Le deal à ne pas rater :
Disque dur SSD CRUCIAL P3 1 To (3D NAND NVMe PCIe M.2)
65.91 €
Voir le deal

Aller en bas
Le Sanglier
Le Sanglier
Membre : Nouveau
Membre : Nouveau
Masculin Nombre de messages : 22
Localisation : Pays d'Yveline
Emploi : ---
Date d'inscription : 17/08/2016

La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année Empty La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année

Mar 30 Aoû 2016 - 11:46
Bonjour à tous,

Nous sommes actuellement au crépuscule du mois d'août. Au petit matin, la température peine à dépasser 15°C et le soir elle se maintient difficilement autour de 18°C. Si le début du mois de septembre peut encore nous offrir quelques après-midis de chaleur, il est évident que les matins et les nuits vont considérablement se rafraîchir.

Certains s'apprêtent déjà à rentrer leurs poissons sortis dans un poubellarium ou dans un bassin. J'ai décidé de réunir dans ce sujet le maximum d'informations à-propos de plusieurs espèces, pouvant être maintenues en extérieur. Cela servira, pour ceux hésitant sur la période de rentrée de leurs poissons, de juger par eux-mêmes lorsqu'il devient nécessaire de se préoccuper d'eux. La fin de l'été apportant souvent des idées pour le début de l'été prochain, certains qui maintenaient leurs poissons sans arrêt en intérieur, s'intéresseront peut-être de plus près au sujet.

Beaucoup de vendeurs prétendent que maintenir les poissons dans un bac d'eau extérieur sans filtration, sans conditionneur d'eau, sans chauffage, etc... C'est leur garantir leur mort. C'est faux. Si l'on plante bien et beaucoup le bassin (ou le poubellarium), s'il a une profondeur suffisante, si le substrat n'est pas trop dur (terreau de bassin avec un peu de sable de Loire) et si l'on attend que le bassin soit cyclé, ce type de maintenance en extérieur est bien plus aisé qu'un aquarium intérieur.

Certains poissons exotiques peuvent d'ailleurs même passer l'hiver dehors. Ainsi, j'ai pu maintenir sous environ dix centimètres de glace des néons du pauvre sans aucune perte. Ceux-ci sont toujours là, et profitent désormais d'un bassin de deux cent cinquante litres remplaçant le vieux poubellarium de soixante-quinze litres.

Un poubellarium ou un bassin de ce type devrait avoir au moins soixante-centimètres de profondeur. Bien enterré, ils peuvent n'avoir que cinquante centimètres de fond, bien que cela ne soit pas recommandé.

Cependant, il faut garder à l'esprit que le climat français reste toujours plus rigoureux et même bien plus rigoureux en hiver, que les climats sous lesquels vivent ces espèces dans la Nature. Une attention particulière à l'automne et un bon nourrissage à partir de nourriture congelée (au moins une fois par semaine) devraient pallier à ce problème. Ces espèces vivent sous un climat généralement subtropical, parfois sous un climat océanique ou méditerranéen, bien plus allégé que celui présent en France.

En effet, en France, l'hiver, nos climats peuvent être difficiles à vivre : le climat montagnard est glacial pendant quatre mois au moins avec des chutes de neige et des gelées impressionnantes, le climat océanique apporte des gelées précoces et tardives, ainsi que de grandes pluies glaciales et des tempêtes de neige, le climat continental (semi-continental inclus) apporte des températures rigoureuses avec de grosses gelées et de grosses chutes de neige réparties sur tout l'hiver et un peu au-delà, le climat méditerranéen n'est pas en reste, puisque que les gelées bien que parfois longues à venir peuvent prendre une grande ampleur, précédant en général de grosses chutes de neige brutales.

Ci-dessous, sont indiquées les températures minimales qu'il est susceptible de faire chaque hiver autour des préfectures départementales françaises, en campagne. Il peut évidemment faire moins, mais cela est moins courant et bien plus éphémère. Il ne s'agit pas de températures minimales moyennes, ni de températures minimales absolues (impossibles à prévoir), mais de températures minimales "courantes" (au moins trois fois par hiver) au "cinq" près (ce n'est qu'un ordre d'idée), toujours arrondies . Cela donne donc :

Lille : -15°C
Arras : -10°C
Amiens : -10°C
Laon : -15°C
Beauvais : -15°C
Evreux : -15°C
Rouen : -10°C
Caen : -10°C
Alençon : -15°C
Saint-Lô : -10°C
Rennes : -10°C
Saint-Brieuc : -10°C
Quimper : -5°C
Vannes : -5°C
Nantes : -5°C
Laval : -10°C
Le Mans : -15°C
Angers : -5°C
La Roche-sur-Yon : -5°C
Niort : -5°C
Poitiers : -10°C
Saintes : -5°C
Angoulême : -10°C
Périgueux : -10°C
Bordeaux : -5°C
Agen : -5°C
Mont-de-Marsan : -5°C
Pau : -10°C
Tarbes : -10°C
Auch : -5°C
Montauban : -10°C
Cahors : -15°C
Rodez : -15°C
Albi : -10°C
Toulouse : -10°C
Foix : -15°C
Perpignan : -10°C
Carcassonne : -10°C
Montpellier : -5°C
Nîmes : -5°C
Mende : -25°C
Ajaccio : 0°C
Bastia : 0°C
Marseille : 0°C
Toulon : 0°C
Nice : -5°C
Digne-les-Bains : -15°C
Gap : -20°C
Privas : -15°C
Valence : -15°C
Grenoble : -20°C
Chambéry : -20°C
Annecy : -25°C
Bourg-en-Bresse : -20°C
Lyon : -15°C
Saint-Etienne : -15°C
Lons-le-Saunier : -25°C
Besançon : -30°C
Vesoul : -20°C
Belfort : -25°C
Mulhouse : -25°C
Strasbourg : -20°C
Metz : -20°C
Nancy : -20°C
Epinal : -25°C
Chaumont : -25°C
Troyes : -15°C
Châlons-en-Champagne : -20°C
Charleville-Mézières : -30°C
Melun : -15°C
Pontoise : -10°C
Saint-Denis : -10°C
Créteil : -10°C
Paris : -5°C
Nanterre : -10°C
Evry : -10°C
Versailles : -15°C
Chartres : -15°C
Orléans : -15°C
Blois : -10°C
Tours : -10°C
Châteauroux : -10°C
Bourges : -15°C
Nevers : -20°C
Auxerre : -15°C
Dijon : -20°C
Mâcon : -20°C
Moulins : -15°C
Clermont-Ferrand : -20°C
Le Puy-en-Velay : -25°C
Aurillac : -25°C
Tulle : -20°C
Limoges : -15°C
Guéret : -15°C.

Voici la même chose pour la Belgique, en simplifié :

Bruges : -10°C
Bruxelles : -15°C
Namur : -15°C.

Et pour la Suisse :

Genève : -20°C
Berne : -25°C
Bellinzone : -15°C
Coire : -25°C.

Je répète qu'il s'agit des températures généralement les plus basses et revenant au moins trois fois (guère plus de cinq fois par hiver), en campagne et non dans les villes mêmes. Il faut savoir que le Soleil réchauffe rapidement les mâtinées d'hiver et que lorsque l'on se lève il fait donc entre -10 et 5°C, rarement en-dessous. Cependant, une ou deux heures avant l'aube, on peut avoir un pic de froid : la chaleur apportée par le Soleil jusqu'en fin d'après-midi s'est totalement dissipée, tant la nuit est longue, et comme il ne s'est pas encore levé, une chute progressive mais assez rapide de température survient souvent. Dans un bassin ou un poubellarium enterré et bien agencé, nos pensionnaires sont susceptibles de pouvoir survivre en semi-léthargie à de telles températures.

Il est important de ne pas chercher à briser la glace ou de nourrir les poissons, tant que la température est en-dessous de 10°C. Un petit pic de douceur entre 5 et 10°C peut être l'occasion d'un bref repas, cependant.

Voici donc les espèces que l'on peut facilement maintenir en extérieur. Je n'évoquerai ici donc, que les espèces susceptibles de passer nos hivers dehors. Les poissons européens, bien évidemment constitués pour survivre à nos hivers ne sont pas décrits ici.

Vivipares :

Gambusie de l'Ouest (Gambusia affinis) : sa présence est possible en France, mais incertaine. Elle aurait été introduite dans ce cas. Elle peut survivre à des températures de 5°C. Elle est originaire du Mexique et des Etats-Unis et est active jusqu'à 10°C.

Gambusie de l'Est (Gambusia holbrooki) : cette espèce a été introduite en France où elle est parfaitement acclimatée en Bretagne, dans les Pays de la Loire, dans le Poitou-Charentes, en Aquitaine, dans le Midi-Pyrénées, dans le Languedoc-Roussillon, en Corse, en Provence-Alpes-Côte d'Azur et dans le Rhône-Alpes. Elle peut survivre à des températures de 1°C et reste active jusqu'à 4°C. On la rencontre originellement aux Etats-Unis.

Guppy (Poecilia reticulata) : le sujet est plus délicat, car cela dépend grandement des individus. En général, il faut attendre de nombreuses générations nées en extérieur pour pouvoir maintenir le guppy dehors en hiver. Les spécimens nés à l'intérieur ou achetés en animalerie sont souvent trop fragiles. La première génération née à l'extérieur est souvent fragile également. Seuls des individus nés dehors de façon précoce (lors d'un coup de chaleur en avril par-exemple), ont des chances de passer l'hiver. Un guppy qui est dans le dernier cas cité peut supporter jusqu'à 5°C, en restant actif jusqu'à 12°C. Ce poisson a été introduit et est probablement acclimaté au Royaume-Uni, en Ukraine et en Russie. Il devrait donc pouvoir vivre en France, mais sous réserve de certaines conditions. Il a d'ailleurs peut-être été introduit en Serbie, au Monténégro, en Bosnie-Herzégovine et en Croatie. Il est à la base originaire de Trinité-et-Tobago, du Venezuela, du Guyana, du Surinam, de Guyane et du Brésil.

Cyprinidés :

Poisson rouge (Carassius auratus) : il n'y a plus besoin de le présenter et il passe sans problème nos hivers dehors, comme chacun le sait, allant parfois jusqu'à s'enfouir dans la vase. Il peut survivre jusqu'à 1°C, restant actif jusqu'à 4°C. Il vient de Chine, de Corée du Nord et de Corée du Sud, mais il a été introduit en France, dans toutes les régions, à l'exception du Nord-Pas-de-Calais, de la Picardie et de la Bretagne.

Danio rayé (Danio rerio): certains diront qu'il est trop fragile pour passer nos hivers dehors. Pour ma part, lorsque j'en maintenais en extérieur, ils restaient dehors jusqu'à fin octobre, voyant ainsi les premières gelées. Extrêmement robuste, il peut survivre jusqu'à 5°C, restant actif jusqu'à 10°C. On le rencontre au Bengladesh, en Inde et au Népal. Il était peut-être présent en Birmanie, dont il aurait disparu.

Rhodeus ocellatus : très proche de notre bouvière elle est d'une grande résistance et est plus souvent maintenue en bassin qu'en aquarium. Elle vient de Chine. Cette bouvière reste active jusqu'à 10°C, pouvant survivre jusqu'à 5°C.

Néon du pauvre (Tanichthys albonubes) : d'une très grande résistance, il peut survivre jusqu'à 5°C, restant actif jusqu'à 10°C. Il lui est possible de supporter des températures plus basses (jusqu'à 1°C), comme les poissons européens pendant quelques jours. Il vient de Chine et du Viêtnam. Pour ma part, un groupe de six individus a passé un hiver dehors sous la glace, sans aucune perte. Il a été renforcé par un groupe de six autres individus, qui passeront également l'hiver dehors.

Loches :

Loche yoyo (Botia almorhae) : sa résistance à nos hivers n'est pas confirmée. Certains prétendent que les leurs parviennent à passer les hivers sous la glace dans leurs bassins. Cependant, des retours négatifs de la part d'amateurs sont apparus par la suite, comme quoi leurs poissons n'auraient pas passé les premières neiges, survivant difficilement aux premières gelées. Ces malheureuses expériences sont probablement dues à une confusion avec la loche réticulée (Botia lohachata) qui supporte les températures fraîches, mais pas les températures froides. La plage de température minimale pour la loche yoyo n'est pas certaine : entre 5 et 14°C. Il est probable qu'elle s'enfouisse dans la vase en-dessous de 5°C. Elle est originaire d'Inde et du Népal. Elle habite en montagne et il est donc certain qu'elle connaît des gelées faibles à moyennes dans la Nature, éventuellement des chutes de neige marginales.

Poisson-baromètre (Misgurnus anguillicaudatus) : cette loche reste active jusqu'à 12°C, pouvant survivre en semi-léthargie jusqu'à 5°C. Lorsque les températures chutent de trop, le poisson s'enfouit dans la vase. Cette loche est originaire de Russie, de Chine, de Corée du Nord, de Corée du Sud, du Japon et du Viêtnam. Elle est présente de façon introduite ou naturelle au Laos. Elle a été introduite en Espagne, en Allemagne et en Italie et doit donc pouvoir supporter jusqu'à 1°C, restant active jusqu'aux alentours de 5°C.

Poissons-chats :

Ancistrus (Ancistrus sp. ancistrus) : l'ancistrus du commerce est souvent trop fragile pour rester dehors trop longtemps. En revanche des jeunes nés en extérieur vers le mois de juin, rentrés en septembre/octobre et ressortis en mai/juin sont susceptibles de passer nos hivers. En revanche, la maintenance de l'ancistrus dans un bassin de moins de soixante centimètres de fond au total et ayant une épaisseur de vase inférieure à huit centimètres est non envisageable. Ce serait la mort du poisson. On ne sait pas très bien jusqu'à quelle température un individu résistant et né dehors peut survivre. Il reste en activité jusqu'à 14°C, peut-être 12. En-dessous, il cherche à s'enfouir dans la vase, à la base d'une plante. En semi-léthargie, il peut survivre très probablement jusqu'à 5°C. Le problème n'est pas vraiment le froid de l'hiver, mais la durée de celui-ci sous nos latitudes (l'hiver climatique s'étendant de début décembre à fin mars, dépassant allègrement sur la fin novembre et début avril, parfois davantage). L'ancistrus du commerce est un hybride fertile qui n'existe pas dans la Nature. L'espèce ayant l'aspect le plus proche est l'ancistrus commun (Ancistrus temminckii), moins résistant aux basses températures, et présent uniquement au Surinam.

Pléco commun (Hypostomus plecostomus) : il s'agit de la même affaire que pour l'ancistrus, même si le pléco commun semble mieux supporter les températures basses. La vase doit avoir une épaisseur d'au moins quinze centimètres et le bassin une profondeur d'au moins quatre-vingt centimètres. Beaucoup de retours négatifs apparaissent, et sont probablement dus à la confusion fréquente du pléco commun avec d'autres espèces, moins résistantes au froid. Il reste en activité jusqu'à 14°C, peut-être 12. Comme l'ancistrus, en semi-léthargie il peut supporter des températures aussi basses que 5°C. Quelques rumeurs mentionne d'ailleurs la présence d'individus dans le Languedoc-Roussillon, bien que ceci reste très peu probable. Il vient de Trinité-et-Tobago, du Brésil, du Guyana, du Surinam et de Guyane. Il est très probablement présent au Venezuela. Sa présence est possible au Paraguay, en Colombie et au Panama.

Corydoras poivre (Corydoras paleatus) : il supporte très bien le froid, préférant d'ailleurs les températures fraîches aux températures chaudes. Si certains individus sont assez fragiles, la plupart passent très bien nos hivers. Ce poisson reste actif jusqu'à 10°C, s'enfouissant dans la vase en-dessous, et pouvant ainsi survivre jusqu'à 5°C. Le corydoras poivre se rencontre en Uruguay et au Brésil, où il connaît de petites gelées et même des chutes de neige marginales. Il est peut-être acclimaté aux Pays-Bas et en Allemagne. Il est donc probable qu'il supporte même des températures pouvant descendre jusqu'à 1°C.

Poissons à labyrinthe :

Macropode à queue ronde (Macropodus ocellatus) : il est très résistant au froid, supportant jusqu'à 4°C, sans entrer en réelle semi-léthargie. Il est cependant moins actif en-dessous de 10°C. On le rencontre en Chine, en Corée du Nord, en Corée du Sud et au Japon. Il aurait été introduit en Russie européenne. A ce titre il doit pouvoir supporter jusqu'à 1°C.

Poisson-paradis (Macropodus opercularis) : beaucoup prétendent qu'il est trop fragile pour passer nos hivers dehors. D'ailleurs la plage de températures minimales supportées est incertaine, entre 4 et 10°C. Il est moins actif en-dessous de 12°C. Il est originaire de Russie, de Chine, du Laos, du Viêtnam et de Malaisie. Sa présence naturelle est probable en Thaïlande. Il a été introduit en Corée du Sud et au Japon, et une rumeur peu probable fait état de spécimens vivant dans la Nature en France (dans le Rhône-Alpes).

Autres poissons :

Beaucoup d'autres poissons non européens peuvent passer nos hivers dehors. Réclamant un volume de plus de trois cent litres (donc sortant de l'optique poubellarium/petit bassin) ou étant extrêmement rares et même introuvables en France (et en Europe d'ailleurs, voire même dans le commerce mondial tout simplement), ils n'ont pas été cités ici.

Autres animaux :

D'autres animaux que l'on fait parfois cohabiter avec nos poissons peuvent passer nos hivers en extérieur, en voici quelques-uns :

Sous réserve de disposer d'une épaisseur de vase suffisante ou d'une importante couche de boue sur l'une des berges (pour l'hibernation), on peut maintenir les espèces suivantes en extérieur toute l'année : chinémyde de Reeves (Mauremys reevesii), cinosterne caréné (Sternotherus carinatus), tortue de Floride (Trachemys scripta, introduite partout en France), grenouille taureau (Lithobates castebeianus, introduite en Aquitaine et dans le Centre), rainette de la Caroline (Hyla cinerea), sonneur oriental (Bombina orientalis, peut-être introduit en France, bien que cela soit peu probable), xénope du Cap (Xenopus laevis, introduit dans les Pays de la Loire et en Poitou-Charentes), triton oriental (Hypselotriton orientalis), salamandre tigrée du Texas (Ambystoma mavortium), salamandre tigrée (Ambystoma tigrinum), salamandre taupe (Ambystoma talpoideum) et axolotl (Ambystoma mexicanum, un individu a été retrouvé dans le Rhône-Alpes dans la Nature, il s'agissait d'un individu isolé).

Enfin quelques invertébrés peuvent compléter tout cela : écrevisse américaine (Orconectes limosus, introduite partout en France), écrevisse de Californie (Pacifastacus leniusculus, introduite partout en France, sauf en Corse), écrevisse de Louisiane (Procambarus clarkii, introduite partout en France, sauf dans le Nord-Pas-de-Calais, en Corse et en Alsace), red cherry (Neocaridina heteropoda), Triops longicaudatus et physe (Physa marmorata).

Evidemment, aucune garantie de survie ne peut être assurée pour chaque spécimen, uniquement parce que son espèce est supposée pouvoir survivre dans de telles conditions.

En espérant avoir réalisé tâche convenable,

Le Sanglier

_________________
"La Patrie demeure intacte tant que subsiste l'amour de ses enfants pour elle."
moiectou
moiectou
Modérateur
Modérateur
Masculin Nombre de messages : 5027
Age : 40
Localisation : ardennes
Emploi : tourneur
Date d'inscription : 08/04/2012

La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année Empty Re: La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année

Mar 30 Aoû 2016 - 12:19
Je ne sais pas d'où tu tiens tes sources pour les températures , mais -30° pour Charleville-mézière c'est un peu abusé , je suis pas loin et jamais descendu en dessous de -15° Wink

_________________
n°AFC 0661.08

Groupe cichlidophile ardennes sur facebook

Membre ACA , aqua club d'Arlon
Le Sanglier
Le Sanglier
Membre : Nouveau
Membre : Nouveau
Masculin Nombre de messages : 22
Localisation : Pays d'Yveline
Emploi : ---
Date d'inscription : 17/08/2016

La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année Empty Re: La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année

Mar 30 Aoû 2016 - 12:39
Dans le Nord-est du département, plusieurs de mes connaissances relèvent du -28°C au moins deux fois par hiver. J'avais du mal à y croire, jusqu'à l'année dernière, j'ai eu la curiosité lorsque j'y étais de passage de me relever de nuit, aux alentours de 4h00, le mercure était à -27°C. C'était il y a seulement quelques années. En fait il s'agit de considérer le département dans une espèce de globalité climatique. Du côté des villes ardennaises, Sedan, Charleville-Mézières ça descend minimum à -20°C. Mais de l'autre côté, dans le Luxembourg français, dont l'Ouest constitue le Nord-est de nos Ardennes, les températures, je puis vous l'assurer, descendent à coup sûr entre -20 et -30°C à plusieurs reprises durant l'hiver.

_________________
"La Patrie demeure intacte tant que subsiste l'amour de ses enfants pour elle."
Jinhaisan
Jinhaisan
Membre : Occasionnel
Membre : Occasionnel
Masculin Nombre de messages : 92
Localisation : Troyes
Emploi : Technicien
Date d'inscription : 14/07/2016

La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année Empty Re: La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année

Mar 30 Aoû 2016 - 12:41
Merci pour ce sujet intéressant, je ne savais pas qu'il était possible de maintenir certaines espèces dehors!
Horlack
Horlack
Modérateur
Modérateur
Masculin Nombre de messages : 4661
Age : 47
Localisation : Centre
Emploi : Informaticien
Date d'inscription : 13/04/2013
https://www.youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année Empty Re: La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année

Mar 30 Aoû 2016 - 14:00
La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année 725682Sanstitre14
La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année 306703Sanstitre13
La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année 827835Sanstitre12
La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année 307521Sanstitre11
La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année 944514Sanstitre10
La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année 306703Sanstitre13

En étant de Bourges, il faut se méfier du -15°C que tu annonces (-14.6°C exactement).
Mais cela serait bien de dire par rapport à quoi.
C'est -14.6°C des records absolu de froid des T°C maximales.
Mais il y a aussi les records absolu de froid
Ce sont 2 choses bien distinctes.

Les 2 sont très importantes, et il manque un 3ème type de graph, c'est la périodicité du  records absolu de froid par rapport records absolu de froid des T°C maximales.

Car vois-tu, pour m'être intéressé très fortement à la climatologie de ma ville pour mes Corydoras Paleatus en bassin extérieur, si on ne sait pas le  records absolu de froid arrive 1 années sur 4 , voir 5, par rapport aux records absolu de froid des T°C maximales, alors cela fausse tout ton raisonnement.

Donc de tuer les poissons d'autrui, si tu as omis cette information primordiale.

Les moyennes, c'est bien beau.
Mais cela cache l'amplitude, le max, le min et la périodicité, qui peuvent tout autant meurtrier pour les poissons exotiques en bassin extérieur.

Il faut regarder aussi, au niveau macro de chaque ville. Car un petit paquet de ville ou petit coin, ont des micro-climat très particulier.
Comme :
- La Rochelle et ses environs
- Paris à cause de sa cuve et de la pollution
- Le sud-est du Cher (18) avec le sud-ouest de l'Indre (36)

Et parfois, encore plus, directement demander au centre météo de sa ville. Car à 2 km de distance, il peut y avoir une différence de -5°C. C'est le cas de Bourges : une zone boisé sera plus chaude, tandis qu'une zone humide (comme un lac) sera plus froid. Il faut bien comprendre que Bourges est construit sur petite coline qui remonte à Avaricum (capitale des Gaules), et que tout autour, c'était soit des bois, soit des marais. La différence de hauteur est peut-être mimine entre tout ça, mais, pris en conjonction de l'écosystème, Bourges dans sa globalité peut avoir de très grosses surprises de T°C du nord au sud, de l'est en ouest. Et ceci la même journée.
Sauf que ne pas savoir cela, c'est différence entre la vie et la mort, pour des poissons exotiques en bassin extérieur.
Bref, on rentre dans un autre champ de sciences, qui est tout aussi important que la climatologie, c'est la topographie.
Chaque petite cuve, colline, bois, eau, ruisseaux, etc,  joue de façon plus ou moins prononcé sur l'environnement immédiat des T°C extérieur.

https://www.forumaquario.org/t114477p25-la-maintenance-des-corydoras#1411558
https://www.forumaquario.org/t114477p75-la-maintenance-des-corydoras#1502143
La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année 684029Meteo003

Avec le corydoras Paleatus, il manque :
- Corydoras Ehrhardti
- Corydoras Longipinnis
- Corydoras Nattereri
- Scleromystax Salmacis
- Scleromystax Macropterus

Ces 5 espèces, sont tous des poissons-chats qui vivent exactement au même endroit que le Corydoras Paleatus en Uruguay
Sauf, que je te l'accorde, ce sont des espèces peu courante en animalerie/VPC, donc personnes n'a du le tenter en Europe
J'en mettrais ma main à couper que ces 5 espèces, peuvent être mise en bassin extérieur comme le Corydoras Paleatus


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentrisme. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
Album photos Flickr
moiectou
moiectou
Modérateur
Modérateur
Masculin Nombre de messages : 5027
Age : 40
Localisation : ardennes
Emploi : tourneur
Date d'inscription : 08/04/2012

La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année Empty Re: La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année

Mar 30 Aoû 2016 - 16:54
Le Sanglier a écrit:Dans le Nord-est du département, plusieurs de mes connaissances relèvent du -28°C au moins deux fois par hiver. J'avais du mal à y croire, jusqu'à l'année dernière, j'ai eu la curiosité lorsque j'y étais de passage de me relever de nuit, aux alentours de 4h00, le mercure était à    -27°C. C'était il y a seulement quelques années. En fait il s'agit de considérer le département dans une espèce de globalité climatique. Du côté des villes ardennaises, Sedan, Charleville-Mézières ça descend minimum à -20°C. Mais de l'autre côté, dans le Luxembourg français, dont l'Ouest constitue le Nord-est de nos Ardennes, les températures, je puis vous l'assurer, descendent à coup sûr entre -20 et -30°C à plusieurs reprises durant l'hiver.


Habitant en campagne ardennaise je peux t'affirmer que des températures aussi basse sont très rare , cet hiver il est descendu à -15° grand max

Je penses que les températures annoncées sont des records et par le fait très rarement atteinte , je me spuvient d'un hiver avec un bon -29° mais c'était il y a une vingtaine d'année Wink

_________________
n°AFC 0661.08

Groupe cichlidophile ardennes sur facebook

Membre ACA , aqua club d'Arlon
Sylwingeï
Sylwingeï
Membre : Accro
Membre : Accro
Masculin Nombre de messages : 2560
Localisation : Yvelines
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 10/01/2015

La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année Empty Re: La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année

Mer 31 Aoû 2016 - 4:16
Sous réserve de disposer d'une épaisseur de vase suffisante ou d'une importante couche de boue sur l'une des berges (pour l'hibernation), on peut maintenir les espèces suivantes en extérieur toute l'année : chinémyde de Reeves (Mauremys reevesii), cinosterne caréné (Sternotherus carinatus), tortue de Floride (Trachemys scripta, introduite partout en France), grenouille taureau (Lithobates castebeianus, introduite en Aquitaine et dans le Centre), rainette de la Caroline (Hyla cinerea), sonneur oriental (Bombina orientalis, peut-être introduit en France, bien que cela soit peu probable), xénope du Cap (Xenopus laevis, introduit dans les Pays de la Loire et en Poitou-Charentes), triton oriental (Hypselotriton orientalis), salamandre tigrée du Texas (Ambystoma mavortium), salamandre tigrée (Ambystoma tigrinum), salamandre taupe (Ambystoma talpoideum) et axolotl (Ambystoma mexicanum, un individu a été retrouvé dans le Rhône-Alpes dans la Nature, il s'agissait d'un individu isolé).

Enfin quelques invertébrés peuvent compléter tout cela : écrevisse américaine (Orconectes limosus, introduite partout en France), écrevisse de Californie (Pacifastacus leniusculus, introduite partout en France, sauf en Corse), écrevisse de Louisiane (Procambarus clarkii, introduite partout en France, sauf dans le Nord-Pas-de-Calais, en Corse et en Alsace), red cherry (Neocaridina heteropoda), Triops longicaudatus et physe (Physa marmorata).

Je t'arrête deux minutes ces espèces pour pas mal d'entres-elles sont interdites de détention et pour une bonne raison elles causent des dégâts considérables et pour celles qui ne le sont pas pas la peine d'encourager une détention en bassin (ce n'est pas une prison comme le sont nos aquariums) le risque d'évasion n'est pas une chose à prendre à la légère.

Pour les écrevisses sache aussi qu'elles sont capables de marcher et très loin de leurs plans d'eau et qu'elles font aussi des trous dans les bâches.


Et si tu n'est pas convaincu voici une photo d'un collègue de terrain bien entendu il ne c'est pas amusé à la placer sur la route mais l'a croisé tel quel.
https://i.servimg.com/u/f36/12/00/84/12/dscn2410.jpg

Concernant les poissons exotiques je suis curieux que tu ne rajoute pas l'empereur de chine le macropodus opercularis et le célèbre notropis chrosomus.

Un autre poisson aussi mais devenu interdit le speudorasbora parva.


Pour les températures en ressenti c'est probable mais avec les faux hivers de ces dernières années je doute qu'elles ont étés atteintes hormis en altitude.
Contenu sponsorisé

La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année Empty Re: La maintenance de poissons exotiques en extérieur à l'année

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum