inondée, a ce moment là les Rio sont "déchainés et les Igarapés, n'offre plus le calme que les Apistograma (en généralité) recherche, d'une part il y a trop de courant d'autre part les gros prédateurs rentre dedans (Igarapé) et (forêt inondées). Dans la forêt ils trouvent un vaste lieu rempli de nourriture multiple est variée (contrairement à la saison séche, ou c'est plutôt ceinture) et c'est vers cette période, qu'ils pondent et éléve leur petits...

Par la suite le niveau de l'eau diminue et les Apistogramma retrouvent leur Igarapé etc... mais certains se retrouvent coincés dans des petites mares où leur durée de vie est aléatoire selon la profondeur de la "fosse" où ils sont. Si c'est une mare temporaire, ils sont condamnés d'office (j'ai sauvé quelques M. Ramirezi retrouvés dans ce type de trou d'eau, c'est d'ailleur ce type de poisson que mon ami me rapporté du Vénézuela à l'époque, ceux qui auraient dû y passer) mais je rassure tout le monde ils seront morts bien avant que le milieu s'asséche, ils auront était tués par un manque d'apport d'eau neuve, de pollution du milieu et par manque d'oxygéne.

Dans ces cas là ils (certaines espèces du moins) rencontre des Killies de type rivulus (qui eux sont largement plus adapté a ce milieu fermé et peuvent en changer).

D'autres trouveront refuge dans des mares non temporaire, qui permettront à quelques indivus (les plus résistants) de survivre jusqu'à une nouvelle crue (une nouvelle inondation) leur permettant de s'échapper et de continuer leur voyage, vers un nouveau lieu. les Apistogramma agassizii sont mieux taillé pour ce genre d'aventure, c'est pour ça qu'ils ont réussi l'exploit de coloniser toute l'Amérique du Sud (du moins une grande partie Smile )

Car affirmer, qu'un Apistogramma vie dans des mares en milieu fermé, c'est un peu erroné, comme je le soutien, un filet d'eau aussi minime soit t'il est indispensable pour les Apistogrammas. (Après libre à chacun de faire comme il l'entend).

Penchons nous sur tes videos.

Celles que tu as postés, sont toutes des videos de milieu ouvert

Le Rio Orinoco supérieur et un Rio donc une riviére, donc il y a une circulation d'eau constante. le débit peut atteindre +-28 000 m3/s en période haute (plus) le courant étant trop puissant les Apistogrammas iront dans les zones les plus calmes dans les berges, la foret inondées etc... (l'eau y circulera néanmoins).

L'Amazone; tout le monde connais, pas la peine d'en parler, nous savons tous qu'elle débite (dans la période haute ce n'est pas un lieu viable pour les Apisto, ils préfèrent largement les Igarapé ou la forêt inondée selon le niveau d'eau (là encore le milieu est changeant et là encore il y a circulation d'eau).

Le Rio Jandiatuba, bon là encore un Rio, donc une rivière, donc un milieu ouvert, donc une circulation d'eau de plus de 500 kms de longueur Smile
https://www.youtube.com/watch?v=2o6Wn1DnRUU

a partir du début de la vidéo ont aperçois sur la terre une bande de sable blanche, c'est à ce niveau là que ce Rio ce trouve le plus régulièrement (entre la période inondée et avant la zone séche) à partir de 0.12 (un peu avant on vois les pêcheurs sur une plage de sable, cette zone est complétement inondée en période de crue, ça montre la variabilité de ce genre de milieu) Pourtant malgré le fait que le milieu soit bas, il n'y a pas d'eau stagnante.

En vue aquatique à partir de 1 : 59 https://www.youtube.com/watch?v=aH47ODD3eCo ont s'aperçois qu'il y a un léger mouvement de l'eau, pour en avoir la preuve il suffit de suivre les particules flottants dans l'eau (allant dans le même sens, donc emportés par le courant et non mis en mouvement par un quelconque mouvements de nageoire des poissons)

https://www.youtube.com/watch?v=5EV12vdZ61g une autre video sous marine prise également en saison séche. (ce qui permet de constater, que l'eau dormante, vue d'au dessus et loin de l'être... certe on est loin du courant créé par une pompe d'aquarium a son rejet maxi, mais ça circule). C'est le lieu idéal pour les characidés et les Cichlidés nains... d’ailleurs je profite de ce poste pour vous montrer que en 8:09 ont apperçoit un petit groupe d'Apistogramma sur la gauche avec un petit groupe de dicrossus (ce qui montre bien que les Apistogramma sont des poissons appréciant les leur... hors période de repro, puisque nous sommes en saison sèche et ils se suivent lorsque le cameraman s'avance vers eux). Mais il y a une circulation d'eau, c'est nullement une zone sans circulation d'eau.

autre exemple Rio Caurés https://www.youtube.com/watch?v=VnTBoGqNoAE 1: 43 sur la gauche un apistogramma du groupe regani. Le courant y est plus présent ##06 il doit y en avoir d'autres dans cette video (que je vais du coup regarder plus tard ##06 )

Les videos sous marines sont également prise, quand les conditions le permettent, ça veut dire que ce milieu est changeant et les zones filmés (cette zone sous l'eau après la période des pluies peut très bien être a sec un mois plus tard).

Il n'y a donc pas de milieu de vie banal pour les Apistogrammas, c'est pour cela que je joue également sur les périodes sèche et humide dans mes aquariums (exepté que durant mes saisons sèches, en été quand il fait trop chaud, je brasse volontairement l'eau de mes aquariums pour éviter de les voir le ventre en l'air... vu que la température monte...).

211default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Mer 18 Nov 2015 - 2:20

Grizonroux


Membre : Régulier
Membre : Régulier
Je ne vois pas trop ou tu veux en venir Berg. Les apistos vivent dans tout un tas de milieux, c'est une simple évidence non? Eau stagnante, pleine eau j'en passe et des meilleures.

Des marigots blindés d'apistos il doit y en avoir des dizaines de milliers, pour moi c'est donc banal. Et puis l'amazonie c'est très différent des grandes plaines inondables du pantanal pour ne prendre qu'un exemple parmi cent, on trouve pourtant des apistos dans ces deux milieux très différents, et certaines espèces identiques.

Tu es un peu trop dogmatique à mon goût à propos de la réalité de ce qui est ou n'est pas. Tu affirmes beaucoup de choses mais pour moi tout ça m'apparait bien plus complexe et surtout indéterminé que ce que tu dis. ##27

212default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Mer 18 Nov 2015 - 8:31

gomorck


Membre : Habitué
Membre : Habitué
De ce que j'ai compris du post de Berg, c'est que le milieu "marigot d'eau stagnante peu oxygéné" n'est qu'un passage de quelques semaines/mois par an dans la vie d'un apisto (et pas forcément la meilleure en plus) et que donc reproduire ça de façon permanente ( ce que je faisait en ayant aucun courant dans mon bac) était une erreur.
Conclusion => j'ai remis une petite pompe pour brasser un peu tout ça.

213default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Mer 18 Nov 2015 - 16:46

Berg Hanger


Conseiller
Conseiller
@Grizonroux a écrit:Je ne vois pas trop ou tu veux en venir Berg. Les apistos vivent dans tout un tas de milieux, c'est une simple évidence non? Eau stagnante, pleine eau j'en passe et des meilleures.

Des marigots blindés d'apistos il doit y en avoir des dizaines de milliers, pour moi c'est donc banal. Et puis l'amazonie c'est très différent des grandes plaines inondables du pantanal pour ne prendre qu'un exemple parmi cent, on trouve pourtant des apistos dans ces deux milieux très différents, et certaines espèces identiques.

Tu es un peu trop dogmatique à mon goût à propos de la réalité de ce qui est ou n'est pas. Tu affirmes beaucoup de choses mais pour moi tout ça m'apparait bien plus complexe et surtout indéterminé que ce que tu dis. ##27

##10 ##10 ##10  (heureusement qu'il y a une trace ecrite)

Soit tu n'as pas compris ce que j'ai ecris, soit tu lis tout de travers... soit je ne sais pas ecrire ( mais Gomork, m'a compris en tout cas). Je (et j'ai) dis justement que les Apistos se trouvent dans un environnement FORTEMENT changeant (et doivent s'adapter a la situation selon les saisons, j'ai meme mentionne le cas des Apistogramma agassizii pour illustrer mon propos), contrairement a toi qui les situent dans un type d'environnement.

De plus tu postes des videos, sans prendre en compte le changement de saison, et la variation des lieux en affirmant que c'est comme ca et pas autrement. Je trouve que ton informations est fausse, je l'a corrige, selon mes connaissances.


Il suffit juste de te relire et me relire, mais tu viens de contredire ta version precedente en me donnant raison (donc oui c'est une evidence que c'est complexe).

Le Pantanal, ne connais pas de transformation ? si tu crois que ce lieu est constament inonde et n'a pas deux visages, tu te trompe serieusement. Ce n'est pas parce que c'est un marecage geant, qu'il reste toujours en eau.

Lui aussi connais sa saison seche avec, c'est cheneaux, rivieres, lagunes, lacs bien distincts... et sa saison des pluies d'octobre a Decembre-janvier mais le flux d'eau venant du nord fait monter son niveau jusqu'a fevrier- Mars. Donc, lui aussi voit son niveau d'eau monter durant les crues inondant le milieu terrestre (c'est verifiable). Dans ce lieu, la seule difference avec l'Amazonie, c'est qu'il possede des plus gros trou ##06 (des lacs) qui sont temporaire et disparaissent sous les eaux (ca change un peu, mais certains s'assechent) lors des inondations (ca permet aux especes de migrer en empruntant des zones qui la moitie du temps son seches). ce lieu est largement moins hostile pour les Apistogramma, dans le sens ou ils trouvent plus facilement refuge dans ses lacs lors de la descente des eaux (schematiquement, ce biotope n'est pas si eloigne que ce qui ce passe dans l'Amerique du Sud dans son ensemble) Par contre ils sont plus expose aux predateurs de toutes sortes, comme les loutres geantes et les piranhas, il faut aller dans la région de ­Nhecolândia pour voir la splendeur des lieux... Personnellement je n'y ai pas mis les pieds contrairement a des amis. J'ai juste vu des photos... Mais j'irais un jour.

Mais bon si on parle du Pantanal ont peut aussi parler du Paraguay, le milieu est identique est on y trouve plus ou moins les meme Apistogramma. Les fameux A. borellii que tu as maintenu>

Le Pantanal est lui aussi un milieu changeant, tout comme l'Amazone etc... et le plus drole dans l'histoire, c'est que 50% de l'eau qui l'alimente ne vient pas du ciel directement, mais des Rios et Affluents des plateaux environnants. C'est un peu un effet domino de ce qui se passe plus en hauteur avec la meme conclusion.

Si une espece d'Apisto avait connue un milieu ferme continuellement boueuse et en manque d'oxygene elle se serait adapte morphologiquement.

Maintenant je suis le premier a expliquer dans mes posts que certaines especes ont des besoins specifiques (celle que je connais pas j'en parle pas et je le fais savoir). Pour rester dans le Pantanal, les A. borellii, une maintenance a long terme dans une eau, n'exedant pas les 23 c sauf durant une petite periode ou l'on peu monter a 25 c (mais pas plus)... fait des recherches sur mes posts. J'evoque donc bien un changement dans les conditions de naintenances, donc, un changement de milieu, par rapport a une majorite d'especes...

214default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Mer 18 Nov 2015 - 18:46

Grizonroux


Membre : Régulier
Membre : Régulier
J'ai parfaitement compris ce que tu dis, mais je ne vois juste pas où tu veux en venir, c'est différent. Je ne situe aucun poisson dans un type d'environnement je ne sais pas ou tu as cru comprendre ça, j'ai juste dit que les eaux stagnantes étaient en un environnement commun et banal pour les apistos, exactement comme les eaux plus courantes. Mais je n'ai pas les moyens ni le savoir pour entrer plus dans le détail, et ce serait de toute façon le travail scientifique de plusieurs vies tant on est dans des écosytèmes variés, divers et complexes.

Le changement de saison ça veut un peu tout et rien dire, de ce que j'en sais c'est très variable les saisons selon ou l'on se trouve en Amérique du Sud , généraliser sur ce thème me semble juste... Risqué.

Nous ne sommes pas ichtyologistes non plus. Affirmer que le Borellii se maintien à 22/23° avec des pics à 25° et que c'est comme ça dans la nature et pas autrement, quand on voit la répartition géographique conséquente de cette espèce et la diversité des milieux naturels qu'elle rencontre ça me laisse circonspect. Surtout quand on voit les relevés de températures d'eau effectués par les professionnels et aquariophiles qui voyagent, ou l'on constate bien souvent des amplitudes parfois gigantesques et insoupçonnées. Mais je serai ravis de me tromper, et si tu me montes des dizaines de relevés de température multi-annuels sur des lieux de prélèvement différents de Borellii je serais heureux de te rendre raison, mais là comme ça, j'ai de gros gros doutes.

Pour avoir maintenu des Borellii, tout ce que je peux affirmer c'est que j'ai eu peu de pontes à 24/25°, qui était la température diurne/nocturne du bac. Par contre, en montant à 27/28° et avec un petit changement d'eau, ils étaient bien plus motivés. Mais peut-être peut-on obtenir de belles pontes très régulières à 24/25° avec des paras d'eau particuliers, qui sait, je n'en sais rien, jamais essayé.

L'aquariophilie me semble être bien davantage une somme presque infinie de particularités qu'une généralité. La prudence me semble donc de mise quand on parle du mode de vie naturel des poissons ou de leur environnement.

Le particularisme me semble toujours plus adapté que la généralisation. C'est tout.





215default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Jeu 19 Nov 2015 - 0:20

Berg Hanger


Conseiller
Conseiller
@Grizonroux a écrit:J'ai parfaitement compris ce que tu dis, mais je ne vois juste pas où tu veux en venir, c'est différent. Je ne situe aucun poisson dans un type d'environnement je ne sais pas ou tu as cru comprendre ça, j'ai juste dit que les eaux stagnantes étaient en un environnement commun et banal pour les apistos, exactement comme les eaux plus courantes. Mais je n'ai pas les moyens ni le savoir pour entrer plus dans le détail, et ce serait de toute façon le travail scientifique de plusieurs vies tant on est dans des écosytèmes variés, divers et complexes.



J'aimerai bien connaitre le nom des espèces d' Apistogrammas de milieux fermé vivant de façon permanente dans un lieu fermé. Automatiquement morphomogiquement ils ont évolués (Les Betta et les killies l'ont bien fait), tout comme les Apistogramma de pleine eau (soit ils ont une taille imposante pour éviter les prédateurs, soit ils vivent comme les characidés en banc et non plus en groupe... soit ils ont évolués autrement, mais je ne vois pas de quelle façon). En cela ça m'intéresse, car je ne les connais pas.


Pas besoin d'être scientifique pour le savoir, il suffit juste de se reporter sur le travail déjà effectué sur le terrain. Vu que tu me trouves dogmatique et que mes propos sont remis en question, je t'invite à lire le Mergus cichlid atlas volume 2 page 194-195 tu as un tableau très bien réalisé, qui indique le nom des espèces d'apistogramma et les zones dans lesquels elles peuvent être trouvé (creek, riviére, eau stagnante) et quelque soit l'espèce là où elles se trouvent en eau stagnantes tu les trouves automatiquement ailleurs, le contraire jamais, des espèces ne se trouvent jamais en eau stagnante alors que tu les trouves en rivière ou dans des creeks. Les espèces présentes dans les trous d'eau stagnants ne demeurent jamais longtemps dans les fossés où ils ont était apperçu des années auparant pour réapparaitre quelques années après, des fois avec d'autres espèces... Je citerai encore une fois le cas de A. agassizii qui est l'espéce le plus souvent rencontré dans divers habitats


Le changement de saison ça veut un peu tout et rien dire, de ce que j'en sais c'est très variable les saisons selon ou l'on se trouve en Amérique du Sud , généraliser sur ce thème me semble juste... Risqué.

Précise ta pensée, tu en sais quoi exactement ? Il y a un cycle saison de pluie, saison sèche. Ce n'est pas une généralisation, c'est un fait. Tu peux contester mes propos, mais pas ceux des chercheurs, je t'invite à lire Le Mergus Cichlid Atlas 2 et South American Dwarf Cichlids (attention il y a du tri à faire surtout dans le deuxième).

Tout les paramètres pour la maintenance des poissons est basé sur une moyenne, tu peux tout remettre en cause, car les scientifiques, chercheur etc... prennent une mesure globale (qui est une moyenne et ils se basent dessus... quelque soit le milieu, température , pH etc, la taille des poissons c'est une mesure moyenne, il serait impossible de mettre toutes les mesures, pour simplifier on généralise... C'est pas seulement dans le monde aquatique. Encore une fois il suffit de lire les descriptions

Nous ne sommes pas ichtyologistes non plus. Affirmer que le Borellii se maintien à 22/23° avec des pics à 25° et que c'est comme ça dans la nature et pas autrement, quand on voit la répartition géographique conséquente de cette espèce et la diversité des milieux naturels qu'elle rencontre ça me laisse circonspect. Surtout quand on voit les relevés de températures d'eau effectués par les professionnels et aquariophiles qui voyagent, ou l'on constate bien souvent des amplitudes parfois gigantesques et insoupçonnées. Mais je serai ravis de me tromper, et si tu me montes des dizaines de relevés de température multi-annuels sur des lieux de prélèvement différents de Borellii je serais heureux de te rendre raison, mais là comme ça, j'ai de gros gros doutes.

Il faut également se pencher sur le travail des anciens... A quoi servirai leur boulot, si on n'en prends pas connaissance. Les relevés sont fait en surface est c'est clairement indiqué dans la description des relevés, c'est pour ça qu' avec des amis on a voulu aller plus loin (enfin ,moi je n'étais pas sur place là bas), car résidant sur place temporairement ils ont le temps pour ça... On a des passes temps étrange durant nos vacances Smile  ##15   Pour les A. borellii, tu les trouves en effet dans différents endroits Rio Paraguai, Rio Cuiabà, Rio Paranà nord de l'Argentine, Rio Uruguay. Mais dans tous les endroits, les A. borellii sont confrontés à un hiver froid (l'hiver = juin-Aout) ou la température de l'air tourne autour de 16 a 17,5°c (l'eau en surface y est a 16-18°c durant cette période, mais un peu plus chaude au delà de 30 cms de profondeur +-20 °c)... Mais elles sont déjà descendu plus bas lors de leur hivers de 1951 et 1960 en été la température de l'air est généralement (considéré comme normale) entre 26,5°c et 27,5°c  l'eau en surface est de 26,5°c mais beaucoup plus fraiche au delà de 30 cms de profondeur. Il arrive des années ou la température de l'air atteins les 40°c (l'eau en surface atteinds les 30 °c en profondeur surement moins autour de 28°c... mais c'est rare et les poissons n'aiment pas).

Tu voulais des paramètres de pro eh bien je vais t'en donner.

Rio Cuiabà : date : 11 juillet 1996 time : 17h00 water mouvement : sluggishly flowing (pas stagnant donc Smile ) Water colour : carrying lots of sediments, cloudy surface temperature : 26,3 °c (c'est une mesure en surface donc plus chaude). pH-value : 7.03 Electrical conductivity (25°c) Us/cm 78, Acid capacity up to pH 8.2  (p-value). mmol/l = N.P, Acid capacity up to pH 4.03  (m-value). mmol/l = 0.65. As carbonate hardeness, °d = 1,8. Total Alkalis (Ca2+/Mg2+) mmol/l = 0.33. As total hardness, °d = 0.78. Sodium (Na*), mg/l = 1.7 . Potassium (K*), mg/l = 1,6. Calcium (Ca+), mgl/l = 8,3. Magnesium (Mg2+)) mg/l= 2,9. Iron (Fe2+/3+), mg/l = 0,17. Manganese (Mn2*) mg/l = 0,002. Ammonium (NH4+) mg/l = <0,02. Nitrite (NO2) mg/l = <0,02 Nitrate (NO3) mg/l= 1,9. Chloride (Cl-) mg/l = 1.0. Sulphate =4.1 mg/l. Phosphate = 0.08 mg/l Hydrogen Carbonate = 40 mg/l

Oxygene 1,7 mg/l

Maintenant mes amateurs d'amis Smile ont relevé en Juillet 2008 entre le 5 et le 25 un pH de 6,08 à 7,05 une température en surface de 24 à 27°c une température en profondeur de + 30 cms entre 19 et 24,8°c une conductivité (mesuré a 25°c) de 65 un débit très faible et une eau légérement teinté. Le reste pas testé, car ils n'ont pas la possibilité de le faire. Ils ont galérés dans l'eau fraiche pour avoir la température de milieu de zone, par contre ils n'ont pas pu prendre la température au "sol".

ET

Rio Paraguai, Mato Grosso Brazil : date : 11 juillet 1996 time : 13h10 water mouvement : Moderately flowing (pas stagnant donc Smile ) Water colour : Clear, tea coloured, sandy ground surface temperature : 26,4 °c (c'est une mesure en surface donc plus chaude). pH-value : 6,84 Electrical conductivity (25°c) Us/cm 39, Acid capacity up to pH 8.2  (p-value). mmol/l = N.P, Acid capacity up to pH 4.4  (m-value). mmol/l = 0.31. As carbonate hardeness, °d = 0,87. Total Alkalis (Ca2+/Mg2+) mmol/l = 0.14. As total hardness, °d = 0.78. Sodium (Na*), mg/l = 1.5 . Potassium (K*), mg/l = 2,7. Calcium (Ca+), mgl/l = 3,1. Magnesium (Mg2+)) mg/l= 1,5. Iron (Fe2+/3+), mg/l = 0,60. Manganese (Mn2*) mg/l = 0,004. Ammonium (NH4+) mg/l = <0,02. Nitrite (NO2) mg/l = <0,02 Nitrate (NO3) mg/l= 3,1. Chloride (Cl-) mg/l = 1.1. Sulphate =1.0 mg/l. Phosphate = 0.08 mg/l Hydrogen Carbonate = 19 mg/l

Oxygene 3,3 mg/l

Maintenant mes amateurs d'amis Smile ont relevé en Juin 2008 entre le 2 et le 15 un pH de 6,2 à 6,5 une température en surface de 24 à 27°c une température en profondeur de + 30 cms entre 19 et 23,2°c une conductivité (mesuré a 25°c) de 32 un débit faible et une eau légérement teinté.

Milieu differents ou ce trouve A. borellii pourtant il y a des similitudes

Pour aller plus loin : les populations les plus représentatif d'A. borellii  A103, A104,  A105 A234 apprécie tous la fraicheur, vu qu'ils sont tous présent dans des cours d'eau frais les 3/4 du temps.

A noter que le A. commbrae venant en partie du Rio Cuiabà, croise A. borellii est qu'il a les mêmes besoins que ce dernier, à savoir une eau fraiche au alentour de 23-24°c pour se sentir bien, c'est des éléments suffisants pour affirmer que A. borellii vie bien en eau fraiche ?


Ce n'est pas moi qui invente ces chiffres, tu peux les trouver dans les tableaux de paramètres du livre South American Dwarf Cichlids, perso je trouve ça intéressant, mais un peu chiant, concernant certaines données


Pour avoir maintenu des Borellii, tout ce que je peux affirmer c'est que j'ai eu peu de pontes à 24/25°, qui était la température diurne/nocturne du bac. Par contre, en montant à 27/28° et avec un petit changement d'eau, ils étaient bien plus motivés. Mais peut-être peut-on obtenir de belles pontes très régulières à 24/25° avec des paras d'eau particuliers, qui sait, je n'en sais rien, jamais essayé.

Plus motivé, c'est un peu normal et ça tombe sous le sens vu que en augmentant la température du bac, tu as augmentés le métabolisme de tes poissons (les Apistos ne régule pas). Mais tu as du coup réduit leur espérance de vie.

L'aquariophilie me semble être bien davantage une somme presque infinie de particularités qu'une généralité. La prudence me semble donc de mise quand on parle du mode de vie naturel des poissons ou de leur environnement.

Le particularisme me semble toujours plus adapté que la généralisation. C'est tout.



Exepté que si tu ne généralise pas tes données en mettant une moyenne, tu ne t'en sortira jamais, les paramètres variant tout le temps, tu as besoin d'une base (bien sûr que c'est variable, je le répéte sans cesse.



Maintenant je pense que c'est à toi de jouer le jeu : parle moi donc des Apistogramma vivant en pleine eau et de ceux qui vivent spécifiquement dans les trous d'eau sans omettre les meilleurs, vu que tu parles de particularisme et que tu sembles maitriser le sujet et que c'est le but de ce post d'ailleur.







Dernière édition par Berg Hanger le Jeu 19 Nov 2015 - 12:51, édité 1 fois

216default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Jeu 19 Nov 2015 - 11:41

Berg Hanger


Conseiller
Conseiller
Pour continuer sur A. borellii je rajoute quelques informations supplémentaires concernant la population de l'Uruguay trouvable en ces points de coordonnées (29°30’34.1” S,
56°43’11.8” W)  dans le district de João Arregui, qui est une zone palustre permanente
recouverte d'une forte végétation macrophyte

J'ai trouvé un lien intéressant http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://images.climate-data.org/location/317024/climate-table.png&imgrefurl=http://fr.climate-data.org/location/317024/&h=195&w=600&tbnid=F7pWbXnrV3RuSM:&docid=QxzoUyrHtAQ0jM&itg=1&ei=6KBNVs-QH8aGaIPyssAI&tbm=isch&iact=rc&uact=3&page=1&start=0&ved=0CCcQrQMwAmoVChMIz6SPpKCcyQIVRgMaCh0DuQyI

Tiens tiens... il ne fait pas bien chaud, pourtant les A. borellii y sont. On a du du 8,7 du 9,6°c du 14°c du 11,5°c du 19°c du 22°c avec un maximal de 32°,8 C... tiens tiens Smile Smile Smile C'est la température de l'air, l'eau ne descends pas autant, n'oublions pas que durant les basses températures, il y a un fort apport d'eau venant du sud qui permet à l'eau de rester dans des valeurs tolérables de 18°c +-
néanmoins la température moyenne est de 20°c (dans l'air)  ##17  nous sommes bien loin des 28°c de ton bac


Un lien donné par Horlack concernant la température de l'eau et les paramétres pages 26-29 http://www.caru.org.uy/web/sub_medio_ambiente/Las%20Canas%20web.pdf

6.13.4 Temperatura
La temperatura del agua medida in situ, durante los muestreos de otoño-invierno
tuvo un promedio general de 12,22 °C; con un mínimo de 9,87 °C en el Arroyo Las Cañas
durante el muestreo del 20/06 y un máximo de 14.92 °C en la estación “Muelle Las
Cañas” en el muestreo del 15/07/13.

En los muestreos de primavera-verano, el promedio general fue de 25.16 C°, con
un mínimo de 18.80 °C en la boca del arroyo Las Cañas en el muestreo del 31/10/13 y un
máximo de 31.77 °C en frente a la descarga del caño de la laguna de saneamiento el día
16/01/14.


Je ne connaissais pas ce document avant, mais c'est marrant, on est pas loin de ce que j'avais dit dans le message précédent et c'est curieusement proche du lien que j'ai posté plus haut

6.13 Parámetros Físico-Químicos
6.13.1 Conductividad
Los valores de conductividad medidos durante los muestreos en todas las
estaciones del río, variaron de 61,7 a 76,9 µS/cm, con una media aritmética de 67.5
µS/cm; mientras que en los aportes y el efluente de la laguna, osciló entre 97.9 y 1399.1
µS/cm con una media aritmética general de 553,9 µS/cm (Figura 33).



On trouve aussi les A. borellii  dans le Rio Corientes là aussi la température moyenne de l'eau est situé autour des 20°c point de coordonnées  = 30° 0′ 38″ S, 59° 33′ 21″ W En decimal -30.010556°, -59.555833° https://www.youtube.com/watch?v=w7DNxPeWtDM sur la vidéo on remarque les berges ayant étaient errodés par le niveau de l'eau, lors de la période des pluies (crue) le milieu évolue considérablement comme je l'ai dit précédement... on n'est pourtant pas dans le secteur Amazonie Wink loin de là....

Cette video montre bien l'un des biotopes de A. borellii https://www.youtube.com/watch?v=U0jHf4dYzqU (après les pluies)

Les A. borellii se trouvent aussi en grand nombre dans le Paranà énorme riviére est l'on n'en trouve vers Porto Primavera ou la température de l'air est en moyenne de... devine...

25.9 °C font du mois de Janvier le plus chaud de l'année. Avec une température moyenne de 19.1 °C, le mois de Juin est le plus froid de l'année

rimavera a un climat de type tropical. En hiver, les précipitations y sont plus faible qu'en été. D'après Köppen et Geiger, le climat y est classé Aw. La température moyenne annuelle à Primavera est de 22.8 °C. Il tombe en moyenne 1242 mm de pluie par an.


http://fr.climate-data.org/location/772056/

Les A. borellii dans les zones plus au sud sont des espèces forestière, qui vivent sous un fort couvert végétal ou la température n'exéde pas les 25°c et ou la température moyenne tourne autour de 20-23°c (j'ai pris exprés des points éloignés les uns des autres).

Que tu ne portes pas crédit à mes dires est une chose (et pourquoi pas après tout, si ça permet de continuer ce post, ce n'est pas plus mal Smile ), mais là j'ai apporté assez d'éléments (crédibles et spécifique) il me semble, concernant les A. borellii.

Ma question de la fin de mon message précédent reste ouverte.

217default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Jeu 19 Nov 2015 - 14:07

Horlack


Modérateur
Modérateur
Je prends le pop-corn et je regarde le débat dans mon fauteuil ##06

Il y a 6 bassins hydrologique en Uruguay.
Chaque point rouge est une station hydrologique.


La question est : ai je accès aux données ?
Réponse : oui, car je prends du popcorn ##17


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

218default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Jeu 19 Nov 2015 - 14:53

Grizonroux


Membre : Régulier
Membre : Régulier
Pour commencer par la fin je vais encore me répéter: Je n'ai jamais dit que des apistos vivaient exclusivement dans des trous d'eau, d'ailleurs je n'ai même jamais parlé de trou d'eau, mais uniquement de bras morts ou de marigots, ces étendues d'eau éphémères ou durables (parfois fort vastes, on est loin du trou d'eau) selon les saisons qui parsèment les cours principaux des rivières dans lequel le courant est faible à nul et dans lesquels vivent des tas de poissons, dont des apistos. Ces nombreux endroits d'accès plus aisés pour les collectes, par exemple.

Pour le reste, je te remercie de tes posts argumentés, mais on ne parle pas de la même chose. Les fleuves et rivières principaux dans lesquels on mentionne la présence des borellii possèdent tous des dizaines d'affluents, des tas de petits ruisseaux (et j'en passe et des meilleurs, puisque tu aimes cette expression). Il est fort probable que les borellii colonisent partiellement tout ou partie de ces endroits, il me semble qu'on ne peut raisonnablement pas comparer ces environnements les uns aux autres en affirmant que c'est partout pareil. La température de l'eau d'une rivière à très faible courant ayant moins d'un mètre de profondeur et un couvert végétal faible peut difficilement être comparé à un fleuve, quand bien même les mêmes espèces y vivent et que ces deux endroits sont situés dan la même zone géographique.

C'est pourtant ce que tu suggères en affirmant que les Borelli vivent dans des eaux à 22/23°, point final. Que des Borelli vivent dans des eaux à 22/23°: A la bonne heure. Que ce soit le cas de tous les Borellii: Non.

Que tu suggères de façon argumentée que le Borelli puissent être maintenus en aquarium à 22/23°, aucun problème. Mais soutenir et affirmer que c'est la seule et l'unique maintenance qui soit viable et respectueuse des poissons et de leurs besoins naturels: Ca me semble vraiment osé et surtout totalement improbable.

219default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Jeu 19 Nov 2015 - 19:57

Berg Hanger


Conseiller
Conseiller
@Grizonroux a écrit:Pour commencer par la fin je vais encore me répéter: Je n'ai jamais dit que des apistos vivaient exclusivement dans des trous d'eau, d'ailleurs je n'ai même jamais parlé de trou d'eau, mais uniquement de bras morts ou de marigots, ces étendues d'eau éphémères ou durables (parfois fort vastes, on est loin du trou d'eau)

]i]Ces étendues d'eau éphémères : comment les Apistogrammas peuvent vivre dans un tel endroit si le milieu s'asséchent... ils s'enterrent dans la boue humide ? Ils font des oeufs de durée ? ou alors ce sont ceux dont j'ai parlé plus haut, les pauvres malchanceux qui se sont retrouvés là lors d'une crue ?[/i] j'espère que tu ne vas pas dire que tu ne l'a pas écris.

Pour les autres étendue durables, ont en a déjà parlé. Pantanal etc...



selon les saisons qui parsèment les cours principaux des rivières dans lequel le courant est faible à nul et dans lesquels vivent des tas de poissons, dont des apistos. Ces nombreux endroits d'accès plus aisés pour les collectes, par exemple.

Tu ne t'es jamais posé de question, pourquoi il y a des périodes particulières dans l'année pour trouver telle ou telle espèces de poissons sauvages chez nos Vpcistes, magasins (dans tout les Pays), d'Apisto, de loricaridées, de characidés... etc... etc... ça ne te mets pas la puce à l'oreille... Ils ne seraient pas pêchés à tout hasard quand le milieu s'y prete, non ?, quand le niveau d'eau est a son plus bas et que les espèces sont concentrés dans les zones les plus viables... J'en ai parlé plus haut.

Pour le reste, je te remercie de tes posts argumentés, mais on ne parle pas de la même chose.

Je suis donc H.s ? Dans le cas des A. borellii ont parle bien de lieu de vie non ?


Les fleuves et rivières principaux dans lesquels on mentionne la présence des borellii possèdent tous des dizaines d'affluents, des tas de petits ruisseaux (et j'en passe et des meilleurs, puisque tu aimes cette expression).
Il est fort probable que les borellii colonisent partiellement tout ou partie de ces endroits, il me semble qu'on ne peut raisonnablement pas comparer ces environnements les uns aux autres en affirmant que c'est partout pareil. La température de l'eau d'une rivière à très faible courant ayant moins d'un mètre de profondeur et un couvert végétal faible peut difficilement être comparé à un fleuve, quand bien même les mêmes espèces y vivent et que ces deux endroits sont situés dan la même zone géographique.

L'expression est sympa, mais il ne faut pas en abuser non plus.

Pour les affluents, Igarapés, je ne peux que te rejoindre, j'en avais déjà parlé dans un post, concernant le Rio Negro qui est alimenté par de nombreux affluents ayant quelques différences dans la composition de l'eau, sa clarté ect... ce n'est effectivement pas comparable de ce point de vue là. sauf que là nous parlons de température de l'air, si les affluents font moins de 1 métre de profondeur et que l'air est a 10°c (l'air aura la même température au dessus des affluents, ruisseau ect on est d'accord là dessus ?), où pense tu que les A. borellii vont se réfugier, là où il y a peu d'eau ou bien là où ils ont une chance de profiter d'une température plus clémente et moins sensible à la variation ? (plus il y a un volume d'eau important, moins la température aérienne à un impact, on est d'accord non ?). Le fait est que les A. borellii colonise les grosses riviéres (avec herbes) est un fait établis (lorsque les conditions de vie sont mauvaises) puisque de nombreux individus y ont étaient pêchés. Maintenant il est plus que probable que les A. borellii vont dans les ruisseaux, car il n'y a pas de barrière infranchissables qui les empêche d'y aller, de plus ils y trouveront un  endroit plus sécurisant.

C'est pourtant ce que tu suggères en affirmant que les Borelli vivent dans des eaux à 22/23°, point final. Que des Borelli vivent dans des eaux à 22/23°: A la bonne heure. Que ce soit le cas de tous les Borellii: Non.

ai-je écris 22-23°c toute l'année ? je ne pense pas, j'ai parlé de pic a 25°c (tu vois je ne suis pas le seul à mal comprendre ce que écris l'autre)... 23 °c étant une température de maintenance, après libre aux personnes de mettre les A. borellii dans une eau plus chaude, d'ailleurs pour ceux d'élevage, c'est sûrment préfèrable, mais pour du sauvage, je ne le crois pas. Tu es affirmatif et catégorique en disant non... donne moi donc des lieux où l'eau est majoritairement au dessus de 25°c là où il y a des A. borellii.

C'est là que Horlack va me sortir le bâton pour me faire battre Smile)))

Que tu suggères de façon argumentée que le Borelli puissent être maintenus en aquarium à 22/23°, aucun problème. Mais soutenir et affirmer que c'est la seule et l'unique maintenance qui soit viable et respectueuse des poissons et de leurs besoins naturels: Ca me semble vraiment osé et surtout totalement improbable.

C'est en effet osé et choquant pour certains (je te l'accorde) et t'inquiéte pas beaucoup, me l'on fait comprendre via des mp bien salé il y a fort longtemps, mais à l'époque, j'ai maintenu mes A. borellii 3 ans 1/2  (d'élevage, mais pas vilain) et eux à peine 2 ans (leur repro de F1)... par la suite, je n'ai plus jamais eu d'écho de ces personnes sur mes posts ou je parlais d'eux. Maintenant encore une fois, chacun fait ce qu'il veut avec ces poissons, mais il est quand même bon de donner des informations. Si certains les maintiennent à 25°c en constant qu'ils le fassent (perso j'étais à 23-25°c à l'époque) mais que les personnes qui les maintiennent à une forte température est clame haut est fort que leur A. borellii sont ternes et moches et que c'est une espèce de mer*e car fragile, là je ne suis pas d'accord (je ne parle pas de toi, tu n'as jamais parlé de cette façon concernant ces poissons...)


Mais tu n'as pas parlé des Apistogrammas de pleine eau

220default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Jeu 19 Nov 2015 - 20:38

Grizonroux


Membre : Régulier
Membre : Régulier
En attendant le jour ou l'on collera des puces sur des Apistos afin de suivre leurs déplacements, personne n'est en capacité de savoir avec pertinence quel est leur mode de vie et l'espace vital qu'ils occupent, pas plus que de déterminer à quel point ce sont des animaux sédentaires inféodés à un territoire durable ou capables de déplacement insoupçonnés.

On peut supputer, mais avoir des certitudes gravées dans le marbre à ce sujet, non.

Des bras morts sans courant, il y en a des permanents, seul le niveau d'eau varie, mais ils ne disparaissent pas à la saison sèche. Je pense que tu ne l'ignores ps si tu t'es déjà rendu au Brésil, ce type d'endroit on en croise des tas aux abords des cours d'eau. Ce sont donc des environnements de vie durables, dans lesquels les apistos vivent.

Pour le reste je ne vais pas épiloguer et répéter ce que j'ai déjà dit.

221default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Jeu 19 Nov 2015 - 20:52

Berg Hanger


Conseiller
Conseiller

Place au rêve le Paraguay
https://www.youtube.com/watch?v=3maXDaFNceY

Pantanal le rêve Smile
https://www.youtube.com/watch?v=i9cwsEs4tuY

https://www.youtube.com/watch?v=ap2_E7VEXXs

5: 55 terrible, ce que les Cichlidés sont capables de faire... celui qui prétends que les poissons sont stupides, devrait regarder Smile

https://www.youtube.com/watch?v=34RUbTDSSnQ

3:34 un clin d'oeil pour Horlack Smile

Et là une petite video d'apistogramma en eau peu profonde
https://www.youtube.com/watch?v=h7Yqw_CokOw


222default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Jeu 19 Nov 2015 - 21:06

Berg Hanger


Conseiller
Conseiller
@Grizonroux a écrit:En attendant le jour ou l'on collera des puces sur des Apistos afin de suivre leurs déplacements, personne n'est en capacité de savoir avec pertinence quel est leur mode de vie et l'espace vital qu'ils occupent, pas plus que de déterminer à quel point ce sont des animaux sédentaires inféodés à un territoire durable ou capables de déplacement insoupçonnés.

On peut supputer, mais avoir des certitudes gravées dans le marbre à ce sujet, non.

]i]L'extension de certaines espèces, indique qu'elles sont nomades, chacune espèce allant à sa vitesse. A. agassizii est l'exemple d'une extension réussie, après la t'elle fait d'elle même a t'elle était emporté par le courant ou autrement... là est la vraie question et là dessus on ne peu pas répondre[/i]

Des bras morts sans courant, il y en a des permanents, seul le niveau d'eau varie, mais ils ne disparaissent pas à la saison sèche. Je pense que tu ne l'ignores ps si tu t'es déjà rendu au Brésil, ce type d'endroit on en croise des tas aux abords des cours d'eau. Ce sont donc des environnements de vie durables, dans lesquels les apistos vivent.

Pour le reste je ne vais pas épiloguer et répéter ce que j'ai déjà dit.


Pour les "bras mort etc" j'en ai déjà assez parlé, si tu estimes que c'est comme ça alors c'est comme ça.

Pour moi, ce genre de "bras mort" comme tu dis, se retrouve un moment ou un autre inondée...
[/color]






223default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Lun 23 Nov 2015 - 15:57

lapsus


Membre : Accro
Membre : Accro
Salut les passionnés!!!
je fait comme Horlack, et prend bonne note de toutes infos...

224default Re: Histoires d'Apistogramma et autres CN le Jeu 26 Nov 2015 - 16:04

blurami


Membre : Accro
Membre : Accro
Salut à tous Very Happy

Je n'avais pas reçu les notifications concernant les nouveaux posts sur le sujet et je vois que c'était pour le moins animé Laughing

En tout cas très intéressant de voir ou revoir toutes ces vidéos Smile

Pour le cas du borellii il faut simplement comprendre que vous sa situation géographique il est l'un des rares à supporter de tels écarts de températures. Par contre ils se reproduisent en période chaude et pas en période froide si je puis dire et c'est de cela qu'il faut tenir compte. Par contre il apparait qu'il leur faut une baisse de température dans l'année pour vivre plus longtemps Wink

Ensuite pour les différents lieux de vie des Apistogramma spp. ils vivent aussi bien dans des marigots que dans des igarapés et même dans des petites rivières avec plus ou moins de courant. Et pour voir cela il suffit de se baser sur la forme de leur corps Wink

http://aqua-idf.forumactif.com/forum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 9 sur 9]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum