Aller en bas
Sylwingeï
Sylwingeï
Membre : Accro
Membre : Accro
Masculin Nombre de messages : 2445
Localisation : Yvelines
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 10/01/2015

default Poecilia wingeï/endler's/reticulata. Les bases.

le Mar 29 Jan 2019 - 20:18
NOTE MODERATION Si comme pour le topic la maintenance des corydoras un lock du topic est possible je vous en remercie par avance j'ouvrirais bien entendu un sujet pour débattre directement ayant vocation de l'étoffer peu à peu

Salutations:

En ayant un peu assez de ce débat j'ouvre cet article tiré de ma modeste expérience sur ces poissons ainsi que les erreurs assez communes sur eux.
Ce post n'est en aucun cas pompé sur un autre toute ressemblante n'étant que hasard mais tiré de mes 17 ans d'expériences sur ces poissons qui ne sont pas aussi bien connus qu'on le devrait.
Je vais me focaliser principalement sur deux espèces le wingeï et le guppy ainsi que son hybride l'endler. Ainsi qu'un bref aperçu sur le Poecilia obscura étant donné que ce dernier très proche peux sûrement s'hybrider sans problèmes. Je ne préfère pas m'étaler sur l'ex famille des micropoecilias car ces derniers sont bien plus difficiles de maintenance et ne s'hybrident pas avec ces espèces.

Comment différencier un Poecilia wingeï d'un guppy? Qui est l'endler's?
Faire la différenciation s'avère souvent très compliqué chez les trois espèces car les règles ne sont jamais immuables.
-Le Poecilia wingeï est principalement connu du Venezuela. La plupart des patrons sont soit de cumana ou de campoma. Il y a tellement de morphes et chaque année de nouveaux étant découverts qu'un listing s'avère quasiment impossible bien qu'il existe un tableau pour les campoma. Il existe d'autres population tels le rio de oro ou le pantono mais n'ont pas fait l'objets de prélèvement massifs. La plupart ont étés ramenés par une personne en particulier au gré de ses voyages.
-L'origine du guppy n'est pas totalement certaine. Peu-être de trinité et tobago ou ailleurs c'est difficile à dire il est probable qu'il ne peuplait pas uniquement ces îles mais aussi le nord de l'Amérique du sud et peu-être même l'amérique centrale.
-Le poecilia endler est issu d'une hybridation naturelle entre le guppy et le wingeï. Aujourd'hui le vrai n'existe plus tout simplement car cet endler a été maintes-fois hybridé à nouveau et ne comporte que rarement un patron génétique stable. D'ailleurs de très nombreuses souches de guppy de sélections ont certainement ce gêne. Découvert par le Professeur John Endler dans une lagune qui plus tard à été prouvé que les deux espèces étaient en "contact" naturel. Par respect pour lui l'endler devrait s'appeler Endler's et non Poecilia endler qui est souvent le nom scientifique donné au wingeï. D'Ailleurs en animalerie on a tendance à oublier que chez les platys de sélection deux espèces sont proposées le maculatus et le variatus mais il est très peu probable que ces souches soient réellement pure à 100% surtout qu'elles sont systématiquement mélangées.

Pour se procurer des Poecilias wingeï purs sang il n'y a pas 36 solutions les magasins en proposent très rarement voir jamais ou sont des endlers. Aujourd'hui Facebook et son lot de groupes divers et variés permet facilement de faire son marché. Je ne vous apprends rien. Pour le différencier d'un guppy ou d'un endler cela se base uniquement sur la confiance vous pouvez quand même chercher le nom de souche si ce dernier en a un d'affilié et comparer ses photos.

-Un poecilia wingeï est petit bien plus petit qu'un mâle de guppy même typé sauvage. En revanche la femelle peux atteindre pour les plus âgées 5 à 6cm. Cette dernière ne possède aucune couleur bien que certaines peuvent avoir une dorsale noire comme chez le el-tigre ou des nageoires jaunâtres.
-Le mâle est généralement assez calme. ça reste un vivipare mais moins compulsif qu'un guppy.
-Notez qu'un bon éleveur vendra systématiquement ses poissons avec au minimum un lieu de collecte et son année.

-L'endler dans sa forme commune se caractérise par une queue à double épée orange et un corps qui peux arborer noir, vert bleu et orange. Mais certaines souches de sélections n'ont plus rien à voir et son parfois vendues à tord comme wingeï.

-Le guppy pas vraiment besoin de le décrire pour les sauvages les mâles sont souvent plus massifs en corps et plus long et compactés. Les épées sont assez rares sauf chez le trinindad and tobago qui peux sortir des épées impressionnantes dans les tons jaunes ou bleus.

Panel de photos pour vous donner quelques idées. C'est fait avec mon boitier canon.

Comment maintenir correctement ces espèces?

Contrairement à une croyance qui a la vie dure les guppys en particulier de sélection ne s'adressent plus au débutant. Choisir ce poisson peux même s'avérer être une erreur pour des raisons bien particulières.
-Ils sont tellement bourrés d'antibiotiques que certains crèvent lentement comme des drogués en manque.
-Ils se reproduisent tellement vite que caser les jeunes s'avère vite infernal et depuis sa reconnaissance en tant qu'espèce domestique les donner en pâture à des prédateurs peux vous causer une très forte amende voir de la prison pour actes de cruautés sur un animal. Rêvez pas mais des condamnations sont déjà tombées. Le guppy jadis le poisson fort prisé des éleveurs de prédateurs n'ont plus le droit de le traiter comme tel.
-Ils demandent de la place car ils sont bon nageurs, ils polluent énormément et n'on pas un comportement spécialement intéressant comparé à d'autres espèces qui peuvent très bien s'adresser au débutant.
-Ils peuvent se montrer particulièrement agressifs entre-eux loin du cliché du poisson calme. J'ai déjà vu des queue ou des nageoires arrachées sans présence d'autres poissons dans le bac.
-Un guppy se diffuse très mal donc ou caser les jeunes à venir?

Si néanmoins vous décidez quand même de partir sur cette espèce vous pouvez lire ceci.
L'aquarium. Alors la souvent grosse question quel bac prendre pour eux? Pour moi c'est 240L au strict minimum pourquoi?
-Le bac offre une nage correcte (120cm)
-Un guppy ça va se reproduire donc la place permet de palier aux jeunes à venir.
-Il est possible de se rapprocher d'une maintenance plus naturelle à savoir la colonie. Une colonie ce sont des poissons de tout âges et toutes tailles ensembles. Et ne pas avoir besoin de la réguler car elle peux se stabiliser avec le temps si la filtration suis. Chose jamais réussie pour ma part dans un volume moindre. Le procédé est simple la colonie aura des périodes avec assez peu d'adultes et beaucoup de jeunes puis le contraire quand un cycle s'installe dans l'aquarium cela veux dire qu'un équilibre à pu se former. Il n'y a plus rien à faire hormis contrôler les ratios. Trop de mâles pouvant provoquer un déséquilibre. Des femelles il n'y en a jamais trop en revanche.
Cette maintenance vaut si le bac est uniquement peuplé de guppy. Il est toujours possible d'y rajouter des crevettes ou un ancistrus par exemple mais il faudra s'en occuper et les voirs comme un "supplément" à l'aquarium et non des femmes de ménage. Un ancistrus polluant beaucoup je le conseille seulement à partir de 400L et soit un seul exemplaire ou deux individu du même sexe. L'ancistrus étant le guppy des loris le fond deviendrait très vite un gros problème.
-Pas d'association avec des poissons de pleine eau. Les guppys étant speed ils peuvent les stresser inutilement. Il semblerait même que les corydoras soient sujets au stress étant donné que les guppys n'hésitent pas à descendre au sol pour chercher de la nourriture. En conclusion la encore c'est préférable qu'il soit seul une association est possible mais dans ce cas-la la maintenance en colonie ne tiens plus et il faudra s'assurer que le poisson voulu soit comptable au niveau des paramètres. Les alevins pouvant indirectement servir de proie involontaire aux autres habitants.
Bien entendu pour lui un ratio de 25/75% est un minimum soit pour 4 individu un mâle et 3 femelles pour le "départ" de la colonie.

Pourtant je vois que de plus en plus de monde élève du guppy haute sélection dans de petits contenant d'à peine 40L ou moins. Pourquoi un tel fossé?
Très bonne question. Mais en ce qui concerne les éleveurs de ce genre de guppy à concours il faut savoir que le bac n'abrite généralement qu'un seul couple les jeunes étant élevés à part. Ce genre de chose produisant énormément de déclassés je connais certains éleveurs qui possèdent un bac poubelle à la manière des crevettes qui peux atteindre le millier de Litres afin d'y accueillir les non conformes à la sélection voulue par l'éleveur sans les euthanasier pratique jadis très courante.
Ce n'est pas la meilleure maintenance et cela s'adresse à des aquariophiles chevronnés ne la pratiquant pas il m'est impossible de tout détailler et ce genre de guppy s'achète en boutique assez spécialisée car il faut une femelle allant de pair avec le mâle.

L'aménagement du bac dois se faire comme suis:
-Beaucoup de plantes. Les guppys étant plutôt végétariens les plantes offrent une source de verdure qu'ils ne retrouveront pas forcément dans les granulés.
-Un bon "bordel" au fond surtout si vous voulez des crevettes. Il vaut mieux d'ailleurs introduire les crevettes en fin de cycle de l'aquarium et attendre plusieurs mois avant les guppys que les plantes poussent et offrent les abris nécessaires et que les crevettes se sentent à l'aise. Bien entendu pour des amanos et autres grandes crevettes adultes ça a moins d'importance.
-Une filtration adaptée au bac dans 240L partez sur un modèle de filtre à 1200-1500L/H brut.

Concernant l'Endler la maintenance est à l'identique mais il peux tolérer plus facilement une large gamme de paramètres et d'eau. Avec un penchant pour l'eau acide.

Le Poecilia wingeï serait pour moi LE VIVIPARE pour le débutant et ce à plus d'un titre.
-Il tolère une large gamme de paramètres sans aller dans des extrêmes.
-Il est très peu touché par les antibiotiques et autres vu que la majorité des éleveurs et diffuseurs sont des particuliers.
-Il s’accommode d'espaces plus restreints. Un 60L standard suffit pour une colonie sans contrôle.
-Il n'est pas aussi joli qu'un guppy de sélection mais certaines souches savent se défendre tel le el-silverrado particulièrement impressionnant!
-Il est moins impulsif qu'un guppy.
-Il se reproduit assez lentement (4-7 alevins par portée l'extrême pouvant aller à 20-25) et se diffuse assez facilement surtout pour les souches prisées.

Mais il possède quelques inconvénients.
-Il coûte cher. 5 à 100€ le couple suivant le prestige du morphe. Les souches gagnants des concours prenant de la valeur immédiate.
-Il peux très mal supporter des coups de stress ou de brusques changement de paramètres.
-En trouver peux s'avérer compliqué bien qu'il est assez simple de l'envoyer dans un colis suffisamment bien fait comme n'importe quel colissimo. C'est d'ailleurs parfois la seule option si on a une souche bien précise en tête.

Comment le maintenir?
Assez facile à partir de 60L contrairement au guppy il peux s'élever en couple c'est d'ailleurs une obligation car sa diffusion se fait systématiquement en couple et non autrement. Le mâle est moins impulsif que le guppy mais attention cela ne vous décharge pas quand même d'aider ces dames.
L'aménagement est similaire à un bac de guppys à savoir une jungle de plantes pour la nourriture et surtout car cela fournis rapidement des cachettes aux femelles pour mettre bas/se cacher de la vue du/des mâles.
Dans 60L pas de compagnon hormis des crevettes de votre choix. Appliquez le même procédé à savoir crevettes puis poissons 3-4 mois plus tard. Ils ne feront pas une chasse ardue des crevettes mais une juvénile je vois mal un poisson cracher dessus. Le fond des aquariums est un amoncellement de biocerapond avec des plantes à fort système racinaire comme des bolbitis et microsorum fixées dessus.
Il se prête très bien à la maintenance dite en "low tech" mais pour en discuter cela mériterais un post à lui seul.

Le régime alimentaire.
Même si nos vivipares aiment la verdure le carné a une place importante en particulier pour des jeunes en pleine croissance. En complément de la nourriture sèche vous pouvez rajouter régulièrement.
-Légumes pochés et cuits des tests seront à prévoir. PAS DE POMME DE TERRE!!!
-Larves de moustiques (taille à adapter une larve en phase terminale est trop grosse pour un mâle wingeï) daphnies mais pas de tubifex. Réputé pour apporter les vers et souvent trop gros.
-Chair de poisson. C'est amusant de les voir s'acharner sur un mini morceau d'un quart de dé de merlan. Cuit la aussi car se désagrège plus facilement.
-Jaune d'oeuf.
Veillez bien entendu à retirer tout restes non consommés rapidement.
Une sortie en poubellarium l'été est également fermement recommandée pour les fortifier et leurs faire oublier leur cocktail explosif d'antibiotiques.

La trousse à pharmacie.
Les vivipares sont souvent sujets à des maladies donc voici les quelques dispositions à toujours avoir en cas de besoin.
-Un traitement large spectre. l'ESHA2000 est redoutable contre les mycoses, points blancs et autre parasites. Vous pouvez même l'utiliser en préventif il ne nuit ni aux poissons ni à la faune du bac comme les crevettes ou les escargots même à haute dose.
-Du sel non iodé (à utiliser en complément de l'Esha2000) 300gr/100L
-Un médicament contre les vers. La je déconseille son achat et ce à juste titre il ne se conserve pas dans la durée et selon le type de ver à traiter (annelé, rond, plat) le médicament à utiliser n'est plus le même. Veillez donc à avoir un fournisseur assez rapide.
-Un médicament pour soigner les blessures non infectées comme la mélafix.
-Un bac hôpital pour les cas les plus graves (blessures suite à des rixes.)
-Un bac de quarantaine c'est encore plus vrai pour des vivipares. Un simple 20-60L nu avec quelques plantes sur biocerapond et un changement journalier convient très bien. Cela est à adapter. Max 1 poisson pour 2L.

Les maladies les plus courantes sont surtout les mycoses diverses (points blancs cotonneux, voiles, affaiblissement général du poisson) et le ver du guppy qui peu s'avérer être un vrai fléau. Pour s'en prémunir certains conseillent de mettre des oignons séchés avec la nourriture pour mes discus malgré une distribution quotidienne dans la pâtée cela n'a pas empêché une contamination.
Ce qui est dit pour cela est tout aussi valable pour les autres.

N'hésitez pas à poser vos questions dans ce topic je l'étofferais au fur et à mesure.
Sylwingeï
Sylwingeï
Membre : Accro
Membre : Accro
Masculin Nombre de messages : 2445
Localisation : Yvelines
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 10/01/2015

default Re: Poecilia wingeï/endler's/reticulata. Les bases.

le Mar 29 Jan 2019 - 20:19
Réservé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum