Forum aquariophile pour toutes vos questions : eau douce et eau de mer. Poissons, aquarium et matériel.

Connexion

Récupérer mon mot de passe




Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 6 sur 7]

126default Re: La maintenance des Corydoras le Jeu 25 Aoû 2016 - 22:20

Jo2305


Membre : Régulier
Membre : Régulier
En fait je dis ça car je vois pas trop l'effet de banc mais comme tu me l'as déjà dit cest surement du à deux souches différentes ^^

Oui enfin t'as raison autant garder un banc et le grossir progressivement.

Je augmenterais de 2/3 quand il fera moins chaud pour arriver à 15/16 du coup.

Merci pour les renseignements et le tableau détaillé ^^ (ca m'eviteras de te poser la question dans 1 an ahah)

127default Re: La maintenance des Corydoras le Ven 9 Sep 2016 - 16:57

gomorck


Membre : Habitué
Membre : Habitué
Bonjour @Horlack,

Je remonte ton sujet avec une question :

Un ami voudrait mettre des corydoras dans un bac de 80 X 30 avec 100% eau de conduite parisienne (soit Gh 8/10 et ph 7. 3 environ), bac de sable fin, avec pas mal de place au sol. Il y a des racines avec de la mousse dessus et beaucoup de plantes flottantes ainsi que de vallisneries, donc surface très tamisée. Il y a juste des crevettes heteropoda dedans pour l'instant. Peu de courant mais je lui ai dis qu'il en faudrait, donc il mettra une petite pompe

Le plus gros problème que je vois, c'est cette eau de conduite. Mon ami n'a pas l'intention d'y changer quoi que ce soit. J'ai déjà réussi à lui faire comprendre l’intérêt de combler l'évaporation avec de l'eau de source et non de l'eau de conduite ...

Y a t'il une espèce qui vive correctement dans cette eau ? Aeneus ? Paleatus ? D'autres peut être (mais je doute ...) ?

Merci

128default Re: La maintenance des Corydoras le Ven 9 Sep 2016 - 17:37

Horlack

avatar
Modérateur
Modérateur
Oui pour les Aeneus et Paleatus de souches d’élevages qui peuvent monter à GH 15-20. (comme les aquariophiles du Nord de la France)
Mes paleatus sont bien bassin extérieur à GH 6-8 depuis 1 ans, avec l'eau du robinet. Le PH oscille entre 6.5 et 7.5 suivant qu'il pleut ou pas.
https://www.youtube.com/watch?v=eJA97WMOtlY

Il ne faut pas croire, mais beaucoup de corydoras dans la nature, sont capables d'encaisser de très grosses amplitude de PH
Comme :
https://drive.google.com/file/d/0B3gLn2CJ2ojdY0Nhb3R4WWxpSkU/view?usp=sharing
https://drive.google.com/file/d/0B3gLn2CJ2ojdUVRmZ2UwV2ZyYmM/view?usp=sharing
https://drive.google.com/file/d/0B3gLn2CJ2ojdUVhnTzRreWJ4dzg/view?usp=sharing
https://drive.google.com/file/d/0B3gLn2CJ2ojdYktia2JKclFTcEE/view?usp=sharing
https://drive.google.com/file/d/0B3gLn2CJ2ojdbVFpY21HWExNZnc/view?usp=sharing
https://drive.google.com/file/d/0B3gLn2CJ2ojddFJLWWQ0ampuTGs/view?usp=sharing

Des amplitudes de +4 à +5 points de PH, sont monnaies courantes dans leur milieu naturel.

Vers PH 6.5-7.5, c'est une moyenne commode, imposée en aquariophilie, qui représente aussi la moyenne de leur milieu naturel..

Je ne vois rien de choquant pour les corys de ton ami à PH 7.3 et GH 8/10 pourvu qu'ils soient d’élevage. Il faut juste qu'il fasse attention à son eau du robinet. Dont parfois le Chlore des centrales d'épuration, ou bien le Fer/Cuivre : les corys détestent cela.

Le risque que je vois plutôt, c'est sa belle plantation sur sol/bois, comme la mousse. Les corydoras vont tout lui enlever à la longue en grattouillant.

Un bon courant de temps à autre, est bien pour les stimuler. Sinon, ils feront comme un grand nombre de corys en vidéo Youtube : amorphe et au sol.


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

129default Re: La maintenance des Corydoras le Ven 9 Sep 2016 - 17:51

gomorck


Membre : Habitué
Membre : Habitué
Okdonc il partirait sur des aeneus. 8 je pense pour commencer (il n'a pas du tout l'habitude des cory.C'est une première expérience pour lui !).

La mousse, c'est pas grave. Les crevette ont de quoi faire en hauteur !

130default Re: La maintenance des Corydoras le Sam 1 Oct 2016 - 7:20

Horlack

avatar
Modérateur
Modérateur
Je garde une copie ici, cela pourrait servir

Sujet d'origine : http://www.forumaquario.org/t129397-lancement-nano-60-litres#1554440

=================
Aparté technique : Risque Corydoras et diffuseur de Co2
=================


Les corydoras ont un double mécanisme de respiration : leurs ouies, et une forme primitive d'alveole pulmonaire dans leur intestin (d'ou qu'il pipe à la surface). Les corydoras respirent aussi par leurs "fesses". Et non ce n'est pas une blague ##17 . C'est plutôt s'ils ne le font pas, que c'est anormal

Un diffuseur co2 peut tuer des corydoras.

Un corydoras va réguler l'un ou l'autre de ces mécanisme de respiration en fonction de l'o2 présent dans l'eau. S'il y a une chute ou une montée brutale d'o2 dans l'aquarium, alors une bulle d'air peut se bloquer dans les intestins. Ce qui est généralement mauvais, car c'est transformé en co2. Puis intoxique le corydoras. Pour les Corydoras : pas de chute ou montée brutale d'o2, sinon, il respire "comme un phoque", et peut flotter comme un ballon. Faut toujours le faire progressivement. Pareil pour les plantations d'aquarium : il faut les étaler dans le temps (o2/co2). Pareil pour les diffuseurs Co2 : pas à portée des corys. Donc des fois, mettre un bulleur d'un coup, ou refaire sa plantation d'un coup, ou un diffuseur co2 à portée , cela peut être mauvais pour les corys.

A prendre trop d'air dans ses intestins, qui l'ont dégradé en co2, il part en embolie intestinales (et non pulmonaires). Un excès de Co2 est nuisible à n'importe quel être vivant. Or les cellules ont besoin d'o2 (énergie) pour vivre. Si trop de co2, alors elles se nécrosent et meurent. Une partie de ses intestins est déjà nécrosés, et les cellules intestinales si particulières qui permettent la respiration sont déjà en partie morte.

Il n'a plus qu'un seul moyen pour respirer : les ouïes.
Or il a besoin impérativement de ces 2 moyens.


Dans le cadre d'un diffuseur de Co2, le corydoras peut piper une ou des bulles de Co2, qu'il a pris pour une bulle d'air. Il aura beau tenter parfois, par la force de ses muscles de redescendre au fond, il remontera de toute façon, telle une bulle d'air (O2/Co2). Il s'épuisera musculairement parlant, et peinera à manger à sa faim. Ce qui est aussi, un cas de mort de toute façon à court terme. Pire de tout, si le corydoras ne meure pas de suite, il mourra de toute façon par le Co2 qui passera dans le sang. En effet, la zone des intestins de n'importe quels être vivant, est une zone très vascularisé. Le Co2 passe facilement à travers cette paroi. Et paf, voilà, comment moins de 8h de temps, le sang du corydoras est intoxiqué au Co2. Sang qui passe dans tous les organes vitaux du corydoras (cœur, foie, rein, cerveau, etc). Donc de toute manière, le corydoras mourra, car l'un des organes vitaux lâchera de toute manière.

C'est déjà un mort en sursis : les cellules de respirations intestinales sont déjà nécrosés et/ou mortes par l'excès mortel de co2 de ses intestins qui le fait flotter, ou bien du co2 en trop dans son sang qui fera lâcher un organe vital. Un corys qui fait beaucoup d'effort, peut piper l'air, plus que les autres corys qui n'auront pas fait d'effort. Donc il fait plus d'effort. Alors il a besoin de plus d'oxygène. Leurs ouïes ayant leur limite, il complète en prenant une bulle d'air. D’où qu'il pipe.

S'il pipe à l'air, ou bien une bulle d'un vrai bulleur, ce n'est pas un problème.
S'il a -trop- piper une ou des bulles de ton diffuseur Co2, c'est très problématique.

Tu ne trouveras, que peu d'antécédent sur internet, sur la cause des corydoras qui flottent. Depuis 10 ans, tout le monde s'y casse les dents, personne n'avait de réponse et personne n'a pu en sauver. La découverte est récente et date de Janvier 2016, et n'est pas encore paru en France :

Article scientifique :
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/jemt.22614/full

Discussion :
http://www.planetcatfish.com/forum/viewtopic.php?f=14&t=43295

Je sais , c'est en anglais et payant.

En résumé grossi et vulgarisé (j'utilise des mots proches, simples, imagés ou un peu d'abus de langage pour tenter de t'expliquer le principe, bien, que plus complexe que cela) : le corydoras respire à la fois par les ouïes, et à la fois par un mécanisme particulier de ses intestins. Il a une "forme primitive d'alvéoles pulmonaires dans ses intestins" (*si je puis imagé ainsi*). Les corydoras prennent souvent 1 bulle d'air à la surface. Air qui est transformé en Oxygène dans ses intestins. Puis une bulle de co2 est relâché par son postérieur. Ce double mécanisme de respiration, leur permet de vivre dans des milieux pauvre en oxygène. Il ne prend que l'air nécessaire à sa survie, mais également, il est dosé, pour ne pas trop en prendre.

Ce double mécanisme de respiration, est souvent la cause de mortalité chez les corydoras qui sont très mal acclimaté.

On dit souvent qu'une mauvaise acclimatation peut tuer un poisson. Quand les aquariophiles disent cela, ils pensent à 99% à la différence de paramètres d'eau : PH, GH, KH, etc.
Sauf que dans le cas particulier du corydoras, tu peux avoir exactement les mêmes paramètres eau que l'animalerie, tu pourrais le tuer aussi. En soit, chez le corydoras d’élevage, qui est pourtant un poisson résistant, c'est la différence d'oxygène entre ton bac et celui de l'animalerie qui peut le tuer. Il faut laisser le temps au corydoras de comprendre, qu'il ne doit plus prendre 75% d'o2 dans l'eau et 25% d'o2 dans l'air, comme en animalerie, mais peut-être 50% d'o2 dans l'eau et 50% d'o2 dans l'air pour chez toi. Les corydoras ont besoin d'un peu de temps pour savoir comment ils vont réguler leur apport en oxygène en fonction de leur milieu. Sinon, le risque, c'est qu'une bulle d'air ou de co2 se bloque dans leur intestin.


Photos des alvéoles de "respiration" dans les intestins :






Ce n'est pas un problème qu'un corydoras pipe à la surface. C'est un fonctionnement normal et très courant
En revanche, s'il le fait vraiment trop souvent, c'est qu'il y a un grave déficit soit en O2. Et inversement, s'ils ne le font pas, c'est qu'il y a trop d'O2.
Quand un corydoras flotte, c'est quelque chose lié à l'o2/co2 dans son environnement, qui a détraqué ses alvéoles pulmonaires de ses intestins. Tout ce qui est lié à l'oxygène/co2 dans un aquarium, il faut y faire gaffe avec les corys.
Toujours y aller progressivement et avec les précautions d'usages.


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

131default Re: La maintenance des Corydoras le Dim 8 Jan 2017 - 12:45

Horlack

avatar
Modérateur
Modérateur
Rajout d'une section CONFUSION CORYDORAS JULII ET TRILINEATUS
http://www.forumaquario.org/t114439-maintenance-conseils-pour-corydoras#1562285

C'est un problème récurrent et qui revient très très très souvent sur les forums aquariophiles.
Trop de personnes pensent acheter du Corydoras Julii, alors que c'est du Corydoras Trilineatus, voir de l'hybride.

Merci à @sakila4, de m'avoir un peu forcé la main à l'écrire Wink


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

132default Re: La maintenance des Corydoras le Dim 8 Jan 2017 - 20:18

sakila4


Membre : Nouveau
Membre : Nouveau
Merci encore pour tes explications et description concernant les Corydoras Julii et du Corydoras Trilineatus et effectivement c'est bien des Trilineatus et pas des jullii .... Grâce à toi, je vais pouvoir aussi transmettre cette information plus loin !!

Je suis vraiment impressionnée par tes connaissances et tes transmissions d'informations c'est ludique et vraiment agréable à lire !! je vais même retourner voir le début du post que j'avais parcouru déjà il y a longtemps mais n'ayant pas eu de corydoras c'était juste une théorie et la je suis dans la pratique !

Merci beaucoup pour ce post si enrichissant !!!

133default Re: La maintenance des Corydoras le Lun 9 Jan 2017 - 13:16

Phioiseau


Membre : Régulier
Membre : Régulier
Truffaut plaisir a trouvé la solution : sur l'étiquette c'est julii/ trilineatus comme ça ils sont tranquilles..

Je leur avais signalé qu'ils m'avaient vendu des trili et non des julii, à priori pour leur revendeur c'est les mêmes poissons..

Mes nouveaux cory viennent de chez Iktus comme ça je suis sure que ce sont des Trilineatus.

134default Re: La maintenance des Corydoras le Lun 9 Jan 2017 - 13:36

Horlack

avatar
Modérateur
Modérateur
@Phioiseau a écrit:Truffaut plaisir a trouvé la solution : sur l'étiquette c'est julii/ trilineatus comme ça ils sont tranquilles..

Je leur avais signalé qu'ils m'avaient vendu des trili et non des julii, à priori pour leur revendeur c'est les mêmes poissons..

Mes nouveaux cory viennent de chez Iktus comme ça je suis sure que ce sont des Trilineatus.

chez moi, c'est Villaverde, qui a force de les emmerder sur ces 2 races, ont mis l'étiquette : corydoras variété.
Comme ca, pas de nom. Juste du générique.


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

135default Re: La maintenance des Corydoras le Jeu 19 Jan 2017 - 14:23

Horlack

avatar
Modérateur
Modérateur
copie du lien ici
Parle du milieu de vie des Corydoras Habrosus, et du bassin du fleuve Orinoco :
http://www.forumaquario.org/t130317-site-internet-le-fiable-pour-les-parametres-des-poissons#1563265


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

136default Re: La maintenance des Corydoras le Ven 20 Jan 2017 - 21:29

laurent0054


Membre : Nouveau
Membre : Nouveau
Bonsoir,

D'abord chapeau bas! Je n'ai jamais vu autant d'infos sur les corydoras... ##10 c'est pourtant le seul poisson que j'ai toujours eu en aquarium...

Et encore merci à Gomork pour m'avoir recommandé ce post ##05

Que penses tu d'un bac de 180l avec des corydoras, cardinalis, p. hachettes et couple de rami?

Mauvaise idée?
Quelle variété de cory? Tu as mis tellement d'infos que je ne suis plus sûr de rien!!! ##09

137default Re: La maintenance des Corydoras le Ven 20 Jan 2017 - 22:02

Horlack

avatar
Modérateur
Modérateur
Lol !
Par ou commencer ?

@laurent0054 a écrit:Que penses tu d'un bac de 180l avec des corydoras, cardinalis, p. hachettes et couple de rami?
Mauvaise idée?
Techniquement il y aurait de la place pour mettre un petit banc de corys et des rami.
Sauf que, plus les corys sont nombreux, mieux ils se comportent.
Le 2ème point : les corys nagent. Eh oui ! Si tu piques l'espace de nage du milieu intermédiaire, ou nagent-ils ?
Voici une playlist de 13 vidéos de moi, d'amis (dont 1 ami icthylogue américain spécialisé poisson-chat), et de membres de ce forum que j'ai conseillé.

Toutes ces vidéos ont un point communs : le milieu intermédiaire est vide ou sous-peuplé, pour que les corys puissent nager.
Des poissons au-dessus de leur tête, les corys restent cloitrés au sol.

Ou alors, il faut se rabattre sur des corys exclusivement de fond : ceux au nez pointu.
=> http://www.forumaquario.org/t114439-maintenance-conseils-pour-corydoras#1379751
=> Paragraphe V - LES MILIEUX DE VIE ET LA MORPHOLOGIE, du premier topic.

Mais le petit couac, le corys "au nez pointu", bien qu'ils soient mauvais nageur (mais nagent un chouilla quand même), sont en majorité plus gros que les autres corys. Donc cela te ferait descendre la taille du banc.

@laurent0054 a écrit:Et encore merci à Gomork pour m'avoir recommandé ce post ##05
Merci @Gomork de me faire de la pub ! ##06

@laurent0054 a écrit:Tu as mis tellement d'infos que je ne suis plus sûr de rien!!! ##09
Et encore, j'ai envie d'écrire un gros pavé sur le bassin fluvial de l'Orénoque Smile

@laurent0054 a écrit:Quelle variété de cory? Tu as mis tellement d'infos que je ne suis plus sûr de rien!!! ##09
Eh oui, en matière de corys, on peut parfois s'arracher les cheveux. Comme par exemple dernièrement, sur une intervention pour des Corys habrosus, que j'ai poussé assez loin. Quand on pousse loin dans le détails du biotope, on se rend vite compte, que 95% des aquariophiles sont très loin de ce que leur aquarium devrait être vraiment pour le bien des corys.
=> http://www.forumaquario.org/t130317-site-internet-le-fiable-pour-les-parametres-des-poissons#1563265

Toute la question sera pour toi, de savoir si tu veux faire un aquarium plutôt lambda comme la majorité des aquariophiles, ou bien, creuser un peu plus le schmilblick en te disant qu'il faut peut être un aquarium "plus dépouillé de population" pour le bonheur des corys. Donc en gros, se placer sur la notion '"mes corys seront bien", ou bien, "mes corys seront super bien" ?

L'impact de mettre d'autres espèces avec des corys, va se jouer sur leur comportement (comme la nage plus-haut)
ou même sur la reproduction, comme encore aujourd'hui
=> http://www.forumaquario.org/t125029p200-menagerie-plus-de-3-000l-d-aquariums#1563360
Car vois-tu dans ce bac à corys, si je met un prédateur, comme un betta, c'est bien simple, leur parade d'amour va s'arrêter très vite.
Donc la question qui pourrait se poser dans ce genre de configuration : aimes-tu voir des corys qui batifolent comme des fous pour le plaisir des yeux, ou bien, des corys un peu moins enjoués ?

La cohabitation avec un prédateur, comme un rami, va surement bien se passer dans 180L. Mais la différence se fera sur le comportement global des corys : nage + parade + reproduction = épanouissement.

Pour ton 180 L, cela donne :

Les 4 tableaux , c'est l'expérience (ou ton niveau) aquariophile.
pour 180 L, il serait dommage de ne pas tabler sur un bon banc de 10-15 corys. En regardant le tableau, on voit assez la longueur max des corys à ne pas dépasser, car ils seraient trop grand (comme le Corydoras Paleatus qui peut monter jusqu'à 7-9 cm)
En ratio=1, débutant, on est pas trop mal, en dessous de la tranche <5.5 cm de taille du corys.
(ce qui va aider pour orienter ton choix de corys)
Mais attention, ces tableaux, c'est pour une population Full-corys. Si tu met des Rami, il faut bien prendre conscience que tu dois amputer 60-80 L, soit environ 1 tiers des chiffres du tableau. Et donc là, pour rester sur 10-15 corys, cela fait chuter sur des corys de taille inférieur à <4 à 4.5 cm. Le problème de cette gamme de taille de 4 à 4.5 cm, c'est que tous ces corys , sont tous nageurs ! Donc pas ou peu de population de milieux intermédiaire.


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

138default Re: La maintenance des Corydoras le Ven 20 Jan 2017 - 22:27

laurent0054


Membre : Nouveau
Membre : Nouveau
Merci pour ta réponse express!!! ##06

Y a t il des poissons que tu conseillerais éventuellement en communautaire avec des cory?

139default Re: La maintenance des Corydoras le Sam 21 Jan 2017 - 0:05

laurent0054


Membre : Nouveau
Membre : Nouveau
Petites remarques concernant les vidéos:

Dans certaines videos, 2e et 3e je crois, je trouve qu'il y a quand même pas mal de petits poissons ( danios et tanichtys) sans que cela gène les cory.

Je vois les bulleurs qui tournent dans les bacs plantés... pas de soucis du côté du co2?

C'est vrai qu'en y pensant je me souviens avoir remarqué les cory s'éclater dans le courant! ##06

140default Re: La maintenance des Corydoras le Sam 21 Jan 2017 - 11:36

Horlack

avatar
Modérateur
Modérateur
@laurent0054 a écrit:Petites remarques concernant les vidéos:

Dans certaines videos, 2e et 3e je crois, je trouve qu'il y a quand même pas mal de petits poissons ( danios et tanichtys) sans que cela gène les cory.

Je vois les bulleurs qui tournent dans les bacs plantés... pas de soucis du côté du co2?

C'est vrai qu'en y pensant je me souviens avoir remarqué les cory s'éclater dans le courant! ##06

Il n'y en a plus depuis un bon moment. C'était les survivants d'un poubellarium d'été.

Non jamais eu de soucis avec le co2. De plus le sur-apport d'O2 est un stimulus de pontes chez certains corys. Cela s'explique d'une façon bien simple : quand une goutte d'eau de pluie percute une rivière de plus de 100m de chute, que se passe-t-il ? Cela crée de l'oxygène par remous.
Sans ce stimulus, certains corys ne pondent pas, ou peinent à pondre.
Le courant, est également un simulus sexuel chez certains corys.

Mon expérience la plus poussée : x32 fois le volume par heure pour obliger des Corydoras Similis à pondre  !!!
=> http://www.forumaquario.org/t125029p25-menagerie-plus-de-3-000l-d-aquariums#1516710
et
http://www.forumaquario.org/t129542p25-gourami-miel-trichogaster-chuna#1562299
@Horlack a écrit:Autant dire, que l'aquariophilie telle que nous la concevons, avec notre misérable débit de x10 par heure pour notre nettoyage, ....est totalement risible à la réalité ! Tu as encore beaucoup de marge. Bien plus que tu ne le penses.
Autant dire, que cela donne un argument de plus, pour ne pas ou peu mettre de poissons de milieu intermédiaire, car avec un tel débit, ils resteront tous sur le carreaux.

Il y a des corydoras de torrents de montagnes, comme le Corydoras Pastazensis, qui encaissent à certains moment de l'année, plus de x50 fois le débit par heure. Ce qui explique en partie son nez "hyper-pointu" et élancé en forme de courbure, pour qu'il reste bien collé au fond de l'eau. Le pire, c'est qu'on le trouve parfois en vente sur des sites internets.....alors qu'il est impossible de le maintenir convenablement avec la technologie actuelle d'aquariophilie (débit de x20 à x50)


Par contre, mettre des Corydoras avec des Locaridée est une bonne idée. Comme c'est une même grande famille de poisson, les hormones de l'une des 2 espèces, peut stimuler l'autre. D'ou la conception de la 11ème vidéo de l'ami icthylogue américain spécialisé poisson-chat sud-américain, avec des petits Peckoltia .
https://www.youtube.com/watch?v=85Ivr8VXMSU&list=PLNGiCQl4GbtQXZQXKLUtImVgXqxsD8R8_&index=11


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

141default Re: La maintenance des Corydoras le Dim 22 Jan 2017 - 1:05

meTonne


Membre : Nouveau
Membre : Nouveau
Bonsoir,

J'ai lu plus haut qu'il était pas conseillé de mettre un diffuseur de CO2 avec des corry.
Nous on pensait mettre une cloche à CO2 pour nos plantes, ça peut le faire ?
On a un 125L assez planté et 4 corry.

Merci de vos réponses

142default Re: La maintenance des Corydoras le Dim 22 Jan 2017 - 10:37

Horlack

avatar
Modérateur
Modérateur
@meTonne a écrit:
J'ai lu plus haut qu'il était pas conseillé de mettre un diffuseur de CO2 avec des corry.
Nous on pensait mettre une cloche à CO2 pour nos plantes, ça peut le faire ?
On a un 125L assez planté et 4 corry.

Rohh que 4 malheureux corys ? ##23



Estime ton niveau aquariophile
Regarde ton niveau de plantation/décors pris au sol
Regarde la taille max du corys souhaité (voir https://www.planetcatfish.com/common/subfamily.php?subfamily_id=79 , qui a ses tailles à jour)

Mettre des corys de la même espèce, bien entendu.

Les bulles de Co2 sont un risque pour les Corys.
Si le diffuseur est protégé, et que les bulles ne peuvent pas être prises par les corys, alors c'est bon.


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

143default Re: La maintenance des Corydoras le Dim 22 Jan 2017 - 11:00

laurent0054


Membre : Nouveau
Membre : Nouveau
Merci Horlack pour tes précieux conseils,

Tu conseilles uniquement bulleur et pas d'apport de co2?

144default Re: La maintenance des Corydoras le Dim 22 Jan 2017 - 12:22

Horlack

avatar
Modérateur
Modérateur
@laurent0054 a écrit:Merci Horlack pour tes précieux conseils,

Tu conseilles uniquement bulleur et pas d'apport de co2?

Je ne peux pas te conseiller sur l'un ou l'autre, car cela depend de ce que tu cherches.
Si tu cherches des belles plantes, tu vas avoir besoin de Co2 (ce qui n'est pas mon cas)
Si tu cherches à stimuler parfois les corys, tu vas avoir besoin d'un bulleur (ce qui est mon cas).

et en effet, un bulleur peut avoir un effet nefaste sur les plantes
tout comme un diffuseur de co2, peut avoir un effet néfaste sur les corys


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

145default Re: La maintenance des Corydoras le Dim 22 Jan 2017 - 13:11

meTonne


Membre : Nouveau
Membre : Nouveau
Ca marche, merci pour ta réponse.

Oui que 4 on a eu un mort il a une dizaine de jour Sad

146default Re: La maintenance des Corydoras le Ven 27 Jan 2017 - 13:37

Horlack

avatar
Modérateur
Modérateur
Nouveau corydoras découvert et décrit le 18 janvier  2017

Corydoras CW011 = Corydoras desana

http://www.aqua-aquapress.com/product/23-1_corydoras-desana/



traduction a écrit:Une nouvelle espèce de Corydoras est décrite à partir de Igarapé Castanha, un affluent du rio Tiquié, bassin supérieur du Rio Negro, au Brésil. La nouvelle espèce appartient à un clade basal de Corydoras à long museau (espèce de Lignée 1 ou Corydoras acutus) et se rencontre syntopiquement avec une espèce co-mimétique, Corydoras tukano, beaucoup plus abondante. Sur la base de la morphologie pectorale-spine, il est suggéré ici que les espèces de Corydoras appartenant à la lignée 1 sont des imitations batesiennes de congénères appartenant aux lignées 6 à 9, plutôt que des co-mimiques de Müller comme récemment hypothéqué.

https://www.aquaportail.com/fiche-poisson-3742-corydoras-desana.html


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

147default Re: La maintenance des Corydoras le Dim 29 Jan 2017 - 19:16

Horlack

avatar
Modérateur
Modérateur
Article scientifique:

The effects of Fairy Shrimp Phallocryptus spinosa (Branchiopoda : Anostraca) as live food on reproduction performances and color of freshwater ornamental fish prawn

Auteur : Masoud Seidgar

International Journal of Aquatic Science
ISSN: 2008-8019
Vol.6, No.1, 37-44, 2015
Date de réception de l'article : 16 Février 2014
Date d'acception de l'article: 27 Avril 2014
Date de publication de l'article : 03 janvier 2015

PDF : http://journal-aquaticscience.com/2015%20(1)/Seidgar%20(2015).pdf
GOOGLE TRANSLATE : https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.journal-aquaticscience.com/2015%2520(1)/Seidgar%2520(2015).pdf&prev=search

Résumé a écrit:Les crevettes sont des anostracans d'eau douce qui ont une grande importance à dans la nourriture vivante pour
l'esturgeon cultivé, la truite et des poissons d'ornement en raison de la haute valeur nutritive, de la biomasse individuelle élevée, du caroténoïde riche
en pigments et potentiel de bioencapsulation avec PUFA, Vitamines et médicaments à administrer dans l'organisme récepteur et l'adaptation en eau douce.
Genre de poissons d'ornement , y compris le Pterophyllum scalare, Aequidens rivulatus, Heros Severus, Trichopodus trichopterus, Corydoras aeneus, Cynotilapia afra après l'adaptation ont été alimentés avec deux groupes d'essai, concentré granulé complété avec cœur de vache et épinards comme alimentation manuelle et concentré granulé complété de crevette ( Phallocryptus spinosa ) comme nourriture vivante.
Chaque traitement a été réalisé en trois répétitions et réalisé en 1 mois. La culture standard, l'état de propagation et les facteurs physico-chimiques de l'eau ont été fournis à chaque condition optimale pour chaque groupe. Dans tous les genres de poissons, l'alimentation avec des crevettes a montré une fécondité significativement plus élevée et le pourcentage d'éclosion par rapport au régime alimentaire manuel (p <0,05). Dans tous les groupes nourris avec des crevettes, le temps de frai a été réduit de 5 à 12 jours et leurs couleurs ont été considérablement modifiées.

Ce qui est à retenir pour les Corydors Aeneus du test :


La nourriture vivante sur les corydoras :
Sans nourriture vivante :  405,5 ± 5,5 d'œufs
Avec nourriture vivante : 591,1 ± 6,7  d’œufs
Soit +31.39% d'œufs

Sans nourriture vivante :  80,0 ± 0,0  d'éclosion
Avec nourriture vivante :84,4 ± 0,2  d’éclosion
Soit +4,4 ± 0,2% d'éclosion

Ce qui donne
Sans nourriture vivante : 405.5 œufs à 80% = 324.4 alevins
Avec nourriture vivante : 591 œufs à 84.5% = 500 alevins
Soit 176 alevins de différence, ce qui représente 50% de  plus !

On retrouve ces mêmes écarts sur les autres poissons du test.
Comme quoi la nourriture vivante est beaucoup importante qu'on ne le soupçonne.
En plus des impacts sur la coloration, qu'ils qualifient de  "Existence de taches noires ondulées distinctes, peau de serpent "

Car en fait, les crevettes de cette expérience sont composé de "Tous les acides aminés essentiels et acides gras, 50%
Protéines et 10% de matières grasses
"


_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

148default Re: La maintenance des Corydoras le Lun 30 Jan 2017 - 21:34

Phioiseau


Membre : Régulier
Membre : Régulier
A cause de toi et de tes articles j'aime de plus en plus les cory, et ma mésaventure m'a faite beaucoup réfléchir...

Baba du 13 et toi m'avez dit que je pourrais mettre un couple de gourami (je penchais pour les perlés).

Mais en relisant ce que tu as mis en page 1, est ce qu'un autre groupe/ souche / apparenté de cory ne serait pas plus stimulant et "adapté" à ceux que j'ai déjà ?

Si mes souvenirs sont bons, tu as écrit qu'il y a des espèces à ne pas mélanger pour ne pas créer des hybridations.

Mes cory commencent à montrer le bout de leur nez mais ils sont encore discret et j'aimerai qu'ils soient plus à l'aise dans mon bac.





149default Re: La maintenance des Corydoras le Mer 1 Mar 2017 - 22:41

Horlack

avatar
Modérateur
Modérateur
UNE PREMIERE MONDIALE !
Callichthyidae Troglodite : l'Aspidoras mephisto
NON ce n'est pas une blague.


Article tout frais de ce matin 1er mars !

http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0171309

J'hallucine total.  ##10  ##10  ##10  ##10

Je vais écrire une fiche pour aquaportail Smile



Merci à Luiz Tencatt, que je croise sur le facebook de corydorasworld.com de nous avoir fait partager sa découverte mondiale Smile

Traduction à l'arrache avec Google Translaste :

Aspidoras mephisto , de nouvelles espèces: Le premier Callichthyidae troglobie (Teleostei: Siluriformes) d'Amérique du Sud


====================
Résumé
====================


Aspidoras mephisto n. sp. est décrit dans le système de grottes Anésio-Russão, bassin supérieur de la rivière Tocantins, Goiás, Brésil. L'espèce peut être facilement distinguer de ses congénères par caractéristiques troglomorphic et aussi en présentant la combinaison suivante de caractéristiques: infraorbital 1 laminaire ventrale généralement bien développée; ou modérément développé; dentelures sur marge postérieure de la colonne vertébrale pectoral mal développée; plaque nucale pas visible de l' extérieur; nageoire dorsale, même dans des échantillons visiblement colorés, avec des chromatophores bruns ou noirs que noirs concentrés sur les rayons, les taches formant dans certains spécimens; membranes hyalines; ou chromatophores brun foncé ou noires clairsemées sur les membranes, ne faisant pas tout motif apparent; et l' expansion laminaire interne de infraorbital 1 modérément développé. Informations sur son habitat, l' écologie, le comportement et l' état de conservation sont fournis ainsi qu'une brève description de la phase juvénile.

====================
Introduction
====================

Le Callichthyidae sont petites et catfishes blindés de taille moyenne, qui peuvent être reconnus rapidement par la présence de deux séries longitudinales de plaques dermiques sur les flancs [ 1 ]. La famille présente actuellement environ 200 espèces valides, huit genres, et est largement distribué dans toute l' Amérique du Sud, se produisant dans toute sa partie de cis-andine et aussi en trans-andin Colombie et le Panama [ 1 , 2 ]. Corydoradinae Hoedeman abrite actuellement aspidoras , Corydoras et Scleromystax , et peut être reconnu par la combinaison de plusieurs fonctions, telles que: os frontaux étroits, papille génitale lancéolées chez les mâles, dorsale hypohyal présents et hypobranchial 1 profonde [ 3 ]. Aspidoras a été décrit par Ihering [ 4 ] comme un genre monotypique hébergeant ses nouvelles espèces, A . rochai . Actuellement, aspidoras présente 22 espèces valides qui sont largement répandues dans de nombreuses régions du territoire brésilien. Selon Britto [ 3 ], aspidoras peut être distinguée de Corydoras et Scleromystax en présentant la combinaison suivante de caractéristiques: (I) de la partie postérieure de mesethmoid large; (II) fontanelle frontale réduite; (III) fontanelle supraoccipital présente; (IV) opercule compact; (V) partie ossifié de épine pectorale fortement réduite, moins de la moitié de la longueur du premier rayon pectoral-fin ramifié. Britto [ 4 ] a également mentionné que aspidoras présente généralement des yeux plus petits que les autres Corydoradinae et l' absence de contact entre le pariéto-supraoccipital et la plaque nucale (sauf pour A . Belenos Britto).

Aspidoras albater Nijssen & Isbrücker est décrite dans le bassin supérieur Tocantins River, dans l' État de Goiás. Bien que cette espèce présente une description relativement complète, basée sur un type-série de plus de 10 spécimens, et considérant qu'il existe plusieurs spécimens disponibles pour examen dans les musées et collections, son misidentification est très commun. Secutti et al . [ 5 ] fourni une brève description des populations de aspidoras du système de grottes Anésio-Russão, également drainé par le rio Tocantins supérieure du bassin, dans l' État de Goiás. En outre, les auteurs ont présenté une analyse morphologique comparant les populations des cavernes avec des spécimens épigées attribués à A . albater de la même région. Malgré le fait que les auteurs ont trouvé des différences entre les hypogées et les populations épigées, ils ont déclaré que ces différences peuvent être un effet de subir un processus de différenciation, et puisque aucune fonction de diagnostic remarquable a été observée, ils ont choisi l'option plus prudente, compte tenu ces populations que la même espèce que la population épigée trouvée dans la région.

Nous avons pu examiner certains spécimens identifiés par Secutti et al . [ 5 ] comme A . albater (MZUSP 40650), corroborant leur identification. Cependant, après l'examen des spécimens des cavernes analysés par Secutti et al . [ 5 ] plus autres spécimens aussi du système de grottes Anésio-Russão, et des spécimens épigées de la région, l'holotype et quatre paratypes de A . albater , il était possible de réfuter l'identification des populations hypogées comme A . albater , révélant comme une nouvelle espèce, ce qui est clairement différent de tous les congénères. Nous présentons ici la description de cette espèce cavernicoles de aspidoras , le premier poisson - chat Callichthyidae troglobie, limitée à deux grottes d'un système de grottes unique du centre du Brésil.


====================
matériel et méthodes
====================

Collection permis a été délivré par l'Instituto Chico Mendes de Biodiversidade à Meb # 20165). Les spécimens vivants ont été anesthésiés dans une solution de benzocaïne à 50 ppm , la concentration de la suite de la partie postérieure fixée à 10% de formol, puis transférées à 70% d' éthanol. Ces étapes sont approuvées par l'utilisation éthique des animaux commission de Universidade Federal de São Carlos (CEUA / UFSCar) qui considerers lois de protection des animaux. Les mesures ont été obtenues en utilisant l' étrier numérique au millimètre près. Morphométrique et les données méristiques ont été prises à la suite Reis [ 6 ] avec des modifications de Tencatt et al . [ 7 ], et sont tous disponibles à https://figshare.com/articles/A_mephisto_xlsx/4583584 . Distance interorbitaire moins, le diamètre de l' orbite horizontal et la longueur du museau ont été mesurés que dans les échantillons avec orbite distinguables. Morphométrie sont présentés comme proportion de longueur standard (SL) ou en proportion de la longueur de la tête (HL). Homologie de barbillons suit Britto & Lima [ 8 ]. Pour l'analyse ostéologique, certains spécimens ont été déminés et colorées (c & s) selon le protocole de Taylor & Van Dyke [ 9 ]. Terminologie ostéologique a été basée sur Reis [ 10 ], à l' exception en utilisant pariéto-supraoccipital au lieu de supraoccipital [ 11 ], composé pterotic au lieu de pterotic-supracleithrum [ 12 ], et scapulo-coracoïde au lieu de coracoïde [ 13 ]. Nomenclature des canaux latéro-sensoriels et pores préoperculaires selon Schaefer & Aquino [ 14 ] et Schaefer [ 15 ], respectivement. Le supra-préopercule de Huysentruyt & Adriaens [ 16 ] ont été traités ici comme une partie de la hyomandibulaire selon Vera-Alcaraz [ 17 ]. Compte vertébrales ne comprennent que centra libre, avec le centrum caudal composé (préural 1+ ural 1) comptés comme un seul élément. Dans la description, les chiffres entre parenthèses représentent le nombre total de spécimens avec ces chefs d' accusation. Les nombres avec un astérisque se réfèrent aux chiffres de l'holotype.

Les données comparatives de aspidoras brunneus Nijssen & Isbrücker a été obtenue grâce à sa description originale [ 18 ] et / ou des photos à haute résolution de l'holotype, qui sont disponibles pour examen sur le site Web de l' inventaire Tous Catfish [ 19 ].

Système de grottes Anésio-Russão est formé par une roche calcaire (une roche karstifiée sensu [ 20 ]) et est situé à la municipalité Posse, État de Goiás nord -est , le centre du Brésil. Le karst du nord - Goiás est une expression régionale de l'unité géomorphologique Bambui [ 21 ] avec de petits affleurements souvent cachés dans la végétation ( figure 1A ). La région est insérée sur le domaine [de morphoclimatique Cerrado 22 ], et le climat est tropical semi-humide, avec 5-6 mois secs [ 23 ]. Le karst est inséré essentiellement à la marge orientale de la rivière Parana, un affluent de la rivière Upper Tocantins. Il n'y a pas drainages de surface dans les environs du système de la grotte. Système de grottes Anésio-Russão est parallèle à la municipalité Posse, loin ca. 2-3 km, et souffre les impacts de la croissance urbaine tels que la pollution de l' aquifère (par les eaux usées domestiques), la déforestation des alentours et des projets miniers de petite taille ( figure 1B ).


Fig 1. affleurements et les menaces à la karstiques personnes observées région Posse, Goiás Brésil.
a, affleurements karstiques TYPIQUES OBSERVE Dans la région Posse; b, la déforestation à l'avant et l'exploitation minière Dans le dos, OBSERVER près de la grotte Anésio III en Août 2016. Photos: Maria E. Bichuette

Le système de la grotte a, jusqu'à présent, autour de 6.000 m de passages mappés (CE Igual, comm. Pers.), Avec des drainages souterrains caractérisés par les petites piscines de taille moyenne et les petits endroits lents / modérés eau actuels alliés à une grande quantité de matière organique et, pour les caverne Anésio III plusieurs racines de traverser le plafond et atteindre l'eau ( figure 2A et 2B ).


La figure 2.

Habitat de aspidoras mephisto à la grotte Anésio III, Posse Goiás, Brésil, montrant (a), une petite portion de drainage montrant les racines pour atteindre l'eau, lentique et formée par de petites racines et de limon (Photo: Maria E. Bichuette); (b), une piscine avec rocheuse dans la frontière et limono-bas, la flèche noire indique un spécimen adulte (Photo: Maria E. Bichuette); et (c), petit ruisseau stretch où les spécimens juvéniles ont été observés avec une grande quantité de matière organique dans la marge (Photo: Maria E. Bichuette).
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.g002
Les variables abiotiques d'eau (mesurées sur Avril 2013 -beggining de la saison sèche) montre quelques valeurs typiques des drainages de kart (pH 7,8, Conductivty 0,514 mS.cm -1 , oxygène dissous 3,9 mg.l -1 , Salinity 0,03%, température 22,3 ° C et total dissous solutés 0,329 gl -1 ) et quitely différent de drainages épigées (pH 6,9, Conductivty 0,248 mS.cm -1 , oxygène dissous 6,9 mg.l -1 , Salinity 0,01%, température 26,7 ° C et total dissous solutés 0,162 gl -1 ).

====================
actes nomenclaturales
====================

Abréviations institutionnelles suivent Sabaj [ 24 ]. L'édition électronique de cet article est conforme aux exigences du Code international de nomenclature zoologique modifié, et donc les nouveaux noms contenues dans ce document sont disponibles sous ce code de l'édition électronique de cet article. Ce travail publié et le nomenclatural actes qu'il contient ont été enregistrés dans ZooBank, le système d'inscription en ligne pour le ICZN. Les LSIDs ZooBank (Life Science Identifiers) peuvent être résolus et les informations associées vues à travers un navigateur web standard en ajoutant le LSID au préfixe " http://zoobank.org/ ". Le LSID pour cette publication est: urn: LSID: zoobank.org: pub: A21D7F96-7F10-4E1C-AC7E-2F4551E26C83. L'édition électronique de ce travail a été publié dans un journal avec un ISSN, et a été archivé et est disponible à partir des dépôts numériques suivants: PubMed Central, LOCKSS.

====================
Résultats
====================



La figure 3.
Aspidoras mephisto , holotype, MNRJ 48268, 45,6 mm SL, en dorsale (a), latéral (b) et (c) ventrales vues.
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.g003


La figure 4.
Partie prédorsale du tronc (a) aspidoras mephisto de paratype de, c &, NUP 18760, 31,7 mm SL, montrant l'absence de contact entre le processus de la pariéto-supraoccipital et la plaque nucale, qui est entièrement recouverte par une épaisse couche de peau, et (b) aspidoras vélites c & s, LIRP 4479, 25,1 mm SL, montrant la fontanelle pariéto-supraoccipital plus postérieur (flèche rouge). Les lignes pointillées en (a) indiquent les limites de la pointe du processus postérieur de la pariéto-supraoccipital, qui est recouvert d' une épaisse couche de la peau et à la pointe antérieure de la plaque nucale. Abréviations: np: plaque nucale, pso: pariéto-supraoccipital. Les flèches noires indiquent la spinelet de la nageoire dorsale en (a), et où il devrait être dans (b). Barre d' échelle = 1,0 mm.
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.g004


La figure 5.
Vue latérale sur la tête de aspidoras mephisto , c & s paratype, NUP 18760, 31,7 mm SL, montrant à droite (a) et à gauche (b) côtés de sa tête; io2 absent seulement sur le côté gauche de la tête. La flèche blanche dans (b) indique la fontanelle pariéto-supraoccipital. Abréviations: IO1: infraorbital 1, io2: infraorbital 2, sph: sphenotic, cpt: pterotic composé, f: frontal, n: nasale, op: opercule, prh: ridge postérodorsale de hyomandibulaire, pop: préopercule, pso: pariéto-supraoccipital. Barre d' échelle = 1,0 mm.
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.g005


La figure 6.
la surface ventrale du tronc de (a) aspidoras mephisto de paratype de c &, NUP 18760, 31,7 mm SL, montrant nettement plus petit et de plaquettes arrondies ou irrégulières, et (b) aspidoras Vélites c & s, LIRP 4479, 25,1 mm SL, montrant des plaquettes clairement plus grandes et striés . Barre d' échelle = 1,0 mm.
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.g006


La figure 7.
Droit épine pectorale nageoire de aspidoras mephisto , c & s paratype, NUP 18760, 31,7 mm SL, montrant le motif de dentelure de son bord postérieur.
Les flèches indiquent les petites extensions laminaires sur la base des premiers rayons ramifiés; ligne pointillée indique la limite de la partie visible ossifié de la colonne vertébrale pectoral. Abréviations: clt: cleithrum. Barre d'échelle = 1,0 mm.
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.g007


La figure 8.
Les variations dans le modèle de couleur générale de aspidoras mephisto , montrant le modèle plus intensément pigmentée, avec des taches distinctes médio - latérale (a, NUP 18759, 34,7 mm SL); un motif pigmentée intermédiaire, avec des taches plus diffuses mais médiolatérale distinctes (b, ZUFMS-PIS 4965, 26,0 mm SL); et un autre modèle intermédiaire possible, avec une bande brunâtre diffuse longitudinale le long de la ligne médiane du flanc au lieu de couperose médio - latérale (c, NUP 18759, 34,9 mm SL).
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.g008


La figure 9.
Vivre spécimen non catalogués de aspidoras mephisto de la grotte Anésio III, Posse, Goiás, Brésil.
Photo: Danté Fenolio.
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.g009


La figure 10.
Paratype juvénile de aspidoras mephisto , LESCI 333, 19,0 mm SL, en vue latérale (a) et le détail de la vue dorsale de la partie antérieure du corps (b), montrant la morphologie générale et modèle de couleur. La flèche indique la papille bien développé sur le barbeau. Barre d' échelle = 1,0 mm. Photo: Luciana BR Fernandes.
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.g010


La figure 11.
Carte de la localité-type de aspidoras mephisto , montrant la grotte système Anésio-Russão, Posse, Goiás Brésil.
Auteur: Diego M. von Schimonsky.
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.g011


La figure 12.
habitat Foraging observée pour aspidoras mephisto .
(A), de toucher le fond parallèle à; (B), touchant les limono-bas + racines montrant un angle de 60 ° par rapport à; (C) à partir de la recherche de nourriture sous les petites racines; et (d), le comportement alimentaire sous les racines (flèche). Photographies: Maria E. Bichuette.
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.g012


La figure 13.
Plaques azygos Preadipose (flèches) de (a), aspidoras mephisto , holotype, MNRJ 48268, 45,6 mm SL, et (b) aspidoras fuscoguttatus , DZSJRP 14959, 35,1 mm SL, montrant les petites plaques clairement dans les nouvelles espèces. Barre d' échelle = 1,0 mm. Photos: Bruno F. dos Santos.
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.g013


La figure 14.
Détail de la tête de aspidoras mephisto en vue latérale, montrant les variations sur la morphologie des yeux.
En (a), NUP 18759, 34,7 mm orbite de SL est légèrement réduite, nettement plus petit que dans les congénères; en (b), NUP 18759, 34,9 mm SL, orbite est visiblement réduite mais distinguable et externe ouvert; et (c), ZUFMS-PIS 4965, 26,0 mm SL, orbite est fortement réduite, indiscernables et non à l'extérieur ouvert. Barre d'échelle = 1,0 mm.
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.g014

====================
Type de spécimens
====================

Holotype. MNRJ 48268, 45,6 mm SL, Brésil, Goiás, Posse, cave Anésio III, bassin de la rivière Tocantins, 14 ° 05'27.7 "S, 46 ° 22'59.6" W, 7 avril 2007, E. Trajano & ME Bichuette.

Paratypes. Tout le Brésil, Goiás, Posse, bassin Tocantins River. LESCI 246, 7, 18,8 à 31,2 mm SL; LESCI 304, 2, 33,1 à 31,3 mm SL; LESCI 306, 1, 33,9 mm SL; NUP 18759, 2, 34,7 à 34,9 mm SL; NUP 18760, 2 c & s, de 29,5 à 31,7 mm SL, cave Russão II, 14 ° 05'05.3 "S, 46 ° 23'07.1" W, 23 avril 2011, ME Bichuette, PP Rizzato & JE Gallão. LESCI 332, 9, 19,0 à 27,0 mm SL, cave Russão II, 14 ° 05'05.3 "S, 46 ° 23'07.1" W, le 23 mai 2015, JE Gallão. LESCI 333, 1, 19,0 mm SL, cave Anésio III, 14 ° 05'27.7 "S, 46 ° 22'59.6" W, 5 août 2016, ME Bichuette. MCP 40634, 1, 29,0 mm SL, localité incertaine, probablement du Anésio III ou la grotte Russão III, 7 avril 2008, E. Trajano. MZUSP 97905, 13, 13,3 à 37,1 mm SL, 2 c & s, de 27,3 à 30,9 mm SL, cave Anésio III, 14 ° 05'27.7 "S, 46 ° 22'59.6" W, 1 avril 2007, E. Trajano. MZUSP 97906, 8, 19,4 à 33,8 mm SL, 2 c & s, de 25,7 à 30,3 mm SL, cave Russão II, 14 ° 05'05.3 "S, 46 ° 23'07.1" W, 1 avril 2007, S. Secutti. ZUFMS-PIS 4965, 1, 26,0 mm SL, Russão II grotte, 14 ° 05'05.3 "S, 46 ° 23'07.1" W, le 23 mai 2015, JE Gallão.

====================
Diagnostic
====================

Aspidoras mephisto peut être distinguée de l' ensemble de ses congénères en présentant une réduction visible de la pigmentation ( vs . Pigmentation bien développé). Une autre caractéristique utile de reconnaître les nouvelles espèces est la présence de l' orbite visiblement réduite dans la plupart des spécimens ( vs . Nettement plus grande orbite). En outre, aspidoras mephisto se distingue de ses congénères, à l' exception de A . vélites Britto, en ayant visiblement plus petites plaques azygos preadipose ( vs visiblement plus grande.); elle diffère de A . vélites par nageoire dorsale spinelet présente ( figure 4A ) ( vs absent,. Fig 4B ); pariéto-supraoccipital fontanelle situé mésialement sur l' os ( figure 5 ) ( vs situé en arrière sur l' os, à proximité de l' origine du processus postérieur,. Fig 4B ); absence de rayures brun foncé ou noir bien visible de la portion antéro de l' oeil à la zone latérale de la lèvre supérieure ( vs présence.); et en l' absence de petites plaquettes striés sur la surface ventrale du tronc ( figure 6A ) ( vs . présence, la figure 6B ). Les nouvelles espèces peuvent également être distingués de ses congénères, à l' exception de A . albater Nijssen & Isbrücker, A . Belenos Britto, A . carvalhoi Nijssen & Isbrücker, A . eurycephalus Nijssen & Isbrücker, A . fuscoguttatus Nijssen & Isbrücker, A . lakoi Miranda Ribeiro, A . maculosus Nijssen & Isbrücker, A . Marianae Leão, Britto & Wosiacki, A . menezesi Nijssen & Isbrücker, A . Poecilus Nijssen & Isbrücker, A . raimundi (Steindachner), A . rochai Ihering, A . spilotus Nijssen & Isbrücker et A . virgulatus Nijssen & Isbrücker, par la présence de infraorbital 1 laminaire ventrale généralement bien développée; ou modérément développé ( vs . peu développé). La nouvelle espèce peut être distingué de A . Belenos , A . fuscoguttatus , A . lakoi , A . maculosus , A . Marianae , A . menezesi , A . Poecilus , A . raimundi , A . spilotus et A . virgulatus en présentant des dentelures mal développés sur la marge postérieure de la colonne vertébrale pectoral ( vs dentelures fortement bien développés dans. A . virgulatus , de moderately- à dentelures bien développés dans les espèces restantes); à partir de A . albater et A . eurycephalus en présentant la nageoire dorsale, même dans des échantillons visiblement colorés, avec des chromatophores bruns ou noirs que noirs concentrés sur les rayons, formant des taches dans certains spécimens; membranes hyalines; ou la présence de chromatophores brun foncé ou noires isolées sur les membranes, ne faisant pas tout motif apparent ( vs nageoire dorsale avec des taches;. concentration remarquable de chromatophores brun foncé ou noires sur certaines zones de membranes, formant plus grand brun foncé ou des taches noires), et par ayant l' expansion laminaire interne de infraorbital 1 modérément développé ( vs bien développé ou extrêmement bien développé.); et à partir de A . carvalhoi et A . rochai en ayant la plaque nucale pas visible de l' extérieur ( vs . visible de l' extérieur).

====================
La description
====================

Les données morphométriques présentées dans le tableau 1 . Tête comprimé latéralement avec profil dorsal convexe; peu trapézoïdale en vue dorsale. Museau relativement bien développé et pointu ou modérément développé et plus arrondi. Profil de la tête légèrement convexe à convexe de la pointe du museau à antérieure nares; ascendant légèrement convexe de ce point à l' origine de la nageoire dorsale. Profil légèrement convexe le long de la base de la nageoire dorsale. Postdorsal-fin profil du corps légèrement concave au tissu adipeux fin la colonne vertébrale; légèrement concave de ce point de nageoire caudale base. Profil ventral du corps est légèrement convexe de l' isthme à l' origine pelvienne-fin; presque droite de ce point à l' origine anale-fin; légèrement concave jusqu'à ce que la base de nageoire caudale. Corps à peu près elliptique en coupe transversale à la ceinture scapulaire, devenant progressivement plus comprimée vers la nageoire caudale.


Tableau 1.
Données morphométriques de holotype et 19 paratypes de aspidoras mephisto .
Longueur de la valeur de barbeaux maxillaires est absent dans un seul paratype. N = nombre de spécimens mesurés et SD = écart-type.
http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0171309.t001

Oeil remarquablement variable; orbite, quand distinguable, situé dorso-latéral sur la tête et délimitée dorsalement par ethmoïde latéral, frontal et sphenotic; ethmoïde latéral pas délimitant orbite dans certains spécimens; ventralement par les deux infraorbitals ou seulement par infraorbital variables 1. Orbit en forme, avec aspect arrondi, elliptique ou irrégulière; ou indiscernables; du cristallin présente ou apparemment absent. Anterior et nares postérieures proches les uns des autres, seulement séparés par lambeau de peau. Anterior tubulaire narine. Postérieur naris séparé de la marge antérodorsale de l'orbite, lorsque distinguer, par des distances allant de près (distance égale à un diamètre de narine) à relativement éloignées (distance plus grande que le diamètre de narine). Bouche petite, subterminale, largeur au moins environ deux fois et demie plus grand que le diamètre de l'orbite osseuse, lorsqu'il distingue. barbeaux maxillaires généralement de taille modérée, ne pas atteindre la limite antéroventrale de l'ouverture des branchies; ou relativement longue, atteignant la limite antéroventrale de l'ouverture des branchies. barbeaux mentale externe légèrement plus grand que le barbeau maxillaires. Inner charnue barbeaux mentale, avec une base proche de son homologue. La lèvre inférieure modérément développé, formant petit lambeau charnu semi-circulaire; ou plus développé, formant l'expansion triangulaire. Petit papille arrondi couvrant toute la surface de tous les barbillons, les lèvres supérieures et inférieures, le museau et de l'isthme.

Mesethmoid court; extrémité antérieure long, plus grand que 50% de toute la longueur de l' os (voir Britto [ 4 ], page 123, le caractère 1, l' état 0; Fig 1A ); postérieure partie large, entièrement recouverte d' une épaisse couche de peau. Mince nasale, courbé latéralement, la marge intérieure avec l' expansion laminaire modérément développée; La marge extérieure d'extension laminaire réduite; frontière mésiale contactant généralement seulement frontal; ou en communiquant avec frontal et mesethmoid. Frontal allongée, relativement épaisse, avec une largeur légèrement supérieure à la moitié de toute la longueur; projection antérieure allant du court au long, dont la taille varie de plus petite que, égale ou légèrement supérieure à la longueur du nez. Fontanelle de Frontal relativement faible, à peu près rhomboïdale; extension de pointe postérieure ne pas entrer dans la marge antérieure de pariéto-supraoccipital. Pariéto-supraoccipital large processus postérieur visiblement à court, pas en contact avec la plaque nucale; postérieure pointe recouverte d' une épaisse couche de peau. Pariéto-supraoccipital fontanelle petite, arrondie ou horizontalement elliptique; situé mésialement sur pariéto-supraoccipital.

Deux infraorbitals laminaires avec odontodes minute; extension 1 grande, laminaire ventrale infraorbital généralement bien développé; ou modérément développé; partie antérieure avec l' expansion poorly- ou modérément développée ( figure 5 ); l' expansion laminaire intérieure modérément développée; infraorbital 2, lorsqu'il est présent, petit, généralement compact; ou un peu plus; l'expansion laminaire postérieure modérément développée; marge postéroventrale pas en contact direct avec la crête postérodorsale de hyomandibulaire, pointe dorsale en contact seulement sphenotic ( figure 5 ); l' expansion laminaire intérieure modérément développé. Postérodorsale crête de hyomandibulaire près de son articulation avec opercule oblongue; exposée, relativement mince; dorsale crête de hyomandibulaire entre pterotic composé et opercule recouvert d' une épaisse couche de peau; les zones exposées portant odontodes petites. Interopercle entièrement ou presque entièrement recouverte d' une épaisse couche de peau, un peu triangulaire, moderately- de projection antérieure ou bien développée. Préopercule, odontodes relativement minces, allongées minute clairsemées sur la surface externe. Opercule à peu près de forme compacte, largeur visible supérieure à la moitié de sa longueur; convexe marge libre; région postérodorsale avec espace en douceur concave dans certains spécimens; sans dentelures et couvert par de petits odontodes.

Quatre rayons branchiostèges diminution de la taille arrière. Hypobranchial 2 quelque peu triangulaire, pointe ossifiée et dirigée vers la partie antérieure, la marge postérieure cartilagineuse; partie ossifié bien développée, environ deux fois la taille de la portion cartilagineuse; ou visiblement bien développé, sur la taille triple de la partie cartilagineuse. Cinq cératobranchiaux avec l'expansion de plus en plus en arrière; ceratobranchial 1 avec un petit processus sur la marge de la partie mésiale antérieure; ceratobranchial 3 avec une marge postéro-latérale continue; ceratobranchial 5 dents sur la surface postéro-dorsale, 25 à 33 (6) des dents alignées dans une rangée. Quatre epibranchials avec une taille similaire; épibranchiales 2 légèrement plus grand que les autres, avec un petit processus pointu sur l'expansion laminaire du bord postérieur; épibranchiales 3 avec le processus unciforme quelque peu triangulaire sur l'expansion laminaire de la marge postérieure. Pharyngobranchials deux larges (3 et 4), avec une expansion pharyngobranchial 3 laminaire triangulaire bord postérieur. ovale supérieur de la plaque dentaire; 29-42 (6) des dents généralement alignées en deux rangées sur la surface postéro-ventrale; dents alignées en trois rangées dans un spécimen LESCI 246, 31,7 mm SL.

Lateral ligne canal entrant neurocrâne par composé pterotic, ramification deux fois avant d'entrer dans sphenotic: branche pterotic avec un seul pore; branche preoperculomandibular visiblement réduite, avec une seule ouverture des pores à proximité de canal principal postotic. canal sensoriel continue à travers le composé pterotic, entrant sphenotic comme canal temporel, qui se divise en deux branches: une branche donnant lieu à canal sous-orbitaire, autre branche entrée frontale par canal orbitaire, à la fois avec un seul pore. canal Supraorbital ramifié, en cours d'exécution à travers l'os nasal. branche épiphysaire du canal supraorbital relativement long; ouverture des pores à proximité frontale fontanelle. canal nasal avec trois ouvertures, d'abord sur le bord postérieur, deuxième sur la partie postéro et troisième sur le bord antérieur; deuxième pore fusionné avec le premier pore dans certains spécimens. canal orbitaire qui traverse toute la deuxième sous-orbitaire (le cas échéant), étendant à infraorbitaire 1 et débouchant dans une, deux ou quatre pores. Preoperculomandibular branche donnant lieu à preoperculo-mandibulaires canal qui traverse toute la préopercule avec trois ouvertures, ce qui conduit à des pores 3, 4 et 5, respectivement; pores 3 ouverture à crête postérodorsale de hyomandibulaire dans certains spécimens.

Dorsale triangulaire fin, situé juste derrière la troisième ou la quatrième plaque de corps dorsolatéral. Rayons nageoire dorsale II, 7 (2), II, 8 * (18), la marge postérieure de la colonne vertébrale de la nageoire dorsale lisse. Plaque Nuchal peu développé; entièrement recouverte d' une épaisse couche de peau; spinelet ostensiblement courte ( figure 4A ); entièrement recouverte d' une épaisse couche de peau ou partiellement exposée; la colonne vertébrale mal développée, pointe distale adpressed ne pas atteindre à l' origine du dernier rayon ramifié nageoire dorsale; marge antérieure avec de petites odontodes. Triangulaire nageoire pectorale, son origine juste en arrière à l' ouverture des branchies. Rayons pectorale nageoire I, 9; dernière simple ray douce pectoral-fin dans un seul côté du corps dans l' échantillon LESCI 246, 31,7 mm SL; bord postérieur du pectoral colonne vertébrale avec 9 à 14 dentelures mal développées le long de presque toute sa longueur; petite région juste en arrière à l' origine de la colonne vertébrale manque dentelures; dentelures généralement légèrement orientés vers la pointe de la colonne vertébrale; des dentelures dirigés perpendiculairement ou légèrement orientés vers l' origine de la colonne vertébrale; présence de dentelures bifides dans certains spécimens; base premiers rayons ramifiés avec de petites extensions laminaires sur sa marge intérieure; extensions laminaires avec des marges irrégulières, formant des structures pointues, dans certains spécimens ( Fig 7 ); partie antéro de cleithrum partiellement exposée; partie postéro scapulo-coracoïde réduit, couvert par relativement épaisse couche de peau; visible de l' extérieur; odontodes clairsemés sur les zones exposées minute. Nageoire pelvienne oblongue, situé juste au- dessous quatrième plaque du corps de ventrolatérale, et verticale à travers troisième ou quatrième ramifié rayon nageoire dorsale. Rayons pelvien ailettes i, 5. Nageoire adipeuse peu triangulaire, séparé de la base du dernier rayon de la nageoire dorsale par neuf ou 10 plaques de corps dorsolatéral. Nageoire quelque peu triangulaire, situé juste en arrière de 13 e ou 14 e plaques de carrosserie ventrolatérale, et verticale à travers la région des plaquettes preadipose. Anal-fin rayons ii, 5, i * (6), ii, 6 (14). Rayons nageoire caudale i, 11, i (1), i, 12, i * (19), généralement des rayons six dorsales et procurrent ventrale; bilobé, dorsal lobe généralement légèrement plus grand que le lobe ventral; lobe ventral légèrement plus grand que le lobe dorsal en holotype.

En général, deux canaux latéro sur le tronc; première tubulaire osselet, deuxième laminaire osselet; un seul canal sur le tronc, laminaire osselet manque canal dans certains spécimens. Plaques de corps avec odontodes minute dispersés sur la zone exposée, une ligne remarquable de odontodes confinés sur les marges postérieures; des plaques de corps dorsolatérales 26 * (13), 27 (7); des plaques de corps ventrolatérales 23 * (9) 24 (11); plaques de corps dorsolatérales le long de la dorsale base 5 (4), 6 * (16); des plaques de corps dorsolatérales entre adipose- et nageoire caudale 7 (1), 8 * (14), 9 (5); les plaquettes preadipose 3 (2), 4 (3), 5 * (4), 6 (6), 7 (3), 8 (1), 11 (1); petites plaquettes couvrant la base des rayons de nageoire caudale; petites plaquettes disposées dorsalement et ventralement entre les jonctions de plaques latérales sur la partie postérieure du pédoncule caudal. La surface ventrale du tronc généralement densément couvert par petites plaquettes ( figure 6A ); ou moins densément disposées les plaquettes.

count vertébral 25 (6); nervures 6 (2), 7 (4) première paire ostensiblement grande; complexe mince vertèbre en forme.

====================
Couleur dans l'alcool.
====================

Tous les échantillons avec la pigmentation visiblement réduite par rapport à tous les congénères. Motif de couleur remarquablement variable de flanc par rapport au plan de la ligne médiane et de l' intensité de la pigmentation (figures 3 et 8 ); couleur de fond de corps jaune brunâtre spécimens conservés pendant une longue période; jaune blanchâtre juste après conservation. Dorsale et la partie latérale de la tête couverte par chromatophores noires ou brun foncé; visiblement concentré chromatophores dans certains spécimens. Zone nue sur la région dorsale du corps, entre homologues des plaques de corps dorsolatéral, avec concentration de chromatophores noires ou brun foncé. Plaques de corps dorsolatéral couverts par chromatophores noires ou brun foncé, généralement plus concentrés sur la première plaque. Dorsale moitié des plaques de corps ventrolatérales couverts par chromatophores noires ou brun foncé; moitié ventrale de plaques généralement chromatophores que postérieurement à l' origine pelvienne-fin. Zone nue post-anale sur la partie ventrale du corps, entre homologues des plaques de corps ventrolatérales, avec une concentration de chromatophores noir ou brun foncé dans certains spécimens. Bord postérieur de plaques de corps dorso et ventrolatérales avec concentration remarquable chromatophores noires ou brun foncé, généralement plus évident le long flanc ligne médiane et sur la partie antérieure du corps, dans certains spécimens. Flanc médiane avec série longitudinale de quatre ou cinq diffuse des taches noires ou brun foncé et un peu arrondis ou irréguliers, d' abord sous la nageoire dorsale, deuxième et troisième, lorsqu'il est présent, entre les nageoires dorsale et adipeuse, quatrième ci - dessous nageoire adipeuse, et la cinquième sur postérieure partie caudale pédoncule; couperose fusionnées, formant bande longitudinale diffuse dans certains spécimens. Brunâtre rayons de la nageoire dorsale; présence de taches brunes ou noires sur les rayons dans certains spécimens; membranes hyalines; présence de chromatophores brun foncé ou noires isolées dans certains spécimens. Partie pectorale nageoire rayons brunâtre Dorsale; avec des taches brunes ou noires sur les rayons dans certains spécimens; coloration de la nageoire pectorale généralement restreinte aux premiers rayons ramifiés; hyaline dans certains spécimens. Hyaline fin pelvien. La nageoire anale généralement presque entièrement hyaline, avec une concentration de chromatophores noir ou brun foncé sur la région des bases de deux derniers rayons ramifiés; avec diffuse barre transversale noire ou brun foncé dans certains spécimens. Rayons nageoire caudale couverts par chromatophores noires ou brun foncé; marge distale de la nageoire caudale généralement défaut chromatophores; présence de deux à cinq barres noires ou brun foncé transversales dans certains spécimens. Partie centrale de la base de nageoire caudale avec diffuse ou visible petite arrondie tache noire ou brun foncé.

====================
Couleur dans la vie.
====================

Comme pour les spécimens conservés, mais avec la couleur de fond du corps jaune blanchâtre à rose blanchâtre, avec la tête et le corps latéral montrant des régions translucides. Chromatophores de taches et des marques sur le corps brun ou gris. Yeux généralement noirs. Corps couvert par coloration jaune verdâtre irisé ( figure 9 ).

====================
Juvenile motifs généraux morphologiques et de couleur.
====================

Basé sur une paratype de 19,0 mm SL (LESCI 333) dans l' étage de postflexion ( figure 10 ). Corps allongé, ce qui diminue la profondeur en arrière. Barbillons avec des papilles bien développé; pourboire ne pas atteindre la limite antéroventrale de l' ouverture des branchies. Plaques dorso et ventrolatérales absents. Toutes les nageoires, à l' exception du tissu adipeux, complètement formés. Membrane de la peau de la base du dernier rayon ramifié nageoire dorsale à la région des rayons procurrent nageoire caudale; nageoire adipeuse, la colonne vertébrale à l'intérieur de la membrane enrobée. Dorso et épines pectorales-fin formés mais pas ostensiblement ossifié. Tous les rayons segmentés. La couleur de fond du corps blanc jaunâtre. Dorsale partie du corps et de la partie latérale du tronc couvert par chromatophores jaunâtres marron et noir. Présence de bande diffuse formée par une concentration remarquable de chromatophores noirs de la marge antéro de l' orbite à la partie latérale de la lèvre supérieure. Flanc médiane avec série longitudinale de taches arrondies diffuses formées par une concentration remarquable de chromatophores noirs; première tache sous la nageoire dorsale, seconde entre la nageoire dorsale et la nageoire adipeuse colonne vertébrale, troisième sur la région du tissu adipeux fin la colonne vertébrale, et le quatrième sur la base de la nageoire caudale. Concentration Conspicuous de chromatophores noirs sur la base de la colonne vertébrale adipeux, partie dorsale de la base de nageoire caudale, et sur la partie ventrale du flanc ci - dessous deuxième, troisième et quatrième couperose médio - latérale. Toutes les nageoires hyaline.

====================
Le dimorphisme sexuel.
====================

Comme prévu pour le Corydoradinae [ 4 , 25 ], les hommes de aspidoras mephisto présente lancéolées papille génitale ( vs . Étroite).

====================
Distribution géographique.
====================

La nouvelle espèce est connue seulement du système de grottes Anésio-Russão (Anésio III et Russão II grottes), une partie du bassin du Tocantins rio supérieure ( figure 11 ).

====================
Étymologie.
====================

L'épithète « mephisto » désigne le nom raccourci de Méphistophélès, démon du folklore allemand. Méphistophélès vient du grec par la combinaison de trois mots: µe (moi), une négation, f?? (PHO), qui signifie lumière, et f???? (Philis), ce qui signifie amour, littéralement «non-lumière-aimant", ou celui qui ne pas aimer la lumière, faisant allusion au comportement souterrain de la nouvelle espèce. Un nom en apposition.

====================
Habitat, écologique et notes de comportement.
====================

Aspidoras mephisto montre la préférence à ralentir les eaux (petites valeurs de l' oxygène dissous), de faibles profondeurs (environ 0,05 m) et en bas formés par limon, d' argile et de blocs, montrant des valeurs plus élevées de solutés dissoutes totales par rapport au drainage épigée. Son abondance est relativement élevé par rapport à d' autres poissons troglobies (ca. 50 personnes dans les piscines) et les densités de population de 5-6 inds.m -2 . Individus juvéniles ont été observés le long de petites étendues de drainage, toujours dans des endroits lentiques et peu profondes, isolées des adultes et souvent sous les racines ( figure 2C ).

Aspidoras mephisto fourrages calme à proximité de petites racines submergées et limono-bas ( figure 12A et 12B ). Ils utilisent l'extrémité antérieure du museau à explorer le substrat dans une position parallèle ou formant un angle d'environ 60 ° par rapport au fond ( figure 12B ), parfois sous les petites racines ( figure 12C et 12D ). Le poisson a montré ce comportement pendant toute la durée d'observation (environ 20 min) et n'a pas montré évasion et / ou un comportement d'évitement en raison d'autres perturbations externes (tels que la présence de l'observateur) lampe-lumière ou.

Des observations supplémentaires sont montrées dans un fichier vidéo ( https://www.youtube.com/watch?v=ksrV1af0NZY et https://figshare.com/articles/Aspidoras_mephisto_new_species/4583974 ), qui apporte un comportement détaillé de la cour d' A . mephisto à la grotte Anésio III. Dans un premier temps , deux personnes sont observées à proximité les uns des autres; le plus petit (que nous avons considéré le premier mâle) commence à faire le tour du plus grand (qui est censé la femelle), et donne des touches douces sur les flancs, la tête et la queue. Immédiatement une troisième personne (le second mâle) arrive, puis les trois butée parallèle par rapport à l'autre. Après quelques secondes, ils nagent en sens inverse et la femelle arrête à nouveau pendant quelques secondes. A cette occasion, la femelle nage en direction du premier mâle, montrant une préférence pour cet individu. Cependant, le second mâle arrive, puis le premier nage dans une direction opposée, ce qui évite le contact. A cette époque , il y a une approche de la deuxième mâle, toucher brutalement et rapidement la femelle dans les flancs et la queue, mais la femelle échappe immédiatement, en évitant la copule. Ces observations sont similaires à ceux observés pour les poissons Corydoradinae (R. McLure, comm. Pers.). Plusieurs individus juvéniles d' A . mephisto ont été observés le long du bassin, ce qui suggère que les poissons étaient en période de reproduction (saison sèche). Ceci est en contraste avec le comportement déclaré de nombreux organismes troglobies, qui montrent un pic de reproduction au début ou au milieu de la saison des pluies, lorsque la disponibilité de la nourriture et l' entrée est plus élevé. Une explication possible est que la grotte système Anésio-Russão peut soutenir la population en raison de la grande quantité de racines immergées, qui représentent un abri et source de nourriture pour ce poisson - chat (voir figure 12 ) et, éventuellement, la nourriture est pas le principal facteur limitant . Observations suggèrent que Captive A . mephisto a une espérance de vie élevée, une caractéristique typique des organismes troglobies [ 26 ]. L'holotype a été capturé dans le stade adulte chez 7 Avril 2007 et a été maintenu en vie jusqu'à ce que sa préservation, dans 20 Avril 2016 (neuf ans en captivité). En outre, l' un des paratypes, MCP 40634, a également été capturé au stade adulte , le 7 Avril 2008 et maintenu en vie dans l' aquarium jusqu'au 13 Février 2015 (sept ans en captivité). Considérant que nous avons aucune preuve ou étude montrant combien de temps il prend jusqu'à ce qu'ils atteignent le stade adulte, on peut supposer une espérance de vie minimale d'au moins dix ans pour A . mephisto .

====================
Discussion
====================

Dans un premier coup d' oeil, les caractéristiques troglomorphic peuvent distinguer A . mephisto de tous ses congénères, cependant, une caractéristique non-troglomorphic est très utile pour reconnaître les nouvelles espèces, la présence de petites plaquettes ostensiblement preadipose ( figure 13 ), qui est partagé seulement avec A . vélites , à partir de laquelle il peut être clairement distinguées (voir Diagnostic). En dépit Secutti et al . [ 5 ] ont considéré A . mephisto que les populations hypogées de A . albater , nous a écarté cette possibilité en fonction des différences évidentes entre les deux espèces, telles que le motif particulier des plaquettes preadipose et le motif de la couleur nageoire dorsale et la taille de l'expansion laminaire interne de infraorbital 1 (voir diagnostic). Même avec un certain degré de chevauchement, les os sous - orbitaire sont également utiles pour distinguer les deux espèces, puisque la plupart A . mephisto présente l' expansion laminaire ventral bien développé de infraorbital 1 et relativement épaisse et compacte infraorbital 2, lorsqu'il est présent, contrairement à A . albater , qui présentent généralement l' expansion laminaire ventrale de infraorbital 1 allant de poorly- à modérément développé, et infraorbital 2 mince et allongée. Peu de spécimens d' A . mephisto présente modérément développé l' expansion laminaire ventrale de infraorbital 1 et plus allongée infraorbital 2 (lorsqu'il est présent) et, dans ces cas, les caractéristiques mentionnées dans le diagnostic peuvent clairement différer les deux espèces.

Organismes Subterranean classés comme troglobites sont incapables de former des populations sources épigées et sont donc limitées aux habitats souterrains [ 27 ]. Ces organismes sont spécialisés à la vie souterraine et certains états de caractères liés à ce régime sélectif (appelés troglomorphisms) sont parfois exprimées, principalement la réduction des yeux et de la pigmentation mélanique [ 28 ] et sont très homoplastiques. Il était possible de reconnaître au moins quatre étages orbitaux de développement: (I) de développement supérieur de l' orbite, semblables à des congénères ( figure 3 ); (II) orbite légèrement réduit, nettement plus faible que dans les congénères ( figure 14A ); (III) orbite visiblement réduite mais distinguable et externe ouvert ( Fig 14B ); et (IV) orbite fortement réduite, indiscernables et non à l' extérieur ouvert ( Fig 14C ). A partir des 51 échantillons examinés, 14 ont présenté la phase I (˜ 27,5%), 10 à la phase II (˜ 19,6%), 12 de stade III (˜ 23,5%), et 15 au stade IV (˜ 29,4%), montrant que plus de 70% de la population présente une orbite allant nettement inférieure à fortement réduite.

En ce qui concerne l' intensité , si la pigmentation, tous les échantillons présentés nette diminution de la pigmentation, observée en trois étapes: (I) réduit mais légèrement plus pigmentée que la plupart des spécimens conspécifiques ( figure 3A ); (II) un peu moins pigmentée que la phase I ( figure 3B et 3C ); et (III) fortement moins pigmentée que les stades I et II (figures 9 et 12 ). Nous avons été en mesure de vérifier ces étapes dans 44 échantillons, dont un seul spécimen présenté la phase I (˜ 2,3%), 31 présenté la phase II (˜ 70,0%), et 12 présentés au stade III (˜ 27,7%). Cette mosaïque de caractères (yeux et mélanique pigmentation de la variabilité) sont fréquemment observées dans les huit poissons troglobies du nord -est du Goiás [ 29 , 30 , 31 , 32 , 33 , 34 ] et aussi pour d' autres catfishes troglobies du Brésil (voir [ 35 ]), et, comme observé pour un . mephisto , les orbites réduites et la pigmentation réduite sont plus fréquentes que les yeux réguliers et les individus pigmentés. Ces observations peuvent être considérées comme une spécialisation non marquée liée à la vie de la grotte (faible degré de troglomorphism) et, sensu certains auteurs [ 36 ], peut être liée à une courte période d'isolement dans environments.Despite souterraine l'effort des collections de poissons dans le épigée drainages près de Posse et à São Domingos région karstique, aucun spécimen de A . mephisto a été enregistré [ 29 ]. La région présente la plus haute ichthyofaune souterraine d'Amérique du Sud, avec neuf espèces décrites (eigth appartient à l'ordre Siluriformes: Ituglanis , Pimelodella et Ancistrus genres, et un à l' ordre Gymnotiformes: Eigenmannia genre) [ 29 ] , et plus de deux sous description (Siluriformes: Cetopsorhamdia et Ituglanis genres), avec un historique de collections depuis des années 1980 des années, ce qui implique un effort d'échantillonnage expressive, dans l'environnement et de surface drainages souterrains (ME Bichuette, pers. obs). Par conséquent, l'absence de drainages épigées près de Anésio-Russão système et les populations de la grotte A . mephisto dans les plus proches drainages épigées, ainsi que les troglomorphisms observées (yeux visiblement réduit dans la plupart des échantillons et réduit la pigmentation du corps dans tous les échantillons, y compris des spécimens conservés dans l' aquarium), catégoriser A . méphisto comme une espèce troglobies, avec seulement deux sous - populations.

Compte tenu de l'Union internationale pour la conservation de critères Nature pour la faune catégorie menacée, nous avons proposé que A . mephisto doit être considéré au moins comme EN ( en voie de disparition), que les hypothèses sont les suivantes : B2abiii (zone d'occupation inférieure à 500 km 2, pas plus de 5 localités et la qualité de l' habitat montrant la diminution continue) [ 37 ]. Aspidoras mephisto a une superficie d'occupation de 6 km 2 , les environs de la grotte-système (deux localités) est déboisée pour les pâturages et la croissance urbaine, les drainages souffrent évacuation des eaux usées domestiques, et le système de la grotte Anésio-Russão n'a pas actuellement juridique protection par les lois environnementales brésiliennes. Par conséquent, la combinaison de ces faits pourrait conduire les nouvelles espèces à un pire état menacé dans un avenir proche, et il doit être fortement envisagé de proposer des mesures de conservation pour les espèces lui - même (par exemple , de longues études de population à long terme), pour le système de la grotte dans son ensemble et pour la végétation dans les grottes alentours.








_________________
A un moment, la beauté d'un poisson doit arrêter être visuelle. C'est de l'égocentricité humaine. Mais tout simplement qu'il vive sa vie en harmonie dans son milieu, même si le milieu ou poisson est moins beau. Juste pour le plaisir de s'en occuper tout simplement. Il vaut mieux aller dans le sens de Mère-Nature.Telle est ma philosophie !
Chaine Youtube
3000L+ d'aquariums
http://youtube.com/c/EbaquarioPassionPoisson

150default Re: La maintenance des Corydoras le Jeu 2 Mar 2017 - 9:47

Phioiseau


Membre : Régulier
Membre : Régulier
Je ne sais pas si tu t'en sers, mais pourrais-tu donner une liste de produits pour les plantes (croissance, fertilisant etc) qu'on peut utiliser dans un bac avec des cory ?
Beaucoup contiennent des composants nocifs, pour l'instant je m'en passe mais ça pourrait être utile de savoir ce qu'il est possible de mettre.

Merci à toi ##27

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 6 sur 7]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum