Partagez
Aller en bas
avatar
Koby9833
Membre : Accro
Membre : Accro
Féminin Nombre de messages : 1830
Age : 99
Localisation : Yvelines
Emploi : Sur la chaise devant l'aquarium
Date d'inscription : 04/04/2017

default 110L low-tech néons bleus et nez-rouges

le Mer 18 Avr 2018 - 18:43
Bon, il est temps que je vous présente mon 110L en low-tech. Il se trouve qu'on avait ce bac de 96L au sous-sol depuis une quinzaine d'années. On l'avait acheté à l'époque pour y transférer le PR gagné par ma fille à la foire locale, parce que la boule, on avait compris tout de suite que ça n'était pas viable, même si les forums, ça n'existait pas encore à l'époque. On lui avait donné deux copains, puis deux autres, gravier au sol, sphinx en résine et fausse plante, comme tout bon débutant qui se respecte. Je laissais mon mari nettoyer le filtre et changer l'eau, c'était vraiment pas mon truc, les tuyaux et les seaux jusqu'à l'évier, ça me gavait, c'était sympa comme télé dans la cuisine, mais sans plus. À la faveur de l'un de nos nombreux déménagements, il a été remisé et je n'avais aucunement l'intention de remettre en service. Ça commençait mal pour ce 96L. Bref, ça, c'était avant, et c'est pas ce bac-là que je voulais vous présenter.

Donc il se trouve que, après les quelques semaines qu'il m'a fallu pour retirer mes endlers du 74L et les donner à un club aquario, mes danio margaritatus ont commencé à réapparaître, sauf qu'ils n'étaient plus que 4 au lieu de 5. Et au fur et à mesure des semaines, en juillet/août, le nombre a baissé régulièrement. Pourtant ils n'étaient pas touchés par les points blancs comme mes néons et mes nez-rouges et ils ne montraient aucun signe de maladie ou de problème particulier. Stress dû aux pêches répétées des endlers et au jardinage nécessaire pour remettre le bac en état par la suite ? Au final, une seule survivante début septembre. Elle venait de temps en temps sur le côté du bac, danser frénétiquement devant son reflet, comme si elle cherchait de la compagnie. Elle me faisait vraiment peine, parfois un passage à l'avant du bac parmi les néons et les nez-rouges, mais juste le temps de passer, adorable avec son petit bidon, sinon elle retournait vers le fond à gauche, à l'arrière, cachée au milieu des plantes, dans le coin où son petit groupe avait l'habitude de se retrouver.

Grâce à @ouioui92612, je lui ai trouvé 10 copains, d'âges divers mais tout de même très jeunes, mi-septembre. Et dans la voiture en les ramenant à la maison, on a décidé, mon mari et moi, de réhabiliter le 96L pour y transférer les néons et les nez-rouges, ainsi que les japonica, et laisser le 74L aux galaxy et aux red cherrys (qui sont, elles, de toute façon intransférables, il y en a bien trop…). Et mon mari m'a dit "OK, mais on met le bac dans le salon, et on limite l'entretien, pas de filtre, pas de changement d'eau…". Euh, un peu perplexe d'abord, j'ai cherché des renseignements sur le net et découvert un nouveau monde. Beaucoup de lecture, le temps d'assimiler tout ça, et je me suis lancée.

D'abord, nettoyage du bac et du matériel, vinaigre et huile de coude, vous connaissez ça. Et puis, je me suis dit "low tech, donc décante inutile". Hop, retrait de la décante au cutter, et j'en ai profité pour supprimer aussi les traits noirs censés masquer la décante sur tout ce côté-là. Et là, le bac est devenu un magnifique 100x30x44, soit 132L brut, que j'ai estimé à 110L net hauteur du sol déduite.



Ensuite, découpage du support du couvercle et retrait du vieux néon, pour avoir une ouverture maximale quand on soulève le couvercle, parce qu'en l'état, ça n'était vraiment pas pratique. Mise en place d'une rampe led.
 
(à l'acclimatation des poissons)

Mise en place du sol : terre de bruyère bio et sable de Loire, et de la déco : une petite racine, une pierre, et des plantes : élodée, cabomba, ceratopteris thalictroïde, puis cyperus helferi pour commencer. Pas terrible, je suis d'accord.


Puis c'est devenu :


Puis atelier noix de coco (récup de la chair, miam..., perçage des entrées, nettoyage et faire bouillir)
 

Ensuite remplacement de la racine par une énorme racine de mopani, bouillie comme on a pu par parties, en plusieurs fois...
 

Inconvénient de la racine de mopani : ça colore l'eau. Carrément. On aime ou on n'aime pas. Le problème, c'est que l'eau n'était même plus jaune, mais plutôt marron. Sur le mur à peu près blanc derrière, ça faisait bizarre. Je sais que ça rassure les poissons, mais trop, c'est trop. J'ai progressivement fait un certain nombre de changements d'eau, même si on peut pratiquement s'en passer en low-tech, jusqu'à obtenir maintenant une eau simplement ambrée, qui me convient. Ah oui, et j'ai aussi essayé d'aider en faisant tourner de temps en temps un petit filtre avec une mousse noire et du perlon, mais juste deux ou trois jours d'affilée maximum, et en rinçant copieusement la mousse et le perlon tous les jours, puisque le but n'était pas de laisser s'installer des bactéries pour créer un cycle de l'azote, mais simplement de récupérer une partie des impuretés relarguées par la racine et qui rendaient l'eau marron. Et vu la couleur rejetée par la mousse et le perlon à chaque rinçage, ça n'était pas du luxe...

Au niveau du matériel, un simple chauffage et une pompe (sans masse filtrante) pour créer un courant. J'ai même retiré la toute petite mousse qui empêchait les impuretés de polluer le moteur. En pratique, il n'y a que le petit moteur et le tuyau d'air. Tant que le moteur tourne, je considère qu'il fonctionne bien. J'ai retiré la pompe une ou deux fois seulement pour nettoyer l'intérieur, mais il n'y avait pas grand-chose à nettoyer.

Plantation, en plusieurs fois, d'origine soit animalerie, soit transfert du 74L :
- Elodée
- Cabomba (presque tout retiré, belle au début, mais a fini par dépérir)
- Cyperus helferi
- Alternanthera reinicki
- Pogostemon helferii (n'a pas tenu, je suspecte fortement les planorbes...)
- Anubia barteri nana
- Microsorum pteropus
- Alternanthera sessilis
- Cryptoryne beckettii Petchii
- Gymnocoronis spilanthoides
- Echinodorus bleherae
- Hydrocotyle verticillata
- Sagittaria subulata
- Najas guadalupensis
- Lentilles d'eau (j'en retire par poignées...)
- La liste me paraît énorme, mais j'oubliais la mousse de Java !

Introduction des néons bleus, hemigrammus bleherii et japonica (sauf une récalcitrante...) venant du 74L le 21 octobre, pile un mois après la mise en eau. Pas fait exprès, il se trouve que j'ai eu un pic de nitrites au bout de quelques jours de mise en route, qui a tranquillement baissé, et au bout de deux semaines à 0, tous les autres paramètres étant corrects, j'ai jugé que mes protégés y seraient en sécurité. Il n'y avait pas encore un gros volume de plantes à ce moment-là, alors j'en ai rajouté en prévision avant l'arrivée des occupants pour compenser l'augmentation des déchets, et rajouté encore après...





Le bac a sagement tourné un peu tout seul entre novembre et janvier, j'étais très peu disponible, mais je surveillais quand même, avec peu de prises de paramètres, mais toujours corrects, et encore moins de changements d'eau, et des poissons en pleine forme.

En janvier, sont apparues des filamenteuses (ou des algues pinceaux ? les deux termes me paraissent adaptées, j'avais parfois l'impression de voir des poils de pinceau mouillé), mais curieusement, uniquement au bout des tiges de cyperus helferii. Un tout petit peu sur des têtes de cabomba, puis récemment sur une tige d'élodée. J'ai combattu en coupant avec obstination les hauts des tiges touchées, et en ajoutant de nouvelles plantes pour faire concurrence aux algues. J'ai l'impression que je tiens enfin le bon bout, mais mes cyperus helferii font une sale tête, à force d'avoir été coupés et recoupés... Les echinodorus plantés dernièrement me font enfin de nouvelles feuilles, je pense que ça doit bien aider, ces grandes feuilles.

Au niveau de l'eau, partie d'un remplissage à l'eau du robinet, avec pH 7,8, j'ai vite corrigé à l'eau osmosée pour atteindre pH 7,2, conductivité 172 ppm, GH 7 et KH 5 la veille de l'introduction des poissons, donc à peine plus que ce qu'ils avaient dans le 74L à ce moment-là (pH 7,1, conductivité 108 ppm, GH 4 et KH 2). J'ai donc pu me contenter d'une acclimatation rapide d'une heure pour les poissons, surtout par acquit de conscience.

Après quelques tâtonnements, depuis début février, les changements d'eau se font à 20% eau osmosée/80% eau du robinet. Je précise que je fais beaucoup moins de changements d'eau, maintenant que la racine semble rejeter moins de tanins et que la coloration de l'eau se stabilise.

Mes paramètres au 28 mars :
T°C : 23,3
pH : 7,3
GH : 4
KH : 3
NO2 : 0,01
NO3 : non fait (négligeable à chaque fois, merci les lentilles d'eau)
Conductivité : 108

La population actuelle :
- 16 néons bleus (paracheirodon innesi), dont 10 que j'ai rajoutés fin mars après 5 semaines de quarantaine
- 6 nez-rouges (hemigrammus bleherii)
- 2 crevettes japonica (mâle + femelle)
- red cherrys
- planorbes
- quelques physes arrivées avec les plantes

Après différentes modifications, ajouts de plantes, etc... voici son look aujourd'hui.







Et pour finir, une petite vidéo.


Voilà pour la présentation. N'hésitez pas à critiquer.

Une question, maintenant : je visais un pH 6,6 pour les locataires (rappel :paracheirodon innesi/hemigrammus bleherii/red cherrys/japonica), que je pensais atteindre au fur et à mesure des changements d'eau, mais là, je suis à 7,3 et je n'ose pas descendre plus, à cause de mon KH à 3, ça devient limite et je n'ai pas de sol technique pour faire tampon. Qu'en pensez-vous ? Est-ce que je peux rester à 7,3 ou est-ce que je me contente d'acidifier avec des fruits d'aulne ou de la tourbe ?


Dernière édition par Koby9833 le Mer 18 Avr 2018 - 19:25, édité 2 fois (Raison : Posté trop tôt, erreur de manip...)
avatar
Cory29
Membre : Accro
Membre : Accro
Masculin Nombre de messages : 2400
Localisation : Finistère
Emploi : Retraité contrôle des populations (tueur à gages)
Date d'inscription : 18/05/2014

default Re: 110L low-tech néons bleus et nez-rouges

le Jeu 19 Avr 2018 - 10:02
Ben non, je ne vais pas critiquer.
Je suis juste toujours perplexe sur le fait de ne pas utiliser de filtre mécanique vu la merdouille que ramassent les miens.
Ce qui me plait, c'est qu'on nous a bassiné pendant des années sur l'emploi de filtres biologiques avec des tonnes de céramiques, nouilles et autres supports à bactéries et qu'il ne fallait nettoyer qu'un tiers des mousses à chaque fois, et aujourd'hui on se rend compte que c'est un nid à nitrates. J'ai toujours fais le choix de filtres mécaniques à mousses avec nettoyages systématiques de ces dernières à l'eau du robinet.
Je suis également dubitatif sur les changements d'eau. Ils me semblent indispensables, conjugués avec un nettoyage du sol pour éliminer déchets, bactéries... qui à mon avis ne vont pas manquer de se concentrer. Je fais souvent la comparaison avec une maison. Renouvelée régulièrement avec de l'air frais est elle quand même plus saine que celle fermée depuis 15 jours.
L'élimination par les plantes je n'y crois pas beaucoup, en tout cas les bactéries sont toujours là, mais si ton bac tourne bien comme çà, ne change rien.

Les joints de ton bac étaient encore bons ? Ils n'avaient pas séché, craquelé ?

Pour le pH je ne sais pas, c'est difficile. J'ai maintenu un KH à 0 et c'est vrai que le pH a quelquefois fait le yoyo entre 4,5 et 7,5. Je le remontais avec du bicarbonate de soude (plus facile à remonter qu'à baisser).
Mon KH est actuellement de 2 et le pH est de nouveau stabilisé, à 7,14 en ce moment, mais je voulais comme toi un pH aux alentours de 6,5.
Il me reste de la tourbe blonde, je retenterais peut-être...
Les fruits d'aulne il en faut des tonnes pour avoir un résultat significatif, en plus çà colore extrêmement l'eau et l'effet est éphémère. Il m'en reste 2 ou 3 sacs ramassés en bord de rivière.
Autant il est facile de corriger une conductivité, un GH, des nitrates... autant le pH a toujours été compliqué à gérer.
avatar
Koby9833
Membre : Accro
Membre : Accro
Féminin Nombre de messages : 1830
Age : 99
Localisation : Yvelines
Emploi : Sur la chaise devant l'aquarium
Date d'inscription : 04/04/2017

default Re: 110L low-tech néons bleus et nez-rouges

le Jeu 19 Avr 2018 - 16:56
En ce qui concerne le filtre, je suis tombée un jour sur cet article (cliquer ici), qui a achevé de me convaincre pour le passage en low tech.

En fait, je suis d'accord avec toi, je constate aussi sur mon 74L que le perlon est tout noir au bout d'une semaine et que la mousse relargue un jus d'une couleur inqualifiable. Probablement aussi un filtre sous-dimensionné pour ce bac, mais pour l'instant, je m'en contente . Et je pense que, à terme, ce bac-là va basculer vers le low-tech lui aussi. En fait, je n'ai jamais rien compris à l'ordre des mousses dans le filtre, les avis divergent, moi j'ai d'abord les nouilles céramique, puis la grosse mousse noire, puis le perlon. Et ça marche très bien. Mais certains disent qu'il faut mettre les nouilles à la fin, ce qui ne me paraît pas logique du tout, et mon bac fonctionne très bien comme ça, donc je laisse.

Pour ce qui est des changements d'eau, je sais que ça laisse perplexe. Je connais la comparaison avec l'aération régulière d'une maison. Effectivement, les bactéries sont toujours là (c'est pour ça qu'il vaut mieux attendre deux à trois semaines même en low tech avant introduction de la faune), et leur rôle est justement de dégrader les déchets pour libérer les oligo-éléments, minéraux indispensables aux plantes. En fait, plus tu as de plantes, mieux tu oxygènes et purifies ton eau. C'est un cercle vertueux.

Si tu regardes mon sol, le sable n'a plus sa couleur beige clair du début, il est devenu plus foncé, mais ça ne me dérange pas, finalement (et puis la racine y a aussi sa part de culpabilité). Dans les cours d'eau naturels, le sol aussi n'est jamais super propre, et ça participe à l'équilibre de la flore et de la faune. Je dis sûrement les choses de façon maladroite, mais tu comprends le principe.  
J'ai aussi certains endroits où le sol est carrément couvert de débris noirs, mais là je pense que c'est à force de planter et déplanter, j'ai fait remonter de la terre de bruyère... De temps, j'essaie d'en aspirer un peu, mais c'est quasi impossible quand c'est planté serré, et puis j'ai la trouille d'aspirer des crevettes...

Pour mes joints, non, ils étaient toujours bien, ni secs ni craquelés. J'ai fait un test de remplissage quand même pour vérifier, et c'était nickel, aucune trace de fuite nulle part. Et ça m'arrange bien, parce que je ne suis pas très à l'aise sur le changement de joints d'un aquarium...


Dernière édition par Koby9833 le Jeu 19 Avr 2018 - 17:29, édité 1 fois (Raison : correction URL)
avatar
Cory29
Membre : Accro
Membre : Accro
Masculin Nombre de messages : 2400
Localisation : Finistère
Emploi : Retraité contrôle des populations (tueur à gages)
Date d'inscription : 18/05/2014

default Re: 110L low-tech néons bleus et nez-rouges

le Jeu 19 Avr 2018 - 17:05
Ton lien ne fonctionne pas, il faut peut-être s'abonner !

Effectivement dans les cours d'eau naturels le sol est "sale" mais l'eau est renouvelée en permanence, il n'y a pas l'effet de concentration.

Ben écoute, à voir dans le temps. Si çà marche tant mieux, de toute façon il faut tout essayer, c'est que qui fait avancer les choses.
avatar
Koby9833
Membre : Accro
Membre : Accro
Féminin Nombre de messages : 1830
Age : 99
Localisation : Yvelines
Emploi : Sur la chaise devant l'aquarium
Date d'inscription : 04/04/2017

default Re: 110L low-tech néons bleus et nez-rouges

le Jeu 19 Avr 2018 - 17:31
Merci, c'est corrigé.

Pour l'eau, c'est pour ça, je suppose, qu'on fait quand même deux ou trois changements d'eau par an.
lambda0
Membre : Habitué
Membre : Habitué
Masculin Nombre de messages : 606
Age : 51
Localisation : Lille
Emploi : opticien ébéniste
Date d'inscription : 26/09/2014

default Re: 110L low-tech néons bleus et nez-rouges

le Lun 21 Mai 2018 - 8:25
Joli Wink
Pour ce qui est des changements d'eau, la comparaison avec l'aération d'une maison à ses limites. Il ne faut pas voir ce type de bac comme un morceau de rivière d'eau courante mais comme une petite mare stagnante dont l'évaporation est compensée par la pluie, sans connexion à un cours d'eau ni évacuation.
La végétation fixe la pollution azotée produite par les poissons, et il faut aussi des détritivores (crevettes, asselles, ostracodes, etc.).
Dans le temps, plusieurs années, il peut éventuellement y avoir une accumulation de certains nutriments en excès dans la nourriture des poissons et pas complètement utilisés par les plantes (excès de phosphore, s'accumulant en phosphates par exemple), sans que cela atteigne des niveaux toxiques, ce qui pourrait favoriser certaines algues. En pratique, je n'ai pas encore constaté ce type de problème.
Contenu sponsorisé

default Re: 110L low-tech néons bleus et nez-rouges

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum